Les Autos de l’Équipe : la Lancia Fulvia de Louis

Les Autos de l’Équipe : la Lancia Fulvia de Louis
Louis
Passionné d'automobile, et président d'un club auto. Il est un fan incontesté des Porsche et amoureux des vieilles Italiennes, il roule en Lancia Fulvia sur les routes Auvergnates quel que soit le temps.

À la une sur News d'Anciennes

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Une jolie première pour le Rétro Rencard de Montauban

Dimanche était lancé le Rétro Rencard de Montauban un nouveau rassemblement de voitures anciennes. Cet événement lancé par l'association Ca Monte En...

Italian Meeting 2020, Grazie mille !

L’autodrome de Montlhéry accueillait l’Italian Meeting 2020 ce samedi. Malgré un temps gris, la journée consacrée aux Italiennes a été un franc...

Je vais ici vous présenter mon auto, ma Lancia Fulvia. Mais évoquer Lancia, c’est convoquer l’histoire de l’automobile de compétition. Un domaine où le constructeur italien glanera les plus grands succès, avec la Stratos, la Montecarlo Turbo, la 037, les Delta S4 … et la Fulvia HF.

Un peu d’histoire : La naissance de la Lancia Fulvia

Dessinée par Piero Castagnero, la Fulvia succéda à la Lancia Appia à partir de 1963. Conçue comme une berline moyenne, elle fut le second modèle à traction de la marque Turinoise.

La gamme s’enrichit d’un coupé dès 1965 toujours dessiné par Piero Castagnero, qui deviendra un grand succès commercial parmi les voitures de sport du moment. Par la suite une version appelée “HF” vit le jour, dotée de caractéristiques sportives ainsi que des motorisations plus puissantes et des carrosseries allégées. Pour un historique plus complet, c’est par ici.

Les versions Coupé laisseront leurs empreintes dans les compétitions, grâce aux innombrables victoires obtenues en rallyes de 1965 à 1972. Là encore, on en parle plus en détail par ici.

Pourquoi j’ai acheté ce véhicule ?

Je fais partie d’une famille passionnée et amoureux des autos, j’attrape le virus de cette passion lors de mon enfance et je deviens alors très motivé à l’achat d’une ancienne une fois mon permis obtenu. Lors de mes recherches, mon choix s’est porté sur une Italienne.

Je pensais à Alfa Romeo, avec un coupé ou un spider, ou alors une Fiat 850. Cependant, en cherchant, je tombe par hasard sur la Lancia Fulvia Coupé. Ébloui par ses lignes, par son palmarès, et par l’histoire de la marque Turinoise, je me mis à la recherche d’une Fulvia à restaurer et dans mes prix. 

Quelques mois plus tard, ENFIN, je trouve la Lancia Fulvia de mes rêves, une série 3 de 1976 abordable et à retaper mais… en Italie. Nous sommes nombreux à critiquer les autos venant d’Italie, je suis bien d’accord, mais le prix est plus abordable qu’en France et puis, c’est une Italienne venant d’Italie, c’est quand même logique. Elle foulera les routes Françaises quelques semaines plus tard.

Le 27 Février 2017, ma Lancia arrive par camion devant mon bureau. Une beauté Italienne demandant de l’huile de coude et de l’entretien mécanique. 

Ce que j’ai fait dessus :

À son arrivée dans le garage, un gros nettoyage était de rigueur pour comprendre cette auto. La peinture et le moteur sont d’origine. Une fois sur le pont, je vérifie le berceau moteur du véhicule, et sans surprise, il est bel et bien à changer. 4 mois de recherches seront nécessaires pour trouver cette pièce. 

Une fois sur le pont et le berceau remplacé, je fais remplacer le boitier de direction, quelques rotules défectueuses, l’alternateur, la ligne d’échappement, les freins et je termine par une bonne vidange.

Aujourd’hui elle roule. Elle n’est pas parfaite pour le moment, mais peu importe, je ne cherche pas à obtenir un véhicule état concours, mais un véhicule « dans son jus ».

Dans les mois à venir, les planchers et bas de caisses vont être traités et remplacés, avec une révision des 2 carburateurs Solex 35. Au fur et à mesure de mon budget, je continuerai à effectuer des travaux, comme la sellerie, peinture, remplacement de pièces moteur…

Quelques moment mémorables à son volant

J’essaie d’utiliser la Fulvia le plus souvent possible, c’est une voiture plaisir. Elle est idéale pour partir en balade, en pique-nique ou en week-end avec ma compagne, en passant par nos petites routes Auvergnates.

J’ai compris que cette Italienne était fiable, notamment en participant aux Traversées de Clermont en Juillet. Sous 40 degrés, elle ne m’a pas fait faux-bons en 3 ans de conduite.

L’espace à l’avant est généreux, à moins d’être un géant. La vue panoramique est excellente. En démarrant le moteur à l’aide de la clé de contact, le bruit rauque de l’échappement inox donne le sourire. Une fois habitué, le passage des vitesses de la boîte à cinq rapports se fait aisément.

Évidemment aujourd’hui, on ne peut plus considérer cette voiture de 90 ch comme une grande sportive, mais à l’époque ses concurrentes sur la route avaient peut-être 40 ou 60 ch, ce qui fait qu’on était plutôt bien servi par la Lancia.

Au volant, presque rien ne vient trahir l’âge du véhicule et on n’a aucun mal à s’adapter au trafic journalier. Son confort et son échappement sportif sont parfaitement convaincants. Et au niveau esthétique, il n’y a de toute façon rien à redire, du moins pour moi.

Et maintenant ?

Aujourd’hui, je ne me vois pas me séparer de cette auto. J’ai eu des hauts et des bas avec elle, mais elle redonne le sourire systématiquement quand le moteur rugit. Elle gardera sa place dans mon garage et continuera de rouler sur nos routes.

Si vous voyez cette Lancia Fulvia bleue dans la région Auvergnate, n’hésitez pas à m’arrêter pour discuter, c’est toujours un plaisir de parler automobile.

Les Autos de l’Équipe : la Lancia Fulvia de Louis

Sur le même thème

4 Commentaires

  1. J’adore l’article de Louis sur sa Fulvia. À quelques détails prêt c’est exactement ce que j’ai ressenti quand j’ai acheté la mienne en… 2006… Après quelques balades à deux jusqu’en 2009 puis à 3… Puis depuis 2014 à 4…. Elle fonctionne toujours aussi bien.. 15 ans de fiabilité.. Une tenue de route… Un moteur coupleux..

  2. Bonjour et bien pour faire court ,j’en ai acheté une également série 3 de 75 ,mais avec tout à refaire!
    Moteur,carrosserie,freins,échappement,peinture,un peu de sellerie.
    Elle est pratiquement terminée mais ne roule pas encore sur route…confinement!
    Je suis impatient de rouler avec,ça fait 6 ans que je bosse dessus!
    Bientôt elle se promenera sur les routes Nantaises !
    Amicalement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Matra MS650, Ferrari 512, ces protos qui ont couru le Tour de France

Cette année le Tour Auto faisait la part belle aux Porsche de compétition et surtout aux protos de Stuttgart qui ont couru...

La vente Osenat du 20 Octobre confirme la santé des enchères

Ce mardi c'est à Fontainebleau que le marteau s'abaissait. Osenat proposait une vente d'autos anciennes et d'automobilia avec un beau catalogue très...

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

Une jolie première pour le Rétro Rencard de Montauban

Dimanche était lancé le Rétro Rencard de Montauban un nouveau rassemblement de voitures anciennes. Cet événement lancé par l'association Ca Monte En...