De Tomaso Vallelunga, entrée en matière remarquable

De Tomaso Vallelunga, entrée en matière remarquable
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

Acheter Une Voiture Ancienne : attention aux restaurations « made in USA »

Qu’elles semblent belles certaines anciennes venues d’Amérique. Des véhicules rutilants à prix très concurrentiels. Une Ford Mustang GT de 1967 à 16.000...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Si on connaît De Tomaso pour sa Pantera, c’est parce que les autos qui ont précédé cette sportive sont beaucoup plus confidentielles ! La toute première c’est la De Tomaso Vallelunga et c’est d’elle dont on vous parle aujourd’hui.

Avant tout : qui est Alejandro De Tomaso ?

Comme son nom l’indique Alejandro De Tomaso est… argentin, mais son père est tout de même italien. Né en 1928 à Buenos Aires sa jeunesse se passe dans le ranch familial dont il prend la tête à ses 20 ans. Pas du tout en accord avec la politique de Perón, il dirige un journal d’opposition et il est lié à une tentative de coup d’état… qui le conduit à l’exil. À 27 ans le voilà en Italie, dans la région de Modène avec la concentration automobile qu’on lui connaît.

Deux ans plus tard, il réussit à devenir pilote pour Maserati. Ses Grand Prix ne donneront pas grand chose. En fait son seul fait d’arme notable est la victoire à l’indice aux 24h du Mans 1958 sur une OSCA Sport 750 TN.

En 1959 après une carrière de deux ans, il fonde sa propre marque d’automobile. Ses premières créations sont des Formule Junior et Formule 3. Mais il finit par engager des F1 en 1961… leurs résultats n’égaleront que ses propres résultats de pilote. En plus de la compétition il se lance dans les autos de route en 1963.

Ainsi naquît la De Tomaso Vallelunga… prête à être vendue

Au Salon de Turin 1963 est présentée la De Tomaso Vallelunga. Le nom provient du circuit situé juste au nord de Rome. Elle ne ressemble pas du tout à l’auto finale puisque c’est un spyder qui ressemble à une Porsche 550.

Par contre la base technique est définitive. L’argentin a fait confiance à un châssis-poutre, une solution utilisée par Tatra, d’accord, mais surtout par deux marques qui se distinguent par la légèreté de leurs autos : Lotus et Alpine ! Côté suspensions, ce sont des solutions sportives : double triangulation à l’avant, triangle inversés à l’arrière.

Le moteur est installé dans une structure en Y, en position centrale arrière, dans l’habitacle en fait. C’est un 4 cylindres Ford 1500 sorti des Cortina. Relativement léger, il développe quand même 106 ch ! La boîte quatre est un savant mélange de pignons Hewland et d’un carter VW !

En fait cette auto n’est qu’un démonstrateur du savoir-faire de De Tomaso. Le but est de vendre le concept à un constructeur… qui ne viendra jamais. Le petit artisan décide donc… de la produire tout seul !

La De Tomaso Vallelunga définitive

Le design va vite changer et pour l’apparition suivante de la De Tomaso Vallelunga elle revêt une robe signée Fissore en aluminium.

De Tomaso Vallelunga, entrée en matière remarquable
La De Tomaso Vallelunga de Fissore

Finalement c’est Ghia qui la produira, sur le dessin de Fissore, mais en utilisant de la fibre de verre !
La voiture pèse seulement 726 kilos.

Par contre, c’est une auto très étudiée et donc très chère. Les commandes seront rares puisque seules 53 autos seront produites entre 1963 et 1968. Beaucoup se retrouveront en course, le 4 cylindres d’origine remplacé par la version double arbre de 136 ch (celui de la Ford Lotus Cortina).

Mais au delà de la Vallelunga en elle-même, c’est un vrai premier pas qui est accompli. La Mangusta utilisera le même châssis, mais fera appel à un plus gros moteur, toujours venu de chez Ford. On en reparlera.

Les De Tomaso Vallelunga de nos jours

C’est une auto rare ! On a pu en voir une ces dernières années à Rétromobile, en 2016 et à la vente Artcurial en 2018. C’est d’ailleurs une des rares fois où l’auto s’est vendue ces dernières année en sale des ventes, elle avait atteint 292.040 €, le prix de l’exclusivité !

Photos additionnelles : De Tomaso et Bonhams

De Tomaso Vallelunga, entrée en matière remarquable

Sur le même thème

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Acheter Une Voiture Ancienne : attention aux restaurations « made in USA »

Qu’elles semblent belles certaines anciennes venues d’Amérique. Des véhicules rutilants à prix très concurrentiels. Une Ford Mustang GT de 1967 à 16.000...

Technik Museum Sinsheim : l’empire de la locomotion

En Allemagne au milieu de nulle part, coincé entre Mannheim et Stuttgart, s’étend sur 50 000 m², une collection de 3000 engins...

Matra MS650, Ferrari 512, ces protos qui ont couru le Tour de France

Cette année le Tour Auto faisait la part belle aux Porsche de compétition et surtout aux protos de Stuttgart qui ont couru...

La vente Osenat du 20 Octobre confirme la santé des enchères

Ce mardi c'est à Fontainebleau que le marteau s'abaissait. Osenat proposait une vente d'autos anciennes et d'automobilia avec un beau catalogue très...