Historic Racing by Peter Auto, au Mans et entre humidité et plaisir !

Historic Racing by Peter Auto, au Mans et entre humidité et plaisir !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Historic Racing by Peter Auto, au Mans et entre humidité et plaisir !
bertrand
rédacteur et photographe à news d'anciennes. Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

À la une sur News d'Anciennes

Les Series By Peter Auto faisaient escale, ce week-end sur le circuit Bugatti du Mans. Après le Grand Prix de l’Age d’Or sur le tracé de Dijon, l’article est ici, l’Historic Racing posait ses roues en terres mancelles. Certes, Le Mans Classic nous a manqué, mais entre deux averses, les beaux plateaux nous ont bien divertis !

L’Historic Racing By Peter Auto, le Bugatti a rendez-vous avec l’histoire !

C’est du 2 au 4 juillet que la dizaine de plateaux a investi le circuit du Mans. Ce n’était pas le « grand » tracé des 24H, mais le circuit Bugatti, tout aussi historique et tout aussi intéressant pour les pilotes.

Si le vendredi était réservé pour les essais libres, le samedi l’était pour les qualifs et quelques courses. Mais le plus gros des courses se déroulait le dimanche. Malheureusement, le week-end a été fort perturbé par les averses, ce qui a obligé les différents teams, ainsi que les pilotes, à jongler en permanence entre pneus slicks ou pneus pluie.

Reste que sur la piste les différents plateaux ont été assez animés. Même si certains étaient un peu moins fournis que d’habitude. Après, avec les restrictions sanitaires, nos amis anglais nous ont bien manqué, il ne faut pas se le cacher.

Un chouette week-end qui réunissait sur le Bugatti, l’histoire de l’automobile allant des année 50 au début des années 2000.

Les spectateurs, pas super nombreux, ont pu voir des GT, des prototypes et des voitures de tourisme, il y en avait pour tous les gouts et surtout de toutes les couleurs ! le décor est planté, les participants présentés, on attaque tout de suite avec les plateaux. Attention, ça va chauffer !

Historic Racing By Peter Auto, Fifties’s Legends en piste !

Ce plateau est composé des voitures les plus anciennes sur piste. On retrouve des autos allant des années 50 jusqu’au milieu des années 60.

Cette série a été plutôt animée, notamment par les petites Mini, dont certaines étaient assez déchainées. Pour ma part j’ai bien apprécié un joli trio de voitures, avec la Porsche 356, la Cooper T39 ou la toujours très classe, même sur piste, Jaguar MKII 3,8. Ce qui bien sûr ne retire rien au reste des autos qui composait cette série.

Classic Endurance Racing 1 & 2, du rapide

Le Classic Endurance Racing 1 couvre la période de 1966 à 1974 et engage des voitures ayant pris part aux courses d’endurance, période où l’endurance se disputait la vedette avec l’autre star qu’était la F1.

Déjà les qualifications ont donné lieux de belles empoignades, mais la course d’une heure du dimanche, a carrément été disputée. Juste dommage que la pluie soit encore venue jouer les trouble-fête.

Quel plaisir de voir les Lola T212 et surtout mes petites préférer que sont les T70, se battre contre les redoutables Porsche 911 Carrera RSR 3.0 ou les mythiques Ford GT40 lors de cet Historic Racing By Peter Auto. Mais les Chevron B19 et B21, avec les De Tomaso Pantera ne laissaient pas leur part dans ce combat, heureusement uniquement sportif !

Pour le plateau 2, cette fois on retrouvait les bolides allant des années 70 aux années 80. Cette série nous offrait de découvrir des autos pas très courantes comme la TOJ SC303(n°49) ou même la Cheetah G601(n°1).

Les nombreuses Chevron donnaient le la dans cette gamme, mais la grosse Ferrari 512 BBLM donnait de sa grosse voix. Tout ça sous l’œil de la très rare Porsche 924 Carrera GTR, reconnaissable être mille grâce à sa robe aux couleurs d’ Hugo Boss. Cette dernière est une parfaite réplique ou continuation, du modèle qui participa aux 24H en 1981.

