Les Autos de l'Équipe, la Simca 1100 de Benjamin

Les Autos de l’Équipe, la Simca 1100 de Benjamin

Sur News d’Anciennes on a couvert pas loin de 40 événements liés aux autos anciennes entre Mars et Avril l’an dernier. Le soucis, c’est qu’avec les nombreuses annulations d’événements, il faut bien se rendre à l’évidence : il va falloir parler d’autre chose. Ça tombe bien, il y a un sujet que toute l’équipe n’a jamais vraiment évoqué avec vous : nos autos anciennes. Alors j’ouvre le bal en vous parlant de ma Simca 1100.


Ma Simca 1100 en quelques mots

C’est une auto de 1968, une Simca 1100 5CV, le petit modèle de la gamme. Le moteur n’était justement pas le Poissy 1100, mais un moteur plus petit, un Type D, 944 cm³ de 48 ch, 12 de moins que celui des autres 1100.

Celle-ci a une autre particularité. Sa teinte noire (combiné à un intérieur en simili rouge), originellement réservée aux modèles export. La première propriétaire voulant absolument cette teinte, cette auto ne partit pas à l’étranger.

J’en suis le troisième propriétaire. Après la première, le couple corrézien à qui je l’ai acheté l’a utilisé quotidiennement pendant plusieurs années avant que je n’en fasse l’acquisition en Avril 2014.

Pourquoi elle ?

En 2013 nous avions besoin d’une deuxième auto à la maison. J’étais déjà dans le monde de l’ancienne, donc acheter une occase ne m’intéressait pas. Mais je ne voulais pas avoir la même voiture ancienne que n’importe quel collectionneur. Et dans ce cas il faut oublier les Renault, Peugeot ou Citroën. Simca était donc la bonne marque. Pour le choix, il s’est vite arrêté sur une Simca 1100. La raison était toute bête, j’adorais une photo que j’avais prise à la Locomotion en Fête 2013 puis au salon de Reims 2014 (ci-dessous). Quand je regarde ces photos maintenant, beaucoup de choses ont changé, mais ces deux clichés ont eu une grande importance. Et puis en recherchant des infos, je me rendais compte que la 1100 de conception relativement moderne, plus que la 4L que j’avais revendue deux ans auparavant (après avoir fait deux fois le 4L Trophy à son volant).

Ensuite j’avoue que le prix de cette auto a grandement pesé pour elle. Je vais être transparent : 1200 € ! Quand on ne roule pas sur l’or (euphémisme) on peut quand même rouler en ancienne. Et puis le fait qu’on m’ait assuré qu’elle soit utilisée tous les jours a parachevé de me convaincre.

Un matin d’avril Thomas et moi avons traversé la France pour aller la chercher. Quand je l’ai découverte elle présentait une belle patine mais n’avait pas de défaut rédhibitoire. Les premiers tours de roues montrèrent cependant un souci : elle ne tenait pas le ralenti. Du coup le retour a été… compliqué, par la route et sur un peu plus de 500 bornes ! Mais c’était le début d’une belle histoire.

Ce que j’ai fait dessus

Vendue sans contrôle technique, il a fallu régler ce souci de ralenti au plus vite. Surtout pour l’utiliser en ville !

Ensuite j’ai roulé presque un an sans problème, seul un émetteur d’embrayage et le joint de cache culbuteur ont dû être changés. Je l’avais cependant passé à l’allumage électronique via un kit fourni par Classic Auto Elec (on vous le racontait ici).

Les Autos de l'Équipe, la Simca 1100 de Benjamin

Après l’avoir utilisé 18 mois comme daily driver, je l’ai ensuite utilisée en tant qu’ancienne, avec plus de parcimonie et pour me rendre à des événements. Les dernières interventions ont été un changement de tous les roulements, garnitures et pièces de freinage et l’été dernier une réfection du carbu et le changement de certaines durites qui en avaient bien besoin. J’en ai aussi profité pour mettre une bobine plus performante et en adéquation avec le kit d’allumage électronique et un changement de durites.

Niveau visuel, je n’ai rien fait dessus. Elle est loin d’être en état concours, mais c’est sa patine que j’adore ! Si je devais faire des modifications à ce niveau, ce serait pour la remettre en configuration d’origine. Les propriétaires précédents ont ajouté une grille “chromée” sur les custodes et une baguette du même genre sur le flanc de l’auto. Deux choses que n’avait pas la 1100 5cv. Et puis les roues auraient besoin d’un bon décapage et d’une peinture, en ne conservant que leur enjoliveur central.

Quelques moments mémorables à son volant

Il faut avouer que pour découvrir une auto, faire 500 bornes à son volant c’est forcément quelque chose de marquant. Surtout qu’à chaque arrêt il fallait redémarrer… et prier pour qu’elle le fasse ! Ce premier voyage mémorable m’a fait me dire qu’elle m’emmènerait vraiment partout.

Une autre grande route fut celle qui nous mena en Touraine. C’est à ce moment que j’ai découvert la fuite au niveau du cache culbuteur. L’huile fuyait légèrement, dans le sens de l’inclinaison du moteur… et tombait donc sur le collecteur. Un voyage… fumant !

Elle m’a rendu de fier services, et en a rendu à d’autres, notamment sur un rassemblement mensuel de l’Aube quand la Porsche 924 d’un copain refusait de démarrer… et que c’est la “force de traction” de ma Simca 1100 qui l’y a aidé !

Ensuite j’en ai fait des voyages, plus ou moins grands. Deux fois elle nous a baladé à la traversée de Paris. Deux autres fois elle m’a permis de rentrer dans l’espace club du Grand Prix de l’Age d’Or… et dormir sur place en jetant la tente derrière l’auto !

Et maintenant ?

Maintenant j’avoue moins rouler avec, surtout pour des petites distances… Mais vu sa forme actuelle, il n’est pas exclu que je programme un beau road-trip à son volant.
Je ne prévois pas de m’en séparer. C’est avec elle que j’ai connu le monde de la collection et même si j’achète une autre auto, plus puissante, plus belle, plus confortable, je garderais ma Simca 1100.

C’est tout pour elle. Dans les prochains jours vous allez découvrir les autos de nos contributeurs, avec pas mal de variété !


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “Les Autos de l’Équipe, la Simca 1100 de Benjamin”

  1. Benjamin,j’ai eut une 1100S ensuite une 1100 TI ,la tête du delco étant placée devant le moteur,parfois des problèmes en cas de fortes pluies .Déréglage de carbu aussi .Ce vaillant moteur monté dans la rallye 2 m’a permis de rouler sur différents circuits belges .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.