Iso Rivolta Lele, dessin moderne pour clore la lignée

Iso Rivolta Lele, dessin moderne pour clore la lignée
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Iso Rivolta Lele, dessin moderne pour clore la lignée

À la une sur News d'Anciennes

Ce n’est pas parce qu’on est un petit constructeur qu’il ne faut pas se renouveler. À la fin des années 60 le petit artisan italien s’en est rendu compte et a proposé une nouvelle auto : l’Iso Rivolta Lele.

L’Iso Rivola revue et corrigée

Lorsque l’auto est exposée au salon de New York en Avril 1969, l’auto est encore anonyme. Et pour cause, ce serait une commande unique pour un client américain. Mais l’accueil est bon et on décide de la lancer en production (ce qui était l’idée originelle) dans l’optique de remplacer l’Iso Rivolta IR300 et les 340 et 350 qui en découlent.

Ces autos sont apparues en 1963 et forment le modèle de base de la gamme qui s’est enrichie. La sportive du genre, c’est la Grifo avec son gros moteur. Et puis l’année précédente on a présenté la Fidia, berline luxueuse et bien motorisée au style bien plus moderne.

Iso Rivolta Lele, dessin moderne pour clore la lignée

L’Iso Rivolta Lele, nom qu’elle adopte à partir du salon de Francfort la même année, va d’ailleurs reprendre les recettes déjà vues sur les précédentes autos. Le châssis de la Rivolat IR300 (et des Grifo), conçu par Bizzarrini est toujours aussi bon et il est conservé. Côté moteur, pas de surprise, on va retourner se servir chez GM avec le Chevrolet 327ci (5.354 cm³).

Deux versions sont disponibles : l’Iso Rivolta Lele 300 pour autant de canassons et une boîte automatique et l’Iso Rivolta Lele 350, avec plus de puissance et une boîte manuelle à 4 vitesses.

Le design de cette 2+2 est confié à Bertone et c’est Gandini qui en signe les lignes très carrées. Entre le prototype et l’auto définitive, peu de changement extérieurs, mais plus à l’intérieur.

Pour le coup elle fait penser à la Lamborghini Jarama, mais c’est bien cette dernière qui “copiera” les lignes puisqu’elle sortira l’année suivante. On aime ou on déteste, en tout cas c’est moderne et dans l’air du temps.

Enfin pour le nom, c’est un cadeau. Lele est le prénom de la belle-fille de Renzo Rivolta, le fondateur de l’entreprise. En fait, Piero, le fils de Renzo étant trop occupé à concevoir l’auto a oublié le cadeau de noël de sa femme… et improvisé la promesse de donner son nom à la future auto.

Les premières autos sortent en Avril 1970. Les performances sont bonnes, l’accueil aussi.

1972 : l’Iso Rivolta Lele IR6 apparaît

Après trois années de productions, ce sont 125 autos qui sont sorties des ateliers, 112 avec le moteur de 300ch et 13 (seulement) avec le 350ch. Mais GM met le holà. Le constructeur italien devra dorénavant payer les moteurs à la commande. Pas facile quand on est un petit artisan.

C’est du coup chez un autre grand de Détroit, Ford, qu’Iso Motors va se fournir. La voiture change de nom pour devenir Iso Rivolta Lele IR6 lorsqu’elle récupère le moteur V8 Ford Cleveland 351ci. La boîte auto est aussi fournie par Ford et la puissance est alors unique : 325ch pour tout le monde.

On reconnait ces autos à un capot et des feux arrières modifiés.

Les ventes ne décollent pas vraiment mais Iso tente de se donner de la visibilité en s’engageant en F1 aux côtés Marlboro. En fait les autos sont des FX3 de 1972, toujours engagées par Frank Williams Racing Cars.

Pour le marketing, deux autos sont fabriquées pour les pilotes Nanni Galli et Howden Ganley. Bizzarrini, qui fait son retour chez Iso pour l’occasion, a revu le moteur qui passe à 360ch, mais surtout le freinage. Ces deux autos rouges ont des badges spécifiques. Mais elles ne se vendront pas.

L’année suivante l’Iso Rivolta Lele IR6 Sport apparaît. En fait ce sont des versions “de route” des Marlboro. La cavalerie est transmise via une nouvelle boîte manuelle à 5 rapports fournie par ZF.

L’aventure de la Formule 1, qui se solde par 6 points en deux saisons, a mis les finances d’Iso dans le rouge. Les Iso Rivolta Lele IR6 sont les dernières autos construites par la marque en 1974.

Au total 285 autos ont été construites. Évidemment ces autos sont des raretés absolues. Alors si vous en croisez une, admirez !

Photos complémentaires : Bonhams, Isorivolta.fr

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Iso Rivolta Lele, dessin moderne pour clore la lignée

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles