On a testé pour vous : la MG A “Le Mans”

Après vous avoir donné nos impressions sur la conduite d’une Austin-Healey 3000 MkIII à Mulhouse à la Cité de l’Automobile (article ici) on a pu essayer une autre voiture de My Classic Automobile (article ici), une MG A type “Le Mans”.

Petite histoire de la MG A

Après la guerre, MG repart avec les modèles de la gamme T, créée en 1937. Ils accusent leur age et en 1954, la BMC, propriétaire de MG donne son accord pour remplacer ces modèles. C’est ainsi qu’apparaît la MG A en 1955. La voiture est un roadster deux places, avec un moteur 4 cylindres de 1489 cm³ de 68ch qui permet à la voiture d’atteindre 155 km/h.

Elle va évoluer peu à peu, avec une version coupé qui apparaît en 1956, un moteur 1600 va être adopté en 1958, et dès l’année suivante arrive un 1600 qui développe lui 80 ch. La voiture roule alors à 180 km/h.
Elle va être produite jusqu’en 1962, il en sortira pas moins de 101.321 exemplaires, un record pour l’époque, qui sera ensuite battu par la MG B.

La conduite d’une MG A : légereté et sportivité

Juste après avoir conduit une Austin Healey 3000, la MG paraît petite. Je crains qu’elle manque de puissance, mais celle-ci est une version Le Mans équipée d’une culasse Crossflow qui permet à la voiture d’atteindre les 100ch. Pour une voiture de 902 kg, ça sera très bien.

L’intérieur est exigu, mais j’y suis mieux installé que dans l’Austin Healey. On est toujours sur l’autodrome de la Cité de l’Automobile, une piste courte et pas très large. Juste ce qu’il faut pour une prise en main.

La voiture démarre bien, et on est partis. Les commandes de boîte sont précises, la direction est légère, mais presque plus lourde que sur l’Austin. La relance est bonne, le moteur a du coffre et on pourrait bien s’amuser avec, sur une route plus longue. Elle se conduit bien et ne surprend pas. Seule la maîtrise de l’embrayage me paraît difficile, les petites coupures sont fréquentes qu moment de rétrograder. Les freins eux ont leur age, des tambours de ces années là, je le sait ralentissent plus qu’ils ne freinent. Mais par rapport aux grosses Type E et Healey 3000 déjà passées dans ces colonnes, c’est beaucoup mieux !

On se fait plaisir à ne pas prendre les lignes droites et à passer sur les chicanes sans même avoir besoin de ralentir. On en descend après une marche arrière facile, bref, rien à redire.

Conduire une MG A

Ici aussi, on peut dire que ce n’est pas si difficile. L’auto n’est pas très rare, elle a été beaucoup produite et sa cote d’amour est bonne. On peut la louer sur My Classic Automobile évidemment, mais l’achat n’est pas si élevé.

Pour un modèle à reprendre, vous pourrez même partir sur un prix en dessous des 10.000 €. Pour les autres modèles, il faudra vous orienter vers des prix oscillants entre 15.000 et 35.000 €. Les versions coupés sont plus rares et sont toutes la fourchette haute des prix.

Bref, une bonne voiture qu’il ne faut pas rater.

Note globale :

5 etoiles

Avantages

Inconvénients

– Peut-être le premier roadster anglais populaire Petits à coup au moment de rétrograder. Ma faute ? –
– Légèreté et sportivité
– Ligne toute en rondeur
– Peu rare et un prix correct
Rareté 4 etoiles
Prix 15.000 à 35.000 €

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

2 commentaires sur “On a testé pour vous : la MG A “Le Mans””

Laisser un commentaire