Gilbern, quand on produisait des voitures au Pays de Galles

Gilbern, quand on produisait des voitures au Pays de Galles

Si Aston Martin s’implante au Pays de Galles, ce n’est pas le premier constructeur à le faire ! Bon d’accord, Gilbern a dû attendre avant d’être reconnu comme constructeur. En tout cas, voici l’histoire de ce “fabricant d’automobiles” méconnu.


Des créateurs venus de “nulle part”

Gilbern, quand on produisait des voitures au Pays de Galles

Derrière Gilbern on retrouve deux hommes. Si Bernard Friese est un ingénieur allemand, Giles Smith est lui… boucher ! Le premier a créé une voiture de sa propre conception. Un one-off qui sert de base à leur projet.

Pour fabriquer leurs autos ils s’installent d’abord dans un petit atelier de Church Village. Pour le nom de Gilbern, l’entreprise s’appellera en réalité Gilbern Sport Cars, ils prennent simplement les premières lettres de leurs prénoms et roulez jeunesse !

La première auto sera réalisée sous la boutique du boucher. Pour valider leur idée, ils font appel au pilote local Peter Cottrell. Les avis sont bons, ils se lancent !

La Gilbern GT, première auto de la marque

La Gilbern GT est née. Le châssis est composé de tubes carrés, la carrosserie est moulée en une seule pièce et réalisée en composite à base de fibre de verre. La voiture est une 2+2 de 3,9m de long, 1,5m de large et 1,3m de haut. La ligne est plutôt réussie et dans l’air du temps.

Pour ce qui est de la mécanique, on utilise des pièces “courantes”. Le train avant est celui d’une Austin A35.
Trois options sont possibles pour le moteur. D’abord un 948 cm³ qui vient de chez BMC. C’est le 4 cylindres A-Series, apparu sur les Austin A30 et également monté dans la Mini. La deuxième option est de lui adjoindre un compresseur. Mais pour ceux qui veulent plus de sport, un Coventry Climax 1100 est aussi disponible.

Après 4 autos construites, ils quittent leur locaux pour un atelier plus vaste. La Gilbern GT est surtout vendue en kit, avec châssis et carrosserie d’un côté et toute la mécanique à implanter. L’idée est de faire passer les taxes de 45% à 19% !

Assez rapidement la Gilbern GT va être proposée avec un B-Series 1500 ou 1600, celui qui équipe la MGA. Ensuite on proposera aussi le 1800 de la MG B sur les GT1800.

La voiture se vend relativement bien, que ce soit en kit ou comme une auto complète. Ce simple fait permet à Gilbern de quitter son costume d’artisan pour devenir un vrai constructeur, approuvé par la Society of Motor Manufacturers and Traders en 1965. La marque peut donc exposer ses autos à Earls Court et veut encore grossir. Au total ce sont 202 Gilbern GT qui vont être produites entre 1959 et 1967. Certains constructeurs plus établis ne font pas mieux !

Quelques autos iront se frotter à la compétition, surtout dans des courses de cote.

La Gilbern Genie

La nouveauté de 1966, qui cohabite donc pour quelques mois avec la GT, c’est la Genie. Gilbern reprend les mêmes recettes mais monte en gamme. La carrosserie est plus dans l’air du temps mais surtout c’est un V6 Ford Essex qu’on retrouve sous le capot. Avec 2.5 litres ou 3 litres de cylindrée la puissance est en hausse. La boîte qui va avec est également proposée avec un overdrive.

La plupart des autres éléments mécaniques sont empruntés à la MG B, à l’exception notable du train arrière. Celui-ci va évoluer pour adopter une barre de Watt.

En 1968 la version 2.5 litres est supprimée tandis que la production s’arrête l’année suivante. Ce sont 197 auto qui ont été produite en à peine trois ans !

Les Gilbern Invader

Pour prendre le relais de la Genie, et encore monter en gamme, on introduit l’Invader MkI en Juillet 1969. La carrosserie est une variante de celle de la Genie. On garde aussi le V6 Essex qui peut recevoir une boîte auto. On garde également les trains de la MG C en changeant un peu le châssis pour améliorer la rigidité. Quelques équipements illustrent la montée en gamme : tableau de bord en ronce de noyer et vitres électriques.

La recette prend plutôt bien et on lance même une version shooting break en 1970. Après avoir produit 78 autos, Gilbern lance l’Invader MkII, qui délaisse la barre de Watt pour une barre Panhard. 212 autos de ce type seront construites. On note également que l’auto n’est plus disponible en kit !

L’Invader MkIII

C’est la toute dernière Gilbern. Lancée en 1972, elle change beaucoup de choses. Si la ligne est globalement la même, la calandre est bien plus large. C’est surtout pour un souci de rationalisation qu’elle est lancée. Tous les éléments proviennent de chez Ford. Le V6 Essex et sa boîte sont toujours là mais pour les suspensions on pioche du côté de la Cortina MkIII. Forcément le châssis tubulaire est remodelé pour s’adapter.

On note aussi que l’intérieur est pour la première fois symétrique. En effet la Gilbern Invader MkIII est disponible, en option, avec la conduite à gauche. 9 autos seront ainsi produites sur les 210 MkIII, et ce en une seule année.

En 1973 Gilbern est en faillite. Malgré plusieurs ventes à des propriétaires qui injectent du cash à chaque fois, Gilbern vend ses autos trop cher… et n’en vend donc pas assez. Il aurait fallu produire quatre voitures par semaine pour rentrer dans les frais de l’entreprise. Et puis le choc pétrolier a mis à mal les ventes d’automobiles, surtout quand on a un un V6 sous le capot… Clap de fin !

Les Gilbern de nos jours

Pour voir des Gilbern, vous avez deux choix sûr. Soit aller du côté de Toulouse où Xavier voit régulièrement la GT Bleue qui illustre cet article. Soit aller en Angleterre. Mais avec un petit millier d’autos construites, ce sont des raretés !

On notera par ailleurs qu’on peut aussi croiser la T11, un prototype de 1971 proposé par Fiore mais refusé par la marque. Achevé en 2009 il a fait quelques sorties depuis.

Gilbern, quand on produisait des voitures au Pays de Galles

Et puis si vous voulez encore plus d’infos, comme pour chaque constructeur britannique il existe un club dont le site est visible ici.

Photos supplémentaires : Wikimedia et Gilbern Owners Club


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

3 commentaires sur “Gilbern, quand on produisait des voitures au Pays de Galles”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.