Pas de tourisme avec l’Héritage Touring Cup !

La section de l’Héritage Touring Cup réunissait la crème du Championnat d’Europe de Tourisme, qui courait de 1966 à 1985. Là aussi les pilotes ne s’étaient pas déplacés en terre mancelle pour enfiler des perles. En effet les Ford Capri avaient décidé d’être en tête, mais derrière les Escort et BMW 3.0 L CSL en avaient décidé autrement.

Sachant qu’un essaim de BMW 635 CSI n’allaient pas les regarder faire, ça sentait bon l’attaque tout ça ! Dommage que vous n’ayez pas le son, car les Capri étaient en mode baryton et ça, c’était juste beau ! Je donne un 10/10 sur la déco de la BM 3.0 CSL n°22, qui était juste magnifique.

Group C Racing, ça gronde sur l’Historic Racing By Peter Auto

Les Group C n’étaient pas les plus nombreuses, seulement 11 voitures prévues sur la piste, chiffre redescendu à 10 pour la course avec une non-partante qu’était la Peugeot 905 EVO. En tout cas c’étaient celles qui parlaient le plus fort ! Ah la vache, mais quel son, quelle mélodie mes amis ! Quelle envolée lyrique dans la ligne droite des stands.

La Jaguar XJR-8 ou la Porsche 962 C nous ont donné des frissons. Cela dit, la Tiga GC288 ou les Spice étaient en grande forme également. La Nissan R90CK et sa robe canari avait du coffre et une grosse patate. Même la grosse averse sur la course du samedi n’a pas refroidi les ardeurs de nos belles !

L’Endurance Racing Legends, les jeunes sont bien là !

La série Endurance Racing Legends est composée de GT et de Prototypes les plus récents. Cette catégorie portait sur les années 2000. Ainsi on pouvait retrouver des Porsche 996 GT3-RS, de belles Aston Martin V8 Vantage ou DBR. Gros coup de cœur personnel sur la Dodge Viper GTS. La Toyota Supra GT2 était bien présente. Là aussi ça jouait de la belle mélodie !

Historic Racing 2021, The Greatest’s Trophy des légendes sur la piste

Pour The Greatest’s Trophy, les légendes étaient nombreuses, tout issues des épreuves des années 50 et 60. Les Italiennes étaient prédominantes avec les Bizzarrini 5300 GT, de magnifique Alfa Romeo SZ et TZ, avec notamment une rare TZ2 avec coque en fibre de verre signé Zagato.

De belles Porsche 550 spyder et 356 Carrera et une Lister Jaguar, cassaient la suprématie italienne. On notera que ce plateau recueillait la seule française présente ce week-end, a savoir une D.B HBR5, une sympathique “camionnette” qui participa a l’édition de 1959.

La 2L Cup, Les Porsche en bagarrent sur l’Historic Racing By Peter Auto 2021

Attention aux âmes sensibles, là vas-y avoir de la grosse baston ! Cette série réunissant les Porsche 911 châssis courts d’avant 66, est tout sauf calme. Chaque virage donne lieu à de sévères empoignades, ça freine au dernier moment, ça part en glissade, ça accélère sec, bref tout ce qu’on aime. Et vu que la quarantaine de concurrents joue à armes égales avec des 2L dans le sac à dos (ok, plus ou moins préparés), seules les pilotes doivent faire la différence. Je mets un 10 sur la déco de n°16 portant sur le festival de la BD d’Angoulême.

Des paddocks fantastiques à l’Historic Racing By Peter Auto

Ce week-end au Mans, il ne fallait surtout pas rater de visiter les paddocks. Ils étaient tous ouverts et on pouvait donc voir de très près les voitures qui tournaient. Bien sûr les pilotes n’étaient pas avares de paroles pour discuter de leurs autos, tout comme leurs mécanos. Quel bonheur de respirer un peu de cet air au bon gout de course. Pour un peu on se serait cru dans un team.

