Les Autos de l’Équipe : la 1301 Spécial de Morgan

Après la Simca 1100 de Benjamin, à mon tour de vous présenter mon hirondelle. Un concentré de 70’s devenu trop rare sur nos routes !


Ma Simca 1301 Spécial en quelques mots

Déjà la première chose à savoir est qu’elle s’appelle “Clémentine”, car comme toute voiture qui se respecte, elle se doit d’avoir un surnom ! C’est un modèle de 1975, en finition Spécial, qui correspondait alors à la version un peu plus luxueuse et sportive de la gamme 1301. Elle est équipée d’un moteur 1290 cm3 découlant du moteur de la Simca 1500 de 1964, dans une version délivrant 67 ch cette année là. Et oui, les normes antipollution avaient déjà eu, à l’époque, raison de 3 valeureux canassons qui équipaient les versions d’avant 1973 à carburateur Weber …

La voiture a plusieurs particularités, la première étant sa couleur, Orange Pandjhari, extrêmement rare car disponible au catalogue uniquement en 1975. Cette année étant la dernière année de production complète de ce modèle, avec des chiffres de production les plus faibles de l’histoire du modèle, 33.058 exemplaires de 1301, à comparer par exemple avec les 84.656 exemplaires produits de 1972.

Sa seconde particularité étant d’être un modèle d’exportation Suisse. Le fait d’être un modèle Suisse lui confère quelques détails spécifiques par rapport aux modèle nationaux comme un double circuit de freinage avec maître cylindre de Simca 1100 Ti, un voyant de frein au tableau de bord en cas de fuite et des répétiteurs de clignotants sur les ailes avant.

Tombée des chaînes de Poissy le 26 mai 1975, la voiture devait partir pour la Suisse. Mais on perd alors sa trace, a-t-elle seulement été en Suisse ? Nul ne le sait… La voiture réapparaît ensuite dans les registres de l’usine le 19 mai 1976 où elle est livrée à la concession Simca de Pau, ayant entre temps reçu à l’usine un nouveau numéro de série pour la faire passer pour une voiture de l’année-modèle 1976, alors que la voiture avait déjà en réalité pas loin d’un an…

J’en suis le cinquième propriétaire, je connais personnellement les trois propriétaires précédents. Mais je n’ai jamais rencontré l’acquéreur de la voiture à l’époque, bien que j’ai eu son nom complet et son adresse de l’époque. La voiture a vécu dans le Sud Ouest de la France toute sa vie, avant d’être arrêtée comme une voiture d’occasion en fin de carrière courant 1996.

Elle changera de propriétaire pour la première fois en 2006 et sera remise en route à cette occasion, et finira par quitter le Sud Ouest en 2010 lors de la revente du troisième au quatrième propriétaire. J’en ai fait l’acquisition en octobre 2013 après avoir aidé l’ancien propriétaire à la faire passer au CT à cause de quelques soucis de freins dus à un arrêt de plusieurs mois, la voiture affichait alors 101 572 km au compteur.

Pourquoi elle ?

Et bien déjà parce que c’est une Simca bien sûr, marque que je connais particulièrement bien pour être “tombé dedans quand j’étais petit”. Mais aussi à cause de sa couleur hors du commun ! Depuis que je la possède je n’ai recensée que 4 berlines 1301/1501 en état de rouler ayant cette teinte d’origine : deux en Allemagne, une en Suisse et la mienne qui, à ma connaissance, est la seule en France. Si cette voiture avait été d’une teinte plus classique, blanche ou grise par exemple, je crois que je ne l’aurais jamais achetée. Il faut dire que je n’avais pas particulièrement besoin de cette auto alors que je restaurais, déjà à l’époque, une Simca Aronde 1300 Élysée de 1958.

