Dossier : Déterminer si une sortie de grange vaut une restauration

1376643_255020347955890_610885412_nLes sorties de granges sont de bonnes opportunités pour trouver des voitures anciennes. Parfois on tombe sur des modèles très rares et chers comme ceux de notre précédent dossier (Les 10 plus belles sorties de granges de tous les temps, à voir ici), parfois sur de simples populaires à redémarrer. Mais des fois il faut y regarder à deux fois pour éviter les galères.

1 : Regarder de loin

Pourquoi s’éloigner pour ne pas voir les détails ? Simplement parce que vous aurez dans un premier temps un aperçu d’ensemble de la voiture. C’est de loin que vous verrez le mieux les éventuelles traces d’un accident réparé ou camouflé. Vous pourrez ainsi apprécier les éventuels défauts d’alignement des panneaux, des pare-chocs. Bref vous pourrez bien vérifier les lignes globales de la voiture. Idem pour la carrosserie dont les petites bosses vous apparaîtront beaucoup mieux en faisant varier les angles de vues sous différents éclairages.

Attention à ne pas refuser de menus détails. La rouille ou les problèmes de peinture des panneaux de carrosserie ne doivent pas vous dérouter, un bon carrossier saura vous gommer ces problèmes assez vite.
Vous verrez aussi s’il manque des choses. Un clignotant manquant se voit mieux si on voit bien qu’il y en a un de l’autre côté. Attention aux vitrages, manquants ou trop détériorés, ils pourront être un vrai problème.


1378715_255020334622558_669478891_n2 : S’approcher pour les détails

Certains détails ne vous apparaîtront que sous votre nez. C’est le cas de tout ce qui est structurel. Les structures de nos anciennes sont souvent en métal, si ce n’est en bois. Le problème du métal, c’est bien sûr la rouille. Et là il va falloir se baisser et tout inspecter. Tout d’abord les longerons. Il faudra vérifier que ceux-ci ne sont pas complètement détruits. S’ils sont rouillés, vérifiez d’abord à quel point ils le sont, en essayant d’enfoncer un tournevis dedans. Les dommages peuvent toutefois être réparés avec de la tôle, du formage et de la soudure.

Ensuite l’intérieur des ailes. Très exposés aux éléments, les panneaux sont particulièrement sujets à la rouille. Les dommages seront là aussi réparables mais peuvent nécessiter un peu plus de travail, les formes étant un peu plus fines.

Enfin regardez aussi sous les garnitures de coffre, les tapis, les isolations. Les barrières pour éviter les infiltrations dans l’habitacle ont la mauvaise conséquence de concentrer l’eau au même endroit.

3 : Attention sous le capot

1380291_255020441289214_1127893122_nSous le capot on peut trouver un peu de tout. Des berceaux vides à un moteur totalement en état, tout est à envisager. Si vous avez de la chance, une batterie neuve, de l’essence neuve, et c’est parti !
Mais ce n’est pas toujours le cas. Les états peuvent variés et les cas sont là très dépendants de la voiture en elle-même. Si un carburateur manque sur une Renault 4CV, ce ne sera pas bien grave, la pièce se retrouve facilement et à un prix relativement faible. Mais lorsque l’on parle de carburateurs pour une anglaise confidentielle, une italienne avec 15 moteurs construits, on peut avoir des surprises.

L’état du moteur ne sera jamais très bon, de la saleté ne doit pas se confondre avec de la rouille. Les caoutchoucs et autres durites se retrouveront ou se refabriqueront voire se bricoleront avec d’autres sources.


1381567_255020391289219_512285147_n4 : La fausse peur de l’intérieur

Ce n’est pas du métal, ça ne rouille pas, mais cela s’abîme très vite. Déjà commencez par enlever la couche de poussière avant de juger. Un bon coup de lessive ne doit pas vous faire dire non et rater une super affaire.

Si la sellerie est abîmée, ne vous en faites pas, le métier de sellier est plutôt bien servi en France, chaque région a le sien et la plupart travaillent régulièrement sur nos anciennes. Même raisonnement pour tout ce qui est habillage et tapis de sols, les refabrications se trouvent et l’installation peut même se faire dans votre garage.

Plus embêtant, s’il manque des panneaux, il faudra prier pour que des refabrications soient lancés, sinon la recherche va être rude.

Conclusion :

On trouvera milles raisons pour refuser l’achat, on en trouvera aussi mille pour l’accepter. Certes la passion doit être présente mais gardez à l’esprit qu’une restauration complète peut vous coûter cher, souvent plus que la cote de la voiture ! Ne vendez pas une maison pour une voiture ancienne !
Mais si vous craquez quand même, il ne reste plus qu’à ramener la voiture, et vous lancer dans les travaux.

1380838_255020257955899_694613195_n

Photos : J. Girard.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire