Rétromobile 2019, les constructeurs français à l’honneur

Alors qu’on vous a déjà parlé des constructeurs étrangers (c’était ici), maintenant place au plat de résistance avec les constructeurs français. Ils étaient 4 à s’être déplacé à Rétromobile 2019. Evidemment les Chevrons étaient là.

Pas besoin de chercher longtemps, tous ces stands sont placés dans le hall 1 dans une zone très centrale.

Citroën en force

On a pas tous les jours 100 ans. Et quand c’est le cas, faut que ça se voit. Citroën occupait une place énorme dans le hall 1. On laisse un peu de suspens, et on commence avec une partie qui est un peu moins médiatisée mais toute aussi importante : les clubs. D’habitude les clubs sont une bonne partie de ce qu’on peut voir de Citroën. A Rétromobile 2019 on retrouve 10 autos qui représentent 14 clubs. Parmi ces autos on notera une Traction de 1940, la Traction pour Jean Moulin, une Mehari Azur, une des SM Le Mylord, des DS, une XM qui fête ses 30 ans, une Ami 8 qui fête ses 50 ans, une Ami 6 Break Service et une CX.

Mais le gros de l’exposition Citroën, c’est l’énorme espace que le constructeur investissait avec les trésors sortis du Conservatoire, et quelques bijoux sortis pour l’occasion de collections privées. Trois alignements de 10 voitures sur 60m de long, le dispositif était énorme. L’allée la plus à gauche était dédiée entièrement aux concept-cars, celle du milieu aux véhicules de série, de la Type A au C5 Aircross et l’allée de droite à la compétition et aux grands espaces avec une Kégresse, puis la Petite Rosalie et on continuait jusqu’à la C3 de Sebastien Ogier.

Une exposition superbe, les Chevrons mettent vraiment le paquet sur les 100 ans en ayant déjà les yeux tournés vers le mois de Juillet et La Ferté Vidame.

Renault : le Turbo à l’honneur

Du côté du losange, on retrouvait plein de Youngtimers ! Mais pourquoi donc ? Et bien en Juin 1979, Renault est le premier motoriste à imposer, à Dijon avec Jean-Pierre Jabouille, le moteur Turbo en Formule 1.

Le constructeur continuera sur sa lancée en proposant toute une gamme d’auto Turbo. On part ici de la R5 Turbo, on continue vers les R5 Alpine Turbo, Super 5 Turbo, R11, R18, Fuego et ensuite les berline “avions de chasse” R21 2L Turbo et Safrane Biturbo. On terminait avec la plus paisible R25 Baccara et la Megane R.S Trophy.

Peugeot : les clubs sortent leurs beautés

Forcément au sein de PSA, le lion de pouvait pas lutter avec Citroën. Mais les sochaliennes étaient là. La plus récente, la e-Legend qu’on pouvait vraiment approcher de près, quelques mois après son apparition ici-même au mondial. Juste à côté, une 204 Coupé qui sera engagée sur le Tour Auto. La 304, qui sera cinquantenaire cette année n’est pas non plus oubliée.

On noter aussi la présence d’une Talbot Tagora, et oui la marque appartient toujours à Peugeot, et une toute petite auto électrique datant de la seconde guerre mondiale.

N’oublions pas Bugatti !

Et oui, Bugatti reste un constructeur français puisqu’elles sont construites en Alsace. Pourtant sur les deux autos présentes sur le stand on retrouve une EB110 (une des nombreuses du salon) qui a, elle, été construite en Italie. Le stand est petit mais beau. En même temps, Bugatti fête ses 110 ans cette année. Un anniversaire que la marque célébrera à sa façon, notamment avec un programme de conduite de la Veyron.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !
Paul Guy on Email
Paul Guy
Rédacteur - Photographe à News d'Anciennes
Paul aime passer son temps à courir après les véhicules anciens. Au sens large puisque les autos côtoient les trains et les avions !
Il a rejoint l'équipe à l'été 2018.

4 commentaires sur “Rétromobile 2019, les constructeurs français à l’honneur”

  1. je n’ai pas pu m’ y rendre cette année , merci à tous ceux qui nous l’on fait vivre en photos . étant de Lyon , j’ai eu l’immense plaisir d’assister au départ et au retour du T 100 à la fondation Berliet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.