Les autos de nos Lecteurs : la 205 XS de Tanguy

Les autos de nos Lecteurs : la 205 XS de Tanguy

Il s’appelle Tanguy, et il a 20 ans. C’est un fidèle lecteur et un jeune passionné de la marque au Lion. Aujourd’hui il nous présente sa première voiture, qui lui a permis de faire ses armes en tant que jeune conducteur et à laquelle il est très attaché : une Peugeot 205 XS TU3S, une young accessible, dotée d’un vrai caractère.


Si l’idée vous plaît et que vous voulez proposer votre auto, on vous explique tout par ici.

Mon auto en quelques mots

Il s’agit donc d’une Peugeot 205 XS 1,4L de 1989, du 14 avril exactement. Ce millésime 89 est une phase « 2.1 », qui comprend par rapport aux 205 phase 1 un nouveau tableau de bord ainsi que l’introduction des nouveaux moteurs TU partagés avec la Citroën AX et remplaçant les archaïques moteurs X. Elle se voit dotée au millésime 88 d’une sympathique mécanique : le moteur TU3S à carburateur double-corps Solex. Développant 85 chevaux à 6400tr/mn et couplé à une boite de vitesses aux rapports courts (pont 14×60 que l’on retrouve notamment sur 205 Rallye/AX Sport/106 XSI), il permet à cette légère 205 d’accélérer plutôt fort, et cela avec la plaisante mélodie du carbu !

Côté équipements, la 205 XS qui est la « sportive-école » de la gamme possède d’origine de jolis semi-baquets type GTI avec un tissu spécifique du plus bel effet, les compteurs luxe ainsi que la fameuse casquette de compteur qui va avec et qui est si fragile… la jupe avant, toujours « type GTI », équipée de longues portées et les vitres de custodes ouvrantes. Pour ce qui est des options la XS pouvait recevoir le pack électrique, les jantes alu de 13’’ (idem Roland Garros), la banquette arrière fractionnable ainsi que le toit ouvrant panoramique. En parlant de cela, la mienne en est équipée ! Il va de paire avec le vitrage teinté bronze qui est une option fort agréable.

À noter que l’on retrouvait aussi le TU3S sur les finitions XT, GT, Roland Garros, CT, ainsi que sur la très légère Citroën AX GT (720kg).

La couleur quant à elle, malgré les années à cuire au soleil, laisse apparaître un gris Graphite (code M0TW) très présent sur cette version mais aussi sur sa grande sœur la GTI, et qui donne un aspect sobre à la voiture.

Pourquoi elle ?

Tout d’abord, je tiens à remercier un ami qui grâce à sa 405 GL motorisée par un moteur XU 1,6L à carburateur Solex (le même que la 205) m’a permis de découvrir à l’âge de 16 ans cette symphonie et ce coup de pied impressionnant lorsque l’on enfonce la pédale de gaz, magique ! Mais aussi mon papa de m’avoir transmis le virus 205 grâce à sa GTI et ses nombreuses XAD : voiture de société économique la plus rapide sur départementales sinueuses dans les années 2000 !

Je me suis donc mis en quête d’acheter une auto à carburateur, plutôt de gabarit compact, assurable et abordable (oublions les petites sportives), qui sortait un peu de l’ordinaire et me permettrait de jouer avec les 206 et autre Clio II du jeune conducteur classique. La 205 collait bien à l’esprit recherché.

C’est en tombant sur une annonce d’un célèbre site de vente et de troc que j’ai vu cette 205 XS, dans son jus, à un prix un des plus bas du marché, avec 258.000 km et qui avait grand besoin de soin. Ni une, ni deux, je prends rendez-vous afin d’aller la voir. Enfin sur place, malgré 29 ans passés au soleil et un jus campagnard comme on l’aime avec notamment un entretien inexistant (d’au moins 10 ans), mais une caisse ultra saine car protégée par une bonne couche de terre, je tombe sous le charme et c’est acheté ! Le moteur étant très fatigué avec notamment un fonctionnement avec trop peu d’huile, le vendeur aimable, et plutôt triste de se séparer de sa 205, me donne avec celle-ci un second bloc complet !
Nous avons donc ramené sur plateau, avec mon papa, cette charmante dame dans notre campagne grenobloise, pour la remettre en état l’été suivant comme il se doit.

Je tiens aussi à dire que j’ai été emballé par le fait que cette 205 se trouvait dans la famille du vendeur depuis 1992 ! Celui-ci, avec une petite larme versée m’a donc demandé de lui donner des nouvelles de la future restauration de la belle.

Ce que j’ai fait dessus ?

