PRAB 1100, berlinette par passion !

PRAB 1100, berlinette par passion !
Fabien
Un lion et un cheval cabré m'ont fait aimer les voitures de mon enfance... Un livre, «La maîtresse d'acier» de Pierre Coutras, et des légendes, Fangio-Moss-Hawthorn, m'ont conduit à me passionner pour des bolides plus ancien. A mon tour de partager avec vous.

À la une sur News d'Anciennes

Au volant d’une Facel III, élégante douceur

Plus d'une centaine d'essais sur News d'Anciennes. Et enfin une Facel Vega. D'accord on ne démarre pas avec un gros V8 sous le capot....

Le Calendrier des Courses Historiques 2021

En 2020 on a pu voir quelques courses historiques sympathiques. Mais il faut bien dire que la saison a été réduite et ultra condensée....

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat dans le...

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

Les années 60. Peut-être la dernière décennie où certains ont pu partir de rien pour faire rouler leurs voitures, l’époque des “constructeurs sans patente”. C’est en cette période que la Berlinette PRAB 1100 a été développée et dont seuls 2 exemplaires ont été produits : une rouge et une blanche.

L’origine

C’est dans la région angevine que commence l’aventure de deux passionnés qui décident de devenir “constructeurs sans patente”. En effet, en cette période de 1950 à 1975, tout particulier avait le droit de construire une voiture de course ou de tourisme, et la faire homologuer par le service des Mines.

En 1965, Paul Retailleau et André Bodin, étudiants en dernière année de BTS “Bureau d’Etudes Mécaniques” se lancent dans l’aventure. Leur objectif n’est pas de devenir constructeurs automobiles. Leur objectif est simplement de donner vie à leur rêve commun de développer leur propre auto, tout en “enrichissant leur Curriculum Vitae”.

Concrètement, et selon leurs propos, ce projet se résume ainsi :« Concevoir et réaliser une voiture de sport de A à Z aux formes originales et aérodynamiques avec un bon degré de finition et de sécurité »

Les deux amis sont âgés respectivement de 21 et 20 ans et ne roulent pas sur l’or. Discrètement, dans une grange de 35 m², avec leurs connaissances, quelques manuels et deux moteurs de R8 Major accidentées achetées à vil prix, ils commencent le développement de leur auto. Ils y passent le plus clair de leur temps, vacances incluses, sauf les dimanches et les 36 heures hebdomadaires dédiées à leur emploi de surveillants de l’Education Nationale. Il faut bien assurer le quotidien !

Le développement

À l’époque, pas de CAO ou de DAO. Des croquis et des esquisses, puis des maquettes. D’abord 2, au 1/10ème. L’esthétique et l’aérodynamique suffisamment abouties, (avec des airs d’A110 et de Djet sous certains angles) la maquette à l’échelle 1 qui servira à la réalisation des moules est finalisée.

La carrosserie est en PRV, mais rien à voir avec le moteur. On parle ici de Polyester Armé de Fibre de Verre : un demi moule suffit, le coté esthétique de la pièce étant au contact du moule. Un moyen simple et peu onéreux d’avoir une carrosserie de qualité. La quarantaine de moules nécessaires pour les différentes pièces servira 2 fois : chaque protagoniste veut pouvoir rouler dans sa voiture. Elle sera rouge pour Paul et Blanche pour André.

Outre la carrosserie “fait maison”, le châssis, les portières avec vitres coulissantes, les sièges à armature métallique, et même le tableau de bord, et le volant sont fabriqués par Paul et André, intégrant quelques adaptations d’une à l’autre des voitures. Le Polyester y est omniprésent, tant dans les coques de sièges que pour le tableau de bord. Souci du détail : la trappe à essence est à commande électrique par bouton au tableau de bord. Le châssis est métallique, fait de tubes de section carrée soudés sur lequel sera solidarisée la coque polyester.

Le baptème

Juillet 1969, et 10000 heures de travail plus tard, les 2 voitures sont prêtes.

Logiquement, il faut un nom à l’auto et pour cela, ce sont les initiales de ses concepteurs qui seront utilisées : Paul Retailleau André Bodin. Type Berlinette de cylindrée 1108 cm3. La Berlinette PRAB 1100 est née et se présente le 29 Juillet 1969 au service des Mines. Elle obtient l’agrément et obtient son immatriculation auprès de la Préfecture d’Angers le 22 Août 1969.

Une vie bien remplie

Sur les deux autos, seule la blanche d’André existe encore, la rouge de Paul ayant été détruite lors d’un incendie. Près de 60.000 km sont parcourus par André et son épouse sur les routes de France et de Navarre. D’Angers, elle arrive à Coublevie, en Isère, dans le Voironnais, d’où son immatriculation actuelle.

Puis, pendant 33 ans, la petite PRAB 1100 rescapée dort dans un garage, jusqu’en 2009 où André entreprend sa restauration. 400 heures de mécanique et 700 heures à reprendre la carrosserie. Le résultat est à la hauteur des efforts.

Aujourd’hui, André Bodin expose son auto régulièrement dans les salons et participe aux manifestations locales mais pas que !

Fiche technique de la PRAB Blanche

MarqueRETAILLEAU-BODIN
TypePRAB 1100
N° dans la série du type01
ChâssisTubulaire en X de marque Retailleau-Bodin
CarrosseriePolyester et Fibre de verre, Solidaire du châssis
Pare-briseLunette arrière de la Renault Floride
Empattement2,27 m
MoteurRenault de 1108 cm3 type 688-02 n° 200295
Boîte / pont330-00 n°179042
DirectionCrémaillère directe Ferry 2 tours 1/4
JantesDeltaMics
PRAB 1100 - Berlinette

Et si elle vous dit quelque chose, c’est parce qu’elle était présente à Rétromobile en 2012, Thomas l’y avait croisé.

En tout cas, on serait ravi d’aller plus loin… pourquoi pas au volant de la belle !

PRAB 1100, berlinette par passion !

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

  1. Elle est très jolie, cette voiture, et aura pu faire une concurrente à l’Alpine 110, côté style et avec un moteur Renault plus puissant. C’était une époque où l’on permettait, fini maintenant.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Au volant d’une Facel III, élégante douceur

Plus d'une centaine d'essais sur News d'Anciennes. Et enfin une Facel Vega. D'accord on ne démarre pas avec un gros V8 sous le capot....

Le Calendrier des Courses Historiques 2021

En 2020 on a pu voir quelques courses historiques sympathiques. Mais il faut bien dire que la saison a été réduite et ultra condensée....

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

Bixhope Art, des autos, des couleurs et Bull The Dog

Malgré son nom, c'est bien un artiste français qu'on vous présente aujourd'hui. Et même un jeune artiste car s'il est né en 1968, c'est...