Vue dans la rue : Chevrolet Bel Air

Vue dans la rue : Chevrolet Bel Air
Vue dans la rue : Chevrolet Bel Air
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Enchères Mécaniques : Maxime Lepissier nous présente la nouvelle émission auto de RMC Découverte

Si votre téléviseur ne diffuse que des émissions autos, vous êtes forcément, une bonne partie de la journée, calés sur RMC Découverte. Et vous...

Les Grandes Marques à Monaco, Bonhams sort l’artillerie lourde

Oui, le Grand Prix de Monaco Historique 2021 aura bien lieu (Cedric vous détaillait les plateaux par ici). Et les événements qui vont avec...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...

Aujourd’hui, on vous propose la première voiture vue dans la rue de l’année, c’est Thomas qui a capté cette belle américaine, une Chevrolet Bel Air.

Cette voiture est donc une Chevrolet Bel Air de 1956. On le sait car c’est marqué sur la plaque mais de toute façon, ce modèle ne peut être qu’une version 1956 ou 1957. En effet, la première version de la Chevrolet Bel Air apparue en 1950 et restée au catalogue jusque 1954 était bien différente, tandis que la première Bel Air de seconde génération avait une calandre plus carrée, s’inspirant des Ferrari dans sa forme, le tout dans le style très américain de l’époque.

Cette Chevrolet Bel Air de 1956 est une Two Doors Sedan, une berline deux portes en français dans le texte. Sous sa robe massive la voiture pouvait emporter bien des motorisations. En 1956, l’acheteur peut opter pour un 6 cylindres en ligne de 3.9 litres de 140 chevaux, et quatre V8 4.3L de 162, 170, et 205ch, voire le V8 de 225 ch de la Chevrolet Corvette.

La Chevrolet Bel Air associe ces gros blocs à des boîtes 3 vitesses manuelles, ou automatiques (Turboglide) voire 2 vitesses automatiques (Powerglide). Avec un poids total de 1515 kg, la voiture n’est pas spécialement performante mais présente tout de même un bel agrément de conduite.

Vue dans la rue : Chevrolet Bel Air

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Les Grandes Marques à Monaco, Bonhams sort l’artillerie lourde

Oui, le Grand Prix de Monaco Historique 2021 aura bien lieu (Cedric vous détaillait les plateaux par ici). Et les événements qui vont avec...

Renault F1, les années Turbo – Partie 2 (1978-1979)

Dans cette série d'articles, alors que Renault Sport a passé le flambeau à Alpine en Formule 1, nous continuons de retracer la saga de...

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...