Tout d’abord ce qui a été fait durant l’été-automne 2018 est une rénovation classique afin de lui faire valider le contrôle technique mais aussi pour être tranquille sur certains points : le chouette combo distribution/embrayage, un calorstat, un jeu aux soupapes et c’est parti pour la transplantation du nouveau moteur. J’ai aussi dû changer les deux bras de suspensions, les joints spi de sortie de boîte de vitesses, les bougies/fils de bougies et une durite d’eau. Cependant je n’ai pas touché aux freins et au train arrière qui étaient eux en bon état. Seule chose que j’ai regretté de ne pas avoir fait par la suite ont été les amortisseurs qui se sont révélés au bout du rouleau.

Un câble de compteur récalcitrant m’aura fait changer celui-ci 2 fois avant de me rendre compte que c’est l’axe du tachymètre qui est tordu et qui force, changement de compteur donc pour un sans aiguilles tordues et fanées par les UV, assez typique sur 205 XS et Rallye, avec pile 20.000 km de moins. Cela étant dit, pour garder l’authenticité du kilométrage, j’ouvrirai ce bloc compteur dans un futur proche pour le remettre à jour.

Le CT est passé avec succès le 1er décembre 2018 et enfin à moi les joies de la 205 XS !

Quelques moments mémorables à son volant

Premier souvenir le jour du contrôle technique, où j’ai emmené un très bon ami qui m’a aidé dans la remise en état de l’auto : un frein à main qui aurait pu être validé par Jeremy Clarkson dans un rond-point verglacé et une durite d’eau s’étant faite la malle sur le retour. C’est tout de même avec un bonheur certain que je profite enfin de mon nouveau daily, CT en poche.

Le premier trajet Grenoble-Montluçon avec, pour mes études, par les monts du Lyonnais et la N7 fût lui aussi palpitant ! Une frayeur sur route mouillée avec les pneus polonais datant de 2006, et un bon rythme dans quelques routes sinueuses me font apprécier la disponibilité du 1360 cm³ et la facilité de prise en main de l’auto, malgré un train avant manquant un peu de précision. Nous ne sommes pas sur une vraie petite sportive et de nouvelles liaisons au sol seraient les bienvenues tellement la puissance déborde sur le train avant non-triangulé.

Quelques autres souvenirs impérissables de mes nombreuses balades en Creuse voisine ne me font pas oublier à quel point cette auto est attachante, en particulier grâce à son caractère moteur, le confort et le maintien des semi-baquets et son design réussi. Une auto bien conçue et attrayante en somme.
Je tiens également à souligner les nombreux départs aux feux tricolores en hiver : 1ère à 6500tr/min, 2nde, et l’auto toujours en train de patiner. Mais aussi les ronds-points mouillés pris en glisse, la souplesse des trains roulants permettant encore une fois de splendides dérives.

Me vient aussi à l’esprit le shooting photo dans un col isérois par chez moi avec mon ami Alexis, jeune citroëniste compréhensif de mon attachement pour cette auto : « c’est vrai qu’elle a un truc », et très amusé par le duo carbu / boite courte à l’essai.

En résumé donc, de très beaux souvenirs et une auto que j’aime, malgré une addiction certaine pour la boisson et qui s’est révélée impossible à vendre lorsque j’ai dû, à un moment, m’en séparer.

Et maintenant ?

Actuellement remisée par manque de place chez moi, un nouveau projet attend cette 205 XS : l’idée serait maintenant de la transformer en un « Street Tracker » (merci à Guillaume pour l’expression), afin de mieux profiter de son fabuleux groupe motopropulseur et des qualités intrinsèques d’une 205 dans les cols alpins, petites routes de campagne et aussi sur quelques montées historiques, courses de côtes et sorties circuit loisir mais sans arriver à quelque chose d’irréversible, naturellement.

Au programme donc : des trains roulants provenant d’une 205 GTI 1.9, des amortisseurs Bilstein B6 associés à un rabaissement général de la caisse, des freins ventilés au diamètre majoré, des jantes de 106 Rallye, des baquets Peugeot Sport afin de préserver l’intérieur d’origine et une barre anti-rapprochement viendront coursifier cette 205 dans son bon jus. Une restauration complète dans les règles de l’art sera aussi prévue d’ici quelques années, je ne souhaite pas froisser mes amis puristes.

Pour conclure ce récit, cette 205 XS est une auto pleine de qualités, avec une vraie gueule, une vraie âme, distillant de belles sensations et restant très abordable en termes de coût d’utilisation et à assurer.
Merci de m’avoir lu et je vous dis à tous à bientôt sur les routes iséroises !


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.