[À ne pas faire] Quand on organise un événement pour les autos anciennes

[À ne pas faire] Quand on organise un événement pour les autos anciennes
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
[À ne pas faire] Quand on organise un événement pour les autos anciennes

À la une sur News d'Anciennes

On avait déjà défriché la chose il y a quelques années avec l’ami Benoit de Rétrocalage. Mais on s’est dit qu’en remettre une couche n’était pas une mauvaise idée. Et puis on en profite pour créer une nouvelle rubrique que vous retrouverez les 4e samedis du mois avec des thématiques bien diverses.

Pourquoi on vous parle des événements ? Parce que les événements sont déjà bien nombreux mais ce n’est pas fini. Il s’en crée régulièrement. Mais si tout le monde part avec de bonnes intentions, c’est évidemment plus facile de se rater que de réussir son événement. Et vu qu’on couvre des centaines d’événements par an, on en voit des erreurs. On vous liste ce qu’il ne faut pas faire.
Notez bien qu’on se place ici dans un monde où l’épidémie nous aurait laissé tranquille.

Choisir la date sans vérifier

C’est une sacré erreur facile à éviter. La date est hyper importante et il ne faut pas penser trop petit. Quelle que soit l’ambition de votre événement, il faut vérifier tout ce qui se passe autour, encore plus pour une première.

Si vous voulez organiser un événement à une date utilisez par un club situé à moins de 50 kilomètres pour faire sa 30e expo-bourse, vous vous doutez bien que vous aurez du mal à attirer des collectionneurs ! Il faut vraiment vérifier large, consultez les clubs locaux également. Leurs sorties ne seront pas forcément inscrites dans tous les annuaires mais s’ls mobilisent déjà leurs membres pour un autre événement… vous risquez de faire un bide.

Un conseil du coup : vérifiez sur le site Retrocalage, puis sur les agendas de LVA et Gazoline, dans votre département et chez les voisins. Clair et dégagé ? Allez-y !

Lésiner sur la com’

Si vous organisez un événement ouvert à tous et pas seulement aux copains du club du coin, il va falloir bien penser votre communication.

L’affiche

Vous trouverez bien le neveu d’un copain qui a deux trois compétences en photoshop et qui saura vous faire votre affiche non ? Plus vous ferez quelque chose de qualitatif, plus cela attirera l’œil. Plus ça attirera l’œil… et plus vous aurez de monde. En plus, la qualité de l’affiche en dit (souvent mais pas tout le temps), beaucoup sur l’événement.

Attention à ne pas confondre non plus affiche et flyer. Une affiche c’est visuel, on y trouve le nom de l’événement, la date, le lieu, une belle illustration, des horaires, un contact et des partenaires. Pas plus. Si vous surchargez le tout, certes les infos seront présentes mais il faut bien avouer que vous attirerez moins le regard. Pour les infos : vous aurez d’autres moyens de les faire passer, on en parle juste après.

Au passage, pensez à être précis sur le lieu. Quelle que soit la taille de votre événement, il peut faire venir du monde… à condition que tout le monde sache où il se trouve. Précisez le département, tout les collectionneurs ne connaissent pas le leur par cœur, ce serait dommage d’en rater !

Le ouaib, la presse

Et oui, on est en 2021 m’sieurs dames. Vous avez prévu de recouvrir tous les commerces à 40 bornes à la ronde avec vos affiches (et pas vos flyers !) mais ça ne fait pas tout. Il faut penser à la presse et au web.

Pour le web, rien de plus simple. Déjà pensez à vous inscrire sur Retrocalage, dont on parlait plus haut, mais aussi tous les agendas gratuits qui existent. Certains sont très locaux mais il ne faut pas les négliger. Ensuite pensez à diffuser vos infos et votre affiche aux quotidiens locaux, un ptit mail, soit au correspondant du canton, soit à une adresse dédiée et le tour est joué. La plupart du temps, tout ce dont on vient de parler ne coûte rien !

Enfin pensez au réseaux sociaux. Si vous n’êtes pas présent, missionnez un proche pour créer un événement sur Facebook. C’est simple, rapide… et ça marche super bien.

[À ne pas faire] Quand on organise un événement pour les autos anciennes

Oublier animations et programme

Rassembler des autos, c’est très bien. Mais les voir repartir au bout de deux heures parce qu’ils ont fait deux fois le tour des 80 autos présentes et qu’aucune animation ne les retient, c’est dommage.

Non, la “buvette et restauration sur place”, ça ne fait pas tout. Après deux verres de breuvage local (pas plus, faut rentrer) il faudra bien que le collectionneur ait quelque chose à faire.

Les idées sont nombreuses, de la bourse aux pièces avec quelques amateurs locaux au concours d’état, voir d’élégance si vous êtes motivés, les idées sont nombreuses.

