La Hotchkiss Artois, une semi-nouveauté pour sortir de la guerre

La Hotchkiss Artois, une semi-nouveauté pour sortir de la guerre
La Hotchkiss Artois, une semi-nouveauté pour sortir de la guerre
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Une MG très particulière bientôt proposée aux enchères

On aurait presque tendance à oublier qu'il n'y a pas que les maisons reconnues qui préparent des ventes aux enchères de voitures anciennes. Ainsi...

Essai d’une Citroën 2CV : Loin de tout sauf de l’essentiel

La deudeuche, un sujet compliqué auquel on ne s’est encore jamais attaqué dans notre rubrique essais. Pourquoi complexe ? Parce que c’est un thème vu...

Enchères Mécaniques : Maxime Lepissier nous présente la nouvelle émission auto de RMC Découverte

Si votre téléviseur ne diffuse que des émissions autos, vous êtes forcément, une bonne partie de la journée, calés sur RMC Découverte. Et vous...

Lotus Elite Type 14, les grandes premières

Cette auto, c'est une grande première. La marque de Colin Chapman a fait un saut dans une nouvelle ère avec sa Lotus Elite. Un...

La seconde guerre mondiale a fait du mal à bien des marques automobiles. Certaines s’en sont à peine relevées, d’autres ont dû changer leurs productions. Pour la marque aux deux canons, la situation a été périlleuse et c’est la Hotchkiss Artois qui aura la lourde tâche de relever le défi.

Les superbes modèles de cet articles ont été vus au rassemblement de Triel et à la vente Osenat d’Epoqu’Auto.

La Hotchkiss Artois, le classique modernisé

Au sortir de la seconde guerre mondiale, Hotchkiss redémarre ses chaînes de production. Sur celles-ci on trouve la 864 aussi appelée Cabourg. La voiture a une ligne classique, datant d’avant la guerre et une mécanique toute aussi classique.
Les acheteurs ne se bousculent pas et la marque est dans une situation compliquée.

C’est au salon de Paris 1948 que les deux nouveaux modèles sont proposés. Ils se nomment Hotchkiss Artois pour la 13CV et Hotchkiss Gascogne pour la 20CV.
Côté style, on reste dans le classicisme qui fait la marque de fabrique de la marque. Les surfaces vitrées sont augmentées, les phares sont en partie encastrés dans les ailes et les aération de capot sont supprimées. On garde cependant l’énorme calandre arrondie. Les phares et les aérations reviendront à la configuration “864” lorsque la voiture arrivera en vente.

Par contre, au niveau technique, on note une réelle évolution. Le freinage abandonne les câbles pour faire confiance à l’hydraulique. De plus les roues avant sont désormais indépendantes, elles abandonnent l’antique essieux rigide.

La Hotchkiss Artois garde comme motorisation le 4 cylindres de 2312 cm³ de cylindrée. Légèrement revu, sa puissance passe de 55 à 70ch. La Gascogne quand à elle hérite du 6 cylindres 3485 cm³ qui culmine lui à 110 ch, sa puissance a été réduite pour éviter la concurrence de modèles plus prestigieux.
Ces moteurs doivent faire avec une caisse lourde et massive. Du coup les vitesses de pointe sont respectivement de 110 et 140 km/h en pointe.

La Hotchkiss Artois et sa courte carrière

La production commence et les autos se vendent correctement. Par contre le nom Gascogne disparaît assez vite, la 6 cylindres s’appellera dorénavant la Hotchkiss Artois elle aussi.

Au salon de Paris 1949, on note une petite évolution esthétique. Deux petits phares encadrent la massive calandre, le premier est un anti-brouillard, le second est un longue portée. En plus, et contrairement à ce qui était exposé un an auparavant, le capot reçoit de nouvelles aérations !

En fait les évolutions majeures n’arriveront sur la voiture qu’avec sa remplaçante. La Hotchkiss Anjou incrustera les phares et modernisera la ligne. Elle est présentée au salon de Paris 1950, comme remplaçante de l’Artois.

La Hotchkiss Artois s’arrête donc, après une production de deux ans et 2000 exemplaires.

La Hotchkiss Artois, une semi-nouveauté pour sortir de la guerre

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Portrait de Collectionneur : Yann, 23 ans, un héritier bien armé

Après Éric, le papa, dont on parlait ici, qui nous avait déjà étonné par le panel de véhicules qu'il possède et par toutes ses...

Aux vérifications du Grand Prix de Monaco Historique 2021

On est tellement habitué aux événements annulés qu'il est étonnant de voir des rendez-vous d'envergure se tenir. Un des premiers du genre en ce...

Porsche 993 Targa, essai de la 911 de tous les jours

Trop longtemps. Cela faisait beaucoup trop longtemps que je n'avais pas fait un tour en Porsche 911. En l'occurrence c'était une 2.4 T, une...

Lotus Elite Type 14, les grandes premières

Cette auto, c'est une grande première. La marque de Colin Chapman a fait un saut dans une nouvelle ère avec sa Lotus Elite. Un...