Le fait de connaître les trois propriétaires précédents a aussi joué pour beaucoup dans mon choix car je connaissais cette auto depuis de nombreuses années. Je n’ai jamais regretté mon choix malgré les nombreux travaux qui ont été nécessaires au maintien en état de cette voiture, car c’est un modèle très facile à conduire dans la circulation actuelle et qui a un capital sympathie considérable du fait de sa couleur très typée 70’s. Côté prix, la cote de la voiture était à peu près à son plus bas et c’était l’occasion d’acquérir une voiture attachante pour 1700 malheureux euros, assez peu kilométrée avec une histoire improbable et un CT ok. Que demande le peuple ?

Ce que j’ai fait dessus

J’ai utilisé directement cette voiture dans un schéma un peu plus intensif qu’un collectionneur moyen dans le sens où je m’en servais très régulièrement dans le cadre de mon travail, ce qui l’a amené à faire un peu plus de 10.000 km à l’année, devant ainsi mon véhicule principal alors qu’elle n’en avait pas initialement la vocation… Des soucis de chauffe, assez récurant sur ce modèle, ont rapidement fait leur apparition. Les petits trajets n’étaient pas un soucis mais les longs trajets étaient plus compliqués, j’ai alors pris la décision d’ouvrir le moteur pour en avoir le cœur net. Le verdict fut sans appel, la culasse étant fendue. Mais malgré le remplacement de la culasse, le contrôle intégral du circuit de refroidissement, les soucis de chauffe persistaient.

Ce qui a fini par me conduire à emmener la voiture en Mayenne, dans le dernier garage Simca/Talbot officiellement reconnu comme tel par le groupe PSA ! “Clém” y a subit une cure de jouvence considérable avec le remplacement pur et simple du moteur et de la boite de vitesse (un des cylindres ayant en fait une bielle coulée et la boite de vitesse étant en piteux état) ainsi qu’une rénovation complète des freins et des trains roulants. J’ai laissé une voiture fatiguée et j’ai récupéré une voiture en parfait état d’usage, une vraie fusée sur la route !

Côté carrosserie, la voiture a eu droit aussi à une grosse rénovation côté soubassements mais la coque n’a pas été retouchée… ou presque… Les jantes et la calandre ont été repeintes et je me suis en effet attelé à lui rendre un peu de profondeur avec un lustrage en bonne et due forme, conservant ainsi sa patine avec ses bosses et ses rayures tout en étant bien mieux mise en valeur qu’avec une peinture brillant direct fanée.

Quelques moments mémorables à son volant

Chaque road trip avec cette voiture est mémorable, surtout lorsqu’il a lieu avec quelques potes. Je ne comptes plus les trajets, parfois au long court, effectués à son volant. Très bons souvenirs des Remparts d’Angoulême, de Sport et Collection qui m’a permis de parader avec la voiture sur le circuit ou bien encore des nombreux rassemblements du Club Simca France auxquels j’ai été avec la voiture en 2011, 2015 et 2019. Le dernier en date, nous ayant ouvert les portes du parc du château de Chambord, reste un excellent souvenir. Dans un autre registre, un trajet de 40 km sans pouvoir toucher aux freins du fait d’un étrier qui restait bloqué est lui aussi resté mémorable !

Et maintenant ?

Maintenant la voiture roule de mieux en mieux depuis sa transplantation cardiaque ! La prochaine étape, qui devait avoir lieu en ce moment même, va consister à la rénovation intégrale de l’intérieur afin de rendre à la voiture tout son confort d’antan. Un confort largement entamé par l’état actuel des mousses et ressorts des sièges. Une remise en état complète de la carrosserie sera elle aussi à prévoir dans les années à venir.

Je n’ai en aucun cas envie de m’en séparer, j’ai réparé, démonté, remonté, nettoyé cette voiture à tel point que je la connais par cœur et je sais qu’elle m’emmènera au bout du monde sans jamais me laisser au bord de la route. Imaginez vous que j’ai roulé près de 2 ans avec un moteur qui avait un cylindre très endommagé et que la voiture a toujours rempli vaillamment sa mission malgré l’état de sa mécanique. J’ai désormais une confiance absolue dans cette voiture que j’ai appris à connaître par cœur après bientôt 7 ans en ma possession.

Voilà pour Clémentine, au plaