Acheter Une Ancienne, quand trouver certaines pièces s'avère galère

Acheter Une Ancienne, quand trouver certaines pièces s’avère galère

Ça y est, elle est dans le garage ! Vous venez d’acheter votre auto ancienne et vous vous préparez à rouler. Vous avez tout prévu, le budget d’achat et celui pour l’entretien ou la remise à niveau de quelques détails. Mais faites attention, certaines pièces ne sont pas seulement difficile à acheter à cause du budget, elles sont simplement difficile à trouver ! On fait le point, histoire de ne pas avoir de mauvaise surprise.


Les pièces quasi introuvables

Les vitrages

On ne va pas vous raconter que les vitrages de votre ancienne sont des pièces d’usure… mais on en est pas loin. Impact, fissuration, ce sont des pièces fragiles et pas toujours faciles à retrouver. Et plus l’auto est ancienne, pire c’est ! Le remplacement de votre pare-brise fissuré, d’un phare cassé par une citadine qui a raté son créneau, d’une vitre de custode qui a reçu un coup de clé (ça arrive et c’est pas agréable), c’est parfois la galère.

Les spécialistes de ce genre de pièces pourront retrouver quelques pièces. Les bourses vous aideront également… mais ces pièces fragiles ont eu plus de mal que d’autres à traverser les années de stockage… Alors on s’arme de patience et on cherche bien.

Les pneus

Alors là on va parler de cas très spécifiques. Les montes pneumatiques des autos populaires ne sont pas un soucis. La plupart des détaillants en ont en stock… puisque ces autos largement diffusées créent toujours une demande à satisfaire.

Par contre, pour certaines montes, c’est une vraie galère. Deux exemples illustrent bien ce problème.
D’abord la Jaguar XJS. Montée à l’origine en 235/65 R15 avec des Pirelli. Sauf que cette monte n’est refabriquée qu’avec parcimonie par le manufacturier italien et que la gomme… est restée d’époque. Ajoutez à cela un prix énorme, il va falloir chercher vos pneus au bon moment… et allonger les billets.
Ensuite les Michelin TRX. Ils sont refabriqués, mais là encore le prix est exorbitant, les mélanges pas forcément de qualité (euphémisme) et ils restent rares, surtout quand on parle des Ferrari qui recevaient les plus gros boudins. En plus, les montes des TRX sont en millimètres, pas en pouces ! Du coup on est un peu piégé…

La solution à ces deux cas de figure réside… dans le changement de roues. Pas le choix. Les propriétaires de Jaguar monteront des 16″ qui étaient proposées en option. Ceux des Ferrari doivent d’abord trouver des jantes en pouces, et ensuite la gamme de pneu est plus facile à trouver !

Les pneus, c’est tout bête, mais il vaut mieux y penser à l’avance.

L’électricité… et l’électronique

Avec tout ce que l’on trouve en pièces refabriquées pour l’électricité, on pourrait penser que ce n’est pas un vrai problème. Oui on trouvera des navettes en 6V, même avec des LED si on veut. Par contre pour avoir son auto dans un état strictement d’origine, c’est compliqué.
Fusibles ou boîte à fusible spécifiques (un proprio de 911 veut une boîte à fusible de 911), tête de Delco introuvable, compteurs, boutons de tableau de bord, autant de pièces qui peuvent s’avérer compliquées à trouver, surtout si votre ancienne a été peu produite. Et ça c’est uniquement pour la partie purement électrique.

Quand en plus on ajoute l’électronique, ça peut devenir réellement problématique. Certes on s’adresse à des youngtimers donc à des autos pas si anciennes. Mais là encore, quelques pièces “innovantes” et donc fabriquées pour tel ou tel modèle pourront vous poser des soucis.

L’idéal : avoir de bonnes adresses (on en a une pour vous) et un bon électricien automobile à portée de remorquage.

