Art of Racer, La Caverne aux Trésors Motorisés

C’était une étape qui s’est rajoutée à la dernière minute. Pendant notre voyage alsacien (lire : Road Trip Alsacien, Marchés de Noël, Route des Vins et Cox) l’ami Fabrice nous glisse à l’oreille de passer chez Art of Racer. Changement de plan, avant de filer sur la route des vins, la Cox prend la direction de la plaine d’Alsace. Et on a pas été déçus du voyage !

Art of Racer : constructeur de customs

En arrivant dans les locaux d’Art of Racer, on se retrouve face à un atelier bien chargé. Les Harley sont partout. Des modèles “presque normaux” aux transformations plus poussées, on retrouve des motos vraiment différentes ici. Au mur, des centaines d’outils, d’époque ou pas. Sur les établis, des châssis reçoivent des modifications. Ici on construit des motos en fonction des désirs du client. Des motos de caractère entourés par une déco constituée de belles plaques émaillées.

Mais les automobiles ne sont pas loin. Car le custom ne s’exprime pas qu’avec les motos. Une Ford des années 30 est en cours de remontage. L’auto est belle et on ne sait pas encore à quoi elle ressemblera. Les cuves de phares peintes en noir mat peuvent nous donner une indication.
On ne trouve pas que du custom dans cet atelier. Deux autos “full stock” attirent l’œil. Tout d’abord… une Bugatti Type 57 Galibier. Même coloris que celle que nous avions essayé (à revoir ici) mais les phares sont ici intégrés aux ailes. A côté une Mathis expose des couleurs un peu plus vives.

Voilà pour l’atelier… mais ce n’est en fait qu’une toute petite partie de ce qui nous attend.

La caverne d’Art Of Racer

Une réserve folle

On nous indique que Cyril, le propriétaire des lieux est “derrière”. Alors on y va. Mais où est-ce qu’on est ?! Bon dieu ! Les locaux sont vraisemblablement ceux d’une ancienne usine. Et une grande usine ! Quelle que soit la ligne de production qui ait pris place ici, elle a été remplacée par des rayonnages et du stockage.

Pièces détachées, morceaux d’autos, châssis complet, voitures en cours de travaux, on découvre un lieu qu’adorerait les urbexers… sauf qu’ici rien n’est abandonné !

On retrouve enfin Cyril Gautier, le maître des lieux. Il est en train de décharger une Alfa Romeo 2000. Heureusement qu’il nous le dit. De loin, difficile de se rendre compte que ce n’est pas une 2600. Elle est légèrement plus petite. En tout cas les lignes du Bertone s’annonce sur cette auto. Celle là est complète… et fera certainement l’objet d’un beau chantier à venir.

Cyril est bien occupé. Je lui demande si on peut TOUT prendre en photo :
On me dit que je ne vis pas assez caché… Je sais. Mais vas-y“. Et on comprend vite pourquoi. “Tiens regarde là bas. Si t’as des amateurs de Honda, il vont aimer !” Effectivement, un petit local regorge de motos !

Deuxième réserve : encore des surprises

Dans cette deuxième réserve on retrouve des autos et motos de provenances diverses… et tout simplement diverses dans leurs définitions.

Au fond, on retrouve par exemple une Peugeot 203 Break blanche qui arbore un flaming bleu “C’est l’auto que j’avais étant jeune quand j’étais compagnon. J’ai fait des bornes avec.” De l’autre côté, deux Lotus Elan M100. Une auto un peu oubliée… et présente ici pour une curieuse raison. “Je vais ouvrir un musée ici. Et j’aimerais parler de toutes les Bugatti. A défaut de pouvoir avoir une EB110, ces Lotus couvriront la période Artioli. Il était le propriétaire des deux marques.” Une superbe Innocenti Cooper affiche une belle teinte jaune. “Je l’ai achetée au bon moment.

On retrouve également une Camaro, mais deux autos sont particulièrement remarquables. Une Jaguar XK140 tout d’abord. La carrosserie a été superbement restaurée et elle attend que son moteur revu (avec culasse Type C) soit remis sous le capot pour reprendre la route. Devant elle un tricycle Darmont. Mais pas n’importe lequel. “C’est un étoile de France. J’ai du faire quelques sacrifices pour l’avoir, mais je ne pouvais pas le laisser passer.

Bugatti, Monet Goyon, américaines et Renault 25 !

Encore un espace s’ouvre à nous ! On y retrouve des banderoles connues. Celles d’Osenat. C’est ici qu’a eu lieu la première vent Alsacienne de la maison belifontaine (à retrouver ici), et ensuite Cyril a été mis à contribution pour la vente du salon de Strasbourg en Mai. On retrouve d’ailleurs un des joyaux de la vente. La Bugatti Type 35B rouge. D’origine anglaise, elle va être entièrement démontée pour être refaite avec plus de soin.
A ses côtés, une Type 43, propriété de Cyril et de sa femme, une Type 13 et une réplique de Bugatti sur base Cox.

Autour on retrouve des véhicules plus américains. Un gros véhicule militaire tout d’abord, mais aussi un bel alignement d’américaines. La bleue clair est à noter “C’est certainement la plus belle Ford 32 qu’on ait en France.” Les autos sont superbes et raviront autant les amateurs d’origine que ceux tournés vers le kustom.

Autour, on retrouve des cyclos et des motos. Des Harley bien sûr, dont une réplique de la plus célèbre d’Easy Rider. Mais également des exemplaires plus anciens siglés Gnome Rhône ou un side car AJS.

Enfin, on retrouve autour des véhicules qui attendent également un peu de soin. Cela va de Renault 25 Limousine à la Reliant Robin en passant par une Alvis et une 4L ! Bref les trésors sont vraiment nombreux.

Les réserves d’Art of Racer

Enfin, plus près de la porte, Cyril nous fait découvrir les réserves de motos d’Art of Racer.

On retrouve ici de beaux trésors. “Là c’est une Godet avec un moteur Vincent. Une bombe cette moto.” Derrière des portants avec de nombreux tee-shirts très américains, on retrouve des réalisations plus originales “Ça c’est les mobs qu’on avait customisé avec mon frère. Des folies !

Notre visite se termine. Un lieu qui n’était pas au programme, mais vraiment immanquable en fait !

Pour en savoir plus sur : www.art-of-racer.com

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

5 commentaires sur “Art of Racer, La Caverne aux Trésors Motorisés”

  1. C’est beau tout ça . En même temps, on comprend pourquoi il devient si difficile de vivre sa passion avec un simple véhicule quand tout s’accumule dans quelques entrepôts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.