Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Mini Taka Hira de Dominique

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Mini Taka Hira de Dominique
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

APAL Muschang, 4L ascendant rareté !

On connaît la Renault 3, la Renault 4, la JP4, et la Rodéo. Mais si on veut compléter la famille il faut chercher du...

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la MG B d’Arthur

Après un cabriolet italien la semaine dernière, voici une anglaise. Et pas n'importe laquelle puisque Arthur a le cabriolet qui fut longtemps le plus...

Notre sélection de cadeaux de noël pour des passionnés d’anciennes

Même si on est loin de la frénésie de Noël avec l'ambiance actuelle, ça approche, c'est dans moins d'un mois maintenant ! Et si...

Les anniversaires automobiles de 2021

2021 c'est bientôt. Et il était temps. Dommage pour les Citroën SM et GS, Peugeot 404, pour Alfa Romeo, ou la R5 Turbo. Leur...

Aujourd’hui on vous présente une Mini à la déco très originale. Nous ne c’est pas une copie de 4L Parisienne, mais on laisse Dominique vous raconter l’histoire de sa Mini Taka Hira.

Ma Mini Taka Hira en quelques mots :

Il s’agit d’une véritable voiture de famille, restée sous son immatriculation d’origine, et toutes les personnalisations sont absolument d’époque.

Elle a été commandée par mon père, pour ma mère, ce qui explique ce décor très féminin. La commande a été passée en janvier 1964 (env.) au concessionnaire Austin (AFIVA), et elle est arrivée d’Angleterre environ en mai, sans les options, donc carrosserie couleur « marroon », intérieur standard couleur biscuit.

La personnalisation a été réalisée en France sous l’égide d’Afiva, par Taka Hira pour le cannage, et par leur fournisseur pour ce qui est des garnitures intérieures en skaï. La chose a duré un moment, car je me souviens qu’il y a eu plusieurs essais et présentations chez Afiva à Levallois –cannage réalisé sur un seul côté- pour définir la couleur exacte du cannage qui serait considérée comme « seyante » pour le marroon.

Une fois cette étape franchie, la couleur du skaï pour l’intérieur (beaucoup plus clair que la teinte biscuit d’origine, et qui devait absolument « tomber juste » avec celle du cannage) a été définie et le passepoil réalisé en même temps.

Le passe poil a été un problème, la couleur n’étant pas considérée comme la bonne : d’abord trop rouge, ensuite trop brune, c’est la troisième -bordeaux/lie de vin- qui a été retenue !

C’est une preuve de toute une époque, qui permettait, plus pour longtemps, de faire de vraies personnalisations : la suite, déjà simplifiée et industrialisée, de la période précédente où on achetait un châssis chez un constructeur, pour le faire carrosser ensuite par un des nombreux -et prestigieux- carrossiers français présents sur le marché !

En tous cas, le résultat montre une belle harmonie entre les couleurs, de l’avis général lors des sorties effectuées régulièrement avec cette auto : d’autres exemplaires de Mini ont été décorés dans le même esprit, mais ils ont pour la plupart conservé l’intérieur de série, et les cannages ont le plus souvent été réalisés en un beige plus foncé tirant vers le jaune, que la carrosserie soit noire, bleue foncé ou beige foncé ; il s’agissait quand même toujours de réalisations « sur commande », la période des séries dites limitées étant très largement postérieure aux années 60 !

Le cannage, comme l’intérieur, sont ici restés parfaitement d’origine. Seuls les A de portes (supportant les charnières) ont été refaits en carrosserie, puis repeints par le petit fils de Monsieur Taka Hira, mais cette fois à main levée, sans utiliser comme guide les règles en bois fixées sur la carrosserie, méthode réservée à de plus grandes surfaces !

Techniquement, ce véhicule ne présente aucune particularité, c’est un modèle 850 standard, appelé Super de Luxe dans la gamme de l’époque (comportant donc le chauffage, et la console centrale ovale avec thermo d’eau et mano de pression d’huile de part et d’autre du tachymètre, et quelques autres compléments notamment d’accastillage).

L’historique de cette auto est absolument limpide : elle est toujours restée dans la famille, et a parcouru à ce jour environ 160/170 000 kms (le tachymètre, grippé, a dû être remplacé il y a quelques années).

Toujours stationnée au sec, ma mère l’utilisait assez peu, essentiellement pour aller à la maison de campagne de mes parents, à 90 kms de Paris. Je m’en suis moi-même servi -dès après obtention de mon permis de conduire- pour des trajets de moyenne distance.

Ce qui a été fait dessus :

Seule la carrosserie avant (les 2 ailes et le capot) ont été refaits il y a bien des années suite à une collision avant.

Au fil des années, il a fallu bien fallu refaire certaines parties. Ainsi les joints de culasses ont été refaits… plusieurs fois !
Le Berceau et suspensions avant dans le cadre de la réparation suite au choc avant subi avec ma mère sur le pont Alexandre III à Paris (bel endroit !… et de gros dégâts !).
Même chose à l’arrière, berceau, suspensions, bras etc…

Évidemment on note toutes les interventions récurrentes : freins, allumage, carbu, cardans bibax, fuites d’huile, etc…

Et puis tout récemment réfection bloc moteur et boite de vitesse avec démontage complet. L’intervention n’a pas été aussi heureuse qu’elle aurait dû : après peu de kms parcourus, des fuites d’huile reviennent qui doivent encore à ce jour être solutionnées…

Quelques souvenirs à son volant :

J’ai de nombreux souvenirs de jeunesse dans cette auto. J’avais 13 ans lors de notre première rencontre et de sa livraison le week end du 14/07/64 où, sitôt franchie la porte du garage Afiva à Levallois, a éclaté un énorme orage… Depuis, ça ne l’a pas quittée, il pleut très souvent quand elle est de sortie !

Beaucoup de sorties, entre autres avec le club de Minis d’Angoulême, dont l’une a suscité un reportage télévisé pour FR3…

A Paris, quelques interpellations lors d’arrêts, genre : qu’est-ce que c’est que ce modèle ? Vous la vendez ? (même, une fois –une seule- votre prix sera le mien !!) etc.

Beaucoup de sourires et de réflexions sympas, c’est le propre des Minis de les susciter…

Et maintenant :

Après Paris, la voici venue « en retraite » depuis 2010, dans le Sud Ouest, ou son tempérament « joueur » peut s’exprimer pleinement sur les petites routes régionales. Comme me le disait un spécialiste grand connaisseur des minis « la 850 ça n’est pas puissant, mais c’est vivant » ! Pourvu que ça dure, après 56 ans de vie commune…

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Mini Taka Hira de Dominique

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

La MEP Daphné, le coupé chevronné et oublié

Quand on associe MEP et Citroën on pense à ces monoplaces en coin, bleu et blanches qu'on voit régulièrement sur des événements tels les...

Les anniversaires automobiles de 2021

2021 c'est bientôt. Et il était temps. Dommage pour les Citroën SM et GS, Peugeot 404, pour Alfa Romeo, ou la R5 Turbo. Leur...

Notre sélection de cadeaux de noël pour des passionnés d’anciennes

Même si on est loin de la frénésie de Noël avec l'ambiance actuelle, ça approche, c'est dans moins d'un mois maintenant ! Et si...

Hubert Haberbusch reçoit le Prix de la Culture de la FIVA

Le carrossier Strasbourgeois accumule les récompenses. Cette fois c'est la Fédération Internationale des Véhicules Anciens qui honore Hubert Haberbusch en lui décernant le Prix...