Un déluge de pièces à l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018

En ce premier weekend d’octobre, c’était l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018, 26e édition. Une bourse d’échange emblématique au cœur même du Manoir de l’Automobile en Bretagne. L’année dernière, je découvrais l’événement accompagné de Fabien (retrouvez notre article en cliquant ici) mais pour cette édition, je m’y rendais en ancienne grâce aux membres du VRC (Vannes Rétromobile Club).

En route pour Lohéac !

Samedi matin, je rejoignais quelques passionnés du VRC au départ de Vannes. Malheureusement, la météo ne s’annonçait guère réjouissante et la plupart des membres avaient finalement laissé leur ancienne au garage. C’est donc avec sept anciennes que nous partions pour Lohéac.

Je prenais place aux côtés de François, dans son Austin Healey 3000 MkIII de 1965. Le jour se levait peu à peu, faisant disparaître la brume qui embaumait les terre bretonnes et nous laissant espérer une météo plus favorable pour la journée. Le ciel se dégagea rapidement, nous permettant de mieux apprécier le voyage à bord de cet élégant cabriolet anglais.

Malgré la fraîcheur matinale, nous roulions décapoté, bercés et réchauffés par les 6 cylindres du moteur 3 litres. Par ailleurs, le châssis de l’Austin Healey se révéla d’une efficacité redoutable en courbes. Les 150 ch et la légèreté de la sportive anglaise offraient de belles reprises, tandis que l’overdrive permettait d’apprécier une conduite plus tranquille et confortable sur les départementales bretonnes.

Des visiteurs en youngtimers

A peine arrivé, on ne pouvait que constater l’évidence : Lohéac est bien la capitale française du Rallycross (retrouvez l’article de Marc sur le Rallycross Legends Show en cliquant ici), c’est d’ailleurs sur la piste que se garaient les visiteurs en anciennes. Le parking visiteur regorgeait de bien des merveilles en tous genres et justifiait à lui seul le déplacement. On y retrouvait principalement des youngtimers, comme une Venturi Atlantique (également présente aux 30 ans du club de la marque à relire ici), une Citroën CX ou une rare Nissan Skyline GTR. 

Second constat, les Renault étaient les reines de l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018. Les autos au losange étaient présentes en nombre avec des modèles sportifs comme des R8 Gordini, des R5 Alpine et une Clio Williams 16S. On retrouvait par ailleurs quelques modèles aux couleurs pimpantes et très seventies comme une R5 L et R17.

A la recherche de la perle rare

Sur les stands des 400 exposants présents à l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018, on trouvait de tout. Des moteurs complets, des éléments de carrosserie ou des consommables comme chez Classic Auto Elec. Force est de constater que les bonnes affaires se raréfient d’années en années, quand les stands de miniatures et d’objets déco se multiplient…

Le losange en fête

Chaque année, Renault propose des animations du côté de la piste asphalte du Manoir. Pour cette édition, la marque au losange célébrait les 40 ans de sa victoire aux 24h du Mans avec l’A443, pilotée par Jean-Pierre Jabouille et Patrick Depailler.

Malheureusement, les prototypes du Mans n’étaient pas accessibles directement au public et la configuration de la piste ne permettait pas à ce dernier de les  admirer convenablement en démonstration. Autre modèle phare exposé par la firme de Billancourt, la R5 Alpine Groupe 2 du Monte-Carlo 1978. Quatre modèles similaires étaient accessible dans le parc, aux côté de R5 Turbo et de R17 Gordini.

Pour les 120 ans de la marque, Renault Classique faisait gagner des baptêmes à bord de modèles historiques, telles qu’une 4CV, une Estafette, une R8 Gordini ou une Monaquatre.

Au sein du parc, on retrouvait aussi la vaillante Joséphine, la Renault Juvaquatre emmenée en juin dernier par Thierry Dubois, Igor Biétry, Jean-Claude Amilhat et Jean-Jacques Lesage pour réitéré un record vieux de 80 ans. Bertrand était sur place pour couvrir l’exploit de l’auto tournant sur l’anneau de vitesse de Montlhéry pendant 50h (retrouvez l’article ici), à la veille de l’Autodrome Heritage Festival.

Les trésors du Lohéac

Dès midi, la pluie s’abattit sur l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018. Rapidement, des trombes d’eau empêchait la chine comme la promenade en extérieur. Tous se réfugièrent à l’intérieur du musée créé par Michel Hommel pour s’abriter. C’était l’occasion de découvrir ou redécouvrir cette splendide collection. Cette dernière s’enrichissaient de quelques modèles comme  un break Citroën GS 1220, une AX GTI Turbo. Mais l’exclusivité de la journée, c’était l’accès aux archives du groupe Hommel et la possibilité d’acheter n’importe quelle revue des années 1970 à aujourd’hui, une vraie mine d’or !

Un bilan mitigé

Malgré une météo catastrophique et des animations en retrait (comme l’absence de la vente aux enchères), avec près de 10.000 visiteurs, l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018 reste un lieu de rencontre et de partage entre passionnés d’anciennes et ne peut que rebondir pour sa prochaine édition.

Merci au VRC pour son accueil chaleureux !

Vincent on Facebook
Vincent
Rédacteur à News d'Anciennes
Etudiant et passionné d'automobiles , il commence en 2011 en écrivant "Auto d'Antan", une revue amateur sur les voitures anciennes.
Trois ans plus tard il se lance sur la blogosphère puis rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2016 .
Il partage la route avec sa Motobécane N40T et de son Vélosolex 3800.

3 commentaires sur “Un déluge de pièces à l’Autobrocante Festival de Lohéac 2018”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.