En tout cas, rassembler les autos ne fait pas tout. Il faut penser la sortie comme étant quelque chose qui puisse occuper le collectionneur pendant une journée complète.

Vous manquez d’idées ? Copiez ce que vous avez déjà vu, ce que les autres proposent et ce que vous saurez (bien) faire.

Improviser une balade

Parmi les animations, vous voulez faire rouler les véhicules anciens présents. JAMAIS on ne vous dira que c’est une mauvaise idée, ils ont été fabriqués pour rouler et une petite balade met des sourires sur bien des visages !

Par contre il faut vraiment réfléchir avant de se lancer. Si vous faites partir tout le monde en convoi, pensez bien que le moindre feu tricolore peut faire perdre la trace. Du coup un mini roadbook reste obligatoire.

Pensez aussi au kilométrage. À moins que la balade ne soit au cœur de votre événement, il ne faut pas vider votre expo pendant trop longtemps sous peine que les nouveaux arrivants trouvent le temps long. Et puis pensez aussi aux petites cylindrées et aux avant-guerre qui auront du mal à boucler les 70 bornes en 2 heures, surtout si il y a du relief par chez vous.

Enfin, attention au nombre de participants. En fonction de leur nombre, vous devrez avertir les communes traversées ou même obtenir une autorisation de la préfecture ! Plus d’infos sur le site de la FFVE par ici.

Oublier les visiteurs

Dans un événement d’anciennes, il faut séparer les participants, ceux qui viennent en véhicule ancien, et les visiteurs. Ces derniers viennent en moderne et, s’ils ne sont pas prioritaires dans votre plan, il serait dommage de les oublier.

En effet, même s’ils n’apportent pas d’animation, ils contribueront aussi à leur événement. Des dizaines d’autos exposées avec personne qui ne vient les voir, c’est dommage quand même ! Il faut partager notre passion pour les véhicules anciens avec tout le monde. Et puis ils aideront à faire tourner la machine avec des achats à la buvette et pourront aussi acheter aux différents stands présents… et faire revenir les exposants l’année suivante.

Alors pensez à les informer correctement, ça en revient à ce qu’on vous disait sur la com’, mais également à prévoir des stationnement pour eux, etc.

Laisser tout le monde debout

On offensera personne en disant que les événements de véhicules anciens rassemblent des participants et des visiteurs… qui ont l’âge des véhicules exposés. De fait, il faut aussi penser à accueillir correctement tout ce monde là.

Comment ça se traduit concrètement ? Déjà pensez bien à installer des bancs, des tonnelles (qu’il pleuve ou qu’il fasse grand soleil), et puis les sanitaires sont obligatoires !

Choisir son lieu à l’arrache

D’accord, c’est votre sœur qui est maire du village ou votre cousin qui est le propriétaire du supermarché d’à côté. Mais est-ce que cette facilité évidente doit vous détourner de la recherche du lieu parfait ?

Le lieu parfait remplit plusieurs critères. Déjà il doit être carrossable, les sportives sont souvent basses et il serait dommage de les abîmer avant qu’elles ne se garent. Il faut aussi qu’il y ait de la place. C’est appréciable pour éviter les manœuvres… et ça permet de mieux admirer les véhicules anciens.

Et puis pensez au cadre. Plus c’est vert, plus c’est joli, mieux ce sera. Le parking du supermarché est pratique mais un parc ombragé c’est bien mieux. Essayez aussi de trouver de l’ombre, on espère que le soleil sera là !

Être trop ouvert !

Dernier point : être trop peu restrictif sur les véhicules que vous acceptez peut vous handicaper. Si vous visez les anciennes, et quelques youngs, soyez restrictifs. C’est pour votre bien.

En ouvrant à tous, notamment aux modernes de prestige vous risquez de vous faire submerger de Porsche récentes et d’autos tout droit d’un trakckday. Oui, la passion est la même et ils sont bienvenue. Mais si vous tenez absolument à les accueillir, prévoyez un espace à part.

C’est tout bête, mais par exemple un propriétaire de Ford A, casé entre une Porsche 992 et une Clio RS ne se sentira pas forcément à sa place. S’il apprécie peu, il ne reviendra pas l’an prochain !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
[À ne pas faire] Quand on organise un événement pour les autos anciennes

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

  1. Tous ces propos sont réalistes et riches d’enseignements ! Je me permets modestement d’ajouter 1 ou 2 idées : si vous voulez faire venir des clubs locaux spécialisés (véhicules agricoles ou militaires, Cox, etc …) prévoir un espace dédié. Parmi les animations, sans aller jusqu’au concours d’élégance un petit jeu avec une récompense type panier garni de produits locaux comme “laquelle avez vous le plus aimée ?” …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles