Une Américaine Record et des Citroën Folles à la vente de Pebble Beach 2018 par Gooding & Co

Il y avait trois ventes majeures lors de la Monterey Car Week en fin de semaine dernière. Après le record absolu réalisé par RM Sotheby’s, on en parle ici, la vente un peu tristoune de Bonhams, dont on parle là, voilà la vente de Gooding & Co qui a aussi été folle, dans son genre.

Salon Automédon 2018

La vente de Pebble Beach 2018 par Gooding & Co

La vente Gooding & Co de Pebble Beach 2018 est elle aussi un succès. 123 lots vendus sur les 147, cela représente 84% des lots. Au total ce sont 116 millions de dollars qui tombent dans l’escarcelle de la maison américaine avec 25 autos à plus d’un million de dollars. Pas de record absolu, forcément, mais 23 records aux enchères sont réalisés et certains prix défient l’entendement.

Les stars de la vente

L’américaine l’emporte

La plus grosse estimation connue était pour une 275 GTB/C. 12 autos seulement, ex-Pedro Rodriguez, elle avait tout pour être une star. Estimée entre 12 et 14 millions de dollars, elle ne se vend pas.

En fait la plus grosse vente revient à la Duesenberg SSJ. Deux autos de ce type furent construites et celle-ci a été vendue à Gary Cooper. Elle avait tout pour dépasser les 10 millions, elle termine finalement à 22 millions de dollars et devient la voiture américaine la plus chère de l’histoire.


Trois autres Ferrari d’exception

Le catalogue de Gooding & Co à Pebble Beach comprenait trois autres Ferrari de haut vol.

La plus ancienne était une 166 MM/195 S Berlinetta Le Mans,. Exposée au salon de Paris et vendue ensuite à Briggs Cunningha, elle était estimée entre 6.5 et 7.5 millions de dollars. Elle ne se vend pas non plus.
La 500 Mondial Serie II de 1955 a remporté sa classe à Caracas, mais surtout à Sebring en son temps. Estimée entre 5.5 et 7.5 millions de dollars, elle est adjugée à 5.005.000 $.
Enfin une 250 GT Berlinetta Tour de France. Sans réel palmarès, elle était estimée entre 6.5 et 7.5 millions de dollars et part pour 6.6.

Les bêtes de course ne sont pas toutes millionnaires

Plusieurs autos de course étaient amenées par Gooding & Co à Pebble Beach 2018. La première c’est une une Ford Mk IV. Si elle n’a couru qu’en CanAm, elle était tout de même estimée entre 2.5 et 3 millions de dollars mais ne se vend pas.
La Mirage GR8 de 1975  a elle couru 5 fois les 24h du Mans avec deux secondes places en 1976 (Lafosse / Migault) et 1977 (Schuppan / Jarrier) plus une troisième place en 1975 (Shuppan / Jaussaud). Estimée entre 2.5 et 3.5 millions de dollars, elle ne rencontre pas plus de succès.

Les deux suivantes sont des Porsche. La 550 Spyder est de 1955, très bien restaurée, était estimée entre 4 et 5.5 millions de dollars et se vend 4.455.000 $. Elle perd le match face à l’autre auto vendue par RM Sotheby’s 4.9 millions de dollars.
Suivait une 718 RSK qui a couru les 24h du Mans en 1959 et qui était estimée entre 3.6 et 4.1 millions de dollars. Elle atteint 3.740.000 $.

Enfin une Bugatti Type 51 de 1931 ex-Jean-Pierre Wimille, qui a pour elle d’avoir gardé sa carrosserie d’origine. Estimée entre 3.2 et 3.7 millions de dollars, elle se vend également pour 3.740.000 $.

Du bon et du moins bon pour les élégantes

La vente Gooding & Co de Pebble Beach 2018 est la vente officielle du concours d’élégance. Il est donc logique que la maison y présenta quelques autos qui pourront y revenir.
Deux Maserati A6G pour commencer. La Berlinetta Zagato a couru aux Mille Miglia et à la Targa Florio notamment. Estimée entre 4.3 et 4.6 millions de dollars, elle ne part pas. L’A6GCS/53 Spider, de 1955 est l’une des trois réalisées par Frua. Elle se vend 5.170.000 $ pour une estimation comprise entre 5.5 et 6.5 millions de dollars.

La Lancia Aurelia B24 Spider America de 1955, estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars part pour 1.87 million. La Lamborghini Countach LP400 Periscopo était elle estimée entre 1.1 et 1.5 million de dollars rate le million et se vend 979.000 $.

Côté américaine, en plus de la SSJ, on trouvait une berline découvrable réalisée par Derham. Estimée entre 1.75 et 2 millions de dollars, elle est éclipsée par la SSJ et ne se vend pas.

Une française de concours était proposée, une Bugatti Type 57 C Atalante de 1938. Estimée entre 2.8 et 3.3 millions de dollars, elle atteint tout juste le bas de l’estimation à 2.805.000 $.
Enfin la Japonaise, une Toyota 2000 GT en specifications US. Estimée entre 800.000 et 1 million de dollars elle représente une bonne affaire (quand on en a les moyens) en partant pour 550.000 $.

Les originales de la vente

Plusieurs autos insolites ou originales étaient au catalogue de Pebble Beach 2018 par Gooding & Co. La Cord 812 S/C, une berline peu courante, il n’y en a que 10 de connuesétait estimée entre 120 et 150.000 $ part à 170.500 $.

Dans le genre rare, la Porsche 911 Spyder de 1966 est unique. Carrossée par Bertone, c’était une commande spéciale. Estimée entre 700.000 et 1 million de dollars, c’est une des surprises de la vente, elle part pour 1.430.000 $.

Deux italienne dans cette catégorie. La Siata 208 Corsa Spider de 1952, ex-Nuccio Bertone était estimée entre 1.8 et 2.2 millions de dollars. Malgré ce pedigree, elle ne se vend pas. La Ferrari 365 GTB/4 NART était elle estimée entre 500 et 700.000 $ et se vend pour 572.000 $.


La folie autour des françaises !

En plus des Bugatti, six autos françaises étaient au catalogue de Gooding & Co. La Facel Vega Facel II parfaitement restaurée était estimée entre 375 et 450.000 $ et grimpe jusque 572.000 $.

Mais les françaises étaient majoritairement des Citroën. La Traction 7C qui sortait d’une collection dédiée aux autos françaises était estimée entre 35 et 45.000 $ et se vend pour 34.100 $.
La DS 19 de 1957 était estimée haut : entre 70 et 90.000 $. Elle atteint un prix hallucinant pour une berline : 192.500 $ ! Cela ne va pas aider la DS à rester abordable.

La Citroën SM, une américaine reconnaissable à son regard, était estimée entre 60 et 80.000 $. Bien vu elle part pour 83.500 $. La DS 23 Pallas de 1974, reste à 50.600 $ pour une estimation située entre 60 et 80.000 $. Enfin la CX2200 de 1975, estimée très haut, entre 50 et 70.000 $, elle atteint 55.000 $ sous le marteau !

Des affaires ?

Pas beaucoup d’affaires à trouver dans cette vente. Quand les estimations n’étaient pas atteintes, les prix restaient élevés… Et que dire des Citroën… Tous les résultats sont consultables en suivant ce lien.

Photos : Gooding & Co

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “Une Américaine Record et des Citroën Folles à la vente de Pebble Beach 2018 par Gooding & Co”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.