Jean Ragnotti, le pilote et champion des 360 prend sa retraite

Si vous avez pu voir Jean Ragnotti à Lohéac en démonstration pour Renault Classic, vous êtes les derniers chanceux (et si vous ne l’avez pas vu l’article est ici). Le pilote a en effet annoncé sa retraite. Retour sur la longue carrière d’un des pilotes les plus appréciés en France.

Jean Ragnotti un pilote pro éclectique

Né en 1945 dans le Vaucluse, sa première apparition en course intervient en 1967. D’abord sur le circuit de Miramas, puis en rallye où au volant d’une R8 Gordini il finit troisième du Rallye-Pétrole d’Istres et premier en Groupe 2.
L’année suivante son programme se partage entre différents rallyes où il brille, toujours sur R8 Gord’ en remportant plusieurs fois le Groupe 1. Il s’essaye aussi au circuit de façon plus poussée sur la Coupe Gordini.

Après un bon début 1969, le voilà qui rejoint l’écurie Opel. On le retrouve pour la première fois au Tour de Corse où il remporte sa classe.
L’année 1970 commence bien avec une 11e place pour son premier Monte Carlo, et une nouvelle victoire de classe. Ses différentes victoires de classe et ses bonnes place au scratch l’amènent à la 4e place du Championnat d’Europe des Rallyes tandis qu’il est vice-champion de France.

Sa carrière continue et en 1972 il se diversifie. Jean Ragnotti participe aux 1000 km du Nürburgring et remporte sa classe au Tour Auto.
L’année suivante on le retrouve en F3 sur une March alors qu’il est retourné chez Renault pour le Monte Carlo sur R12 Gordini.
En 1974 sa carrière circuit l’amène en Champion d’Europe des Sports 2Litres sur une March et en 1975 il est vice-champion d’Europe de Formule Renault.
En 1976 c’est en rallye qu’il brille le plus avec la victoire au Tour de la Réunion sur Alpine et une 4e place au Tour de Corse, de nouveau sur Alpine.

Les premiers titres

L’année 1977 est celle de ces premiers très gros succès. Il termine 4e de ses deuxièmes 24h du Mans sur Inaltera en remportant la catégorie GTP puis il enlève son premier titre, celui de Champion de France de Rallycross, avec 6 victoires, sur Alpine A310.
2e du Monte Carlo en 1978, sur R5 Alpine, il re-termine 4e des 24h du Mans, cette fois sur une Alpine A442 officielle. En 1979 il signera son 3e top 5 d’affilée avec une 5e place sur une Rondeau, et la victoire en Groupe 6.

En 1980 Jean Ragnotti goûte au rallyes-raid en se classant 9e du Dakar sur VW Iltis. Surtout, cette année là il est champion de France des Rallyes remportant le Lyon-Charbonnières, le rallye de Lorraine et celui du Mont-Blanc.

En 1981 il signe sa première victoire en Championnat du Monde des Rallyes, en remportant le Monte-Carlo sur une R5 Turbo. Il accroche sa seconde victoire l’année suivante en Corse.
Il faut attendre 1984 pour qu’il accroche un nouveau titre, celui de champion de France des Rallyes, toujours sur R5 Turbo. En 1985, toujours sur la même voiture, il va remporter le Tour de Corse et le Tour de France Automobile.

Au Monte Carlo 1981

La suite de sa carrière se partagera entre la Superproduction (champion de France 1988 sur R21 Turbo Quadra, vice-Champion 1989) et les rallyes Groupe 2 Roues motrices (vice-champion FIA 1987, Champion de France 1991 et 1994, vice-champion en 1992 et 1993) et Groupe N où il est champion de France 1990.

En 1996 après presque 30 ans de carrière, Jean Ragnotti raccroche le casque et commence une nouvelle carrière.

Jeannot le champion des 360

Ensuite, on passe à la carrière de Jeannot. On va énormément le voir dans une seconde carrière où il conduira de très nombreuses Renault anciennes. La plupart du temps ce sera en démonstration où ses 360 sur la ligne droite des stands de divers circuits étaient attendus. Il était aussi ambassadeur de Renault sur bien des événements, venant souvent faire la visite du stand du Losange à Rétromobile par exemple.

Mais on le verra aussi en compétition puisque Renault Classic alignera pendant plusieurs années des autos sur le Rallye Monte Carlo Historique.

Enfin, sur des autos de circuit, il sera aligné au Mans Classic, sur des Alpine A442 et A443 ou une plus ancienne M65 mais on le verra aussi piloter des F1 de l’ère Turbo. Des autos qu’il conduira aussi en démo, notamment au Losange Passion International.

On lui souhaite maintenant un bon repos, en espérant le croiser, si ce n’est au volant, au moins en temps que bagnolard.

Photos additionnelles : Renault Press

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.