Quelques commerçants avaient sorti leurs étals. On retrouvait celui de Nicolas Dubost, nous en avions parlé ici. Son art automobile est toujours aussi beau. En revanche, avec les beaux plateaux j’ai un peu raté de visiter les clubs qui étaient venus. J’ai quand même croisé le début d’une session sur la piste le midi. Tout comme le départ du club, Amilcar venue en nombre.

Sixties’ Endurance, va y avoir du sport

On retourne sur la piste de l’Historic Racing by Peter Auto.

Le Sixties’ Endurance est une série regroupant les voitures de sports pré-63 et des GT pré-66, toutes ont participé au championnat du monde de l’époque. Avec une course de deux heures, c’est un véritable temps fort de ces deux jours. C’est près de 70 voitures diverses qui s’affrontent avec également une grande diversité de cylindrées. Les petites Lotus affrontaient les redoutables AC Cobra de 5 litres. Les Jaguar Type E étaient en nombre pour notre plus grand plaisir.

Pendant ce week-end du Mans, je n’étais pas seul, notre ami Elvis était présent et nous livres ses impressionts.

Historic Racing by Peter Auto : tout sauf un ersatz !

À défaut du Mans Classic, reporté pour les raisons que l’on sait tous, Peter Auto nous a gratifiés d’un meeting sur le circuit Bugatti. Alors oui les grincheux vont nous dire ce n’est pas le grand circuit, il n’y a pas de course de nuit, ni les « gros plateaux xxl » etc.  Mais pour dire ça, il ne faut jamais avoir été dans un rassemblement Peter Auto dans sa vie.

En effet, dans un meeting comme le Historic Racing by Peter Auto, on retrouve tous les ingrédients habituels qui font le succès des organisations signées Patrick Peter. Un beau circuit, oui le Bugatti est un beau circuit, une organisation rodée et efficace, et surtout de belles autos ! Et en ce début juillet, on a eu tout ça en Sarthe ! Bon, on aurait aimé un ciel au beau fixe, mais les vannes célestes sont encore dans les impondérables des organisateurs, quels qu’ils soient.

Bref, comme à Dijon, j’ai encore pris beaucoup de plaisir aussi bien en bord de piste qu’en paddock à voir ces belles mécaniques de près. Plaisir des yeux et des oreilles. Alors oui ce n’est pas « Le Mans Classic », d’ailleurs, autant Peter Auto que l’ACO, le répétaient régulièrement, mais c’était quand même un bel avant-gout, une espèce d’apéritif en attendant le repas !

Comme à Dijon, j’ai adoré le plateau et le spectacle de l’Héritage Touring Cup, et j’ai pris grand plaisir à retrouver les Endurance Racing Legend. Les Corvette et Aston Martin accompagnent décidément très bien les traditionnels Porsche. Quelle ligne et quelle sonorité !

En voyant ça, on se dit, vivement l’an prochain et Le Mans Classic. D’ailleurs, pourquoi pas une alternance entre LM Classic et l’Historic Racing by Peter Auto ? Habitant près du circuit je prêche pour ma paroisse, mais il faut reconnaître qu’historiquement, Le Mans est LA piste qui possède le plus d’ADN d’endurance.

Un bel Historic Racing By Peter Auto 2021 au Mans

Malgré le temps pas terrible le soleil nous a manqué pour éclairer les photos. Cet Historic Racing by Peter Auto nous a bien fait plaisir. Les plateaux étaient très sympas, même si certains étaient un peu légers, du moins au regard du standard Peter Auto. Je pense que les restrictions pour nos amis anglais y sont pour beaucoup.

Reste que les autos présentes étaient vraiment intéressantes et la bagarre sur la piste valait amplement le déplacement. De plus le circuit Bugatti est vraiment un circuit très sympa et offre de beaux points de vue pour le public. Un beau week-end de sport mécanique comme on aime, avec une organisation sans faille des équipes de Peter Auto.

Prochain rendez-vous : ce sera dans le sud avec Nogaro Classics.