Les pièces qui ont dû évoluer

Il y a les pièces difficiles ou impossibles à trouver… et celles qui ont changé et ne sont plus forcément aussi qualitatives qu’au moment où l’auto est sortie. On fait un petit tour de celles-ci.

Les plaquettes

Vous savez ce qui rentrait dans la composition des garnitures de freins des anciennes ? Vous savez, celles qui freinaient super bien et sans bruit ou presque. Et oui, avec de l’amiante, interdite d’utilisation depuis 1997. Sauf que depuis, bah on a pas trouvé mieux.

Donc on oublie les pièces d’origine et on passe aux refabrications avec fibre de verre… et on apprécie le résultat.

Les coussinets

En cherchant bien on trouve des coussinets fabriqués avec des matériaux conformes à l’origine. Même si le savoir-faire se perd un peu, on trouve en France quelques société qui savent encore manier les alliages de plomb et les régules.
Par contre on se méfiera des refabrications des grandes marques du milieu qui ne proposent pas toujours les mêmes alliages… donc pas les mêmes qualités d’antifriction ni le même fonctionnement.

Les essuie-glace et les joints

Même problématique ou presque que les deux cas ci-dessus. Quelques produits chimiques bien pratiques pour le traitement des caoutchoucs ont été interdits. Résultat, on se retrouve avec des fabrications plus “sèches”, qui vieillissent moins bien et sont plus compliquées à trouver.

Détournez vous des refabrications à bas prix et n’hésitez pas à mettre le prix pour acheter les bonnes pièces, ça vous évitera de devoir le refaire !

Les pare-chocs chromés

On revient un peu au problème des vitrages. Les pare-chocs sont des pièces exposées… c’est même leur but. Du coup il faut faire attention à eux, surtout si on utilise son ancienne régulièrement dans la jungle urbaine.

Les pare-chocs d’origine sont trouvables sur les bourses et auprès de certains spécialistes qui ont préservé des stocks d’origine… mais pas facile à trouver.

Il faudra donc faire une entorse au strict origine et faire confiance aux refabrications. On trouve de tout mais en France on a le bonheur de retrouver un spécialiste du genre, qui les propose en Inox poli. Le rendu sera le même qu’un chromé, sans souci de corrosion. Et il faudra vraiment un œil très averti pour voir que ce n’est pas une pièce d’origine.

Conclusion :

Dans notre second “Acheter Une Ancienne”, Alexandre nous avait parlé du budget, qui devait comprendre l’entretien et la remise à niveau de l’auto (c’est par ici).
Là on vous recommande d’aller plus loin : prévoyez le budget ET les bonnes adresses. Heureusement pour vous, le tissu des collectionneur est bien maillé et de bon conseil. C’est même une des raisons d’être des clubs !


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 commentaires sur “Acheter Une Ancienne, quand trouver certaines pièces s’avère galère”

  1. Bon article!
    Pour info, les pare-brises ne sont pas si rares, par contre, les joncs chromés qui sont montés sur le joint autour du pare-brise sont très difficiles à trouver et à monter. Beaucoup de propriétaire d’anciennes se sont mordus les doigts sur ces pièces!
    Pour les pneus, il y’a de plus en plus de bonnes refabrication. En Angleterre, il y’à Blockley et Avon. Ils ont reproduit pour moi un jeu de Dunlop Turbospeed, à un coût qui n’était pas si délirant.

  2. Assez d’accord. Deux remarques: 1) pour les vitrages c’est difficile quand il s’agit de modèles rares (chaque vitrage est propre à chaque auto, et inversement…), mais Europarts à Reims a 95% des références en stock. Pour les 5% restants, classicglass.fr peut tout refaire, mais cela a un coût. 2) la technologie d’impression 3D peut rendre de grands services ! Plastique (résine) bien sûr, mais également de plus en plus métal. Ce sera intéressant de suivre les progrès en la matière, c’est le cas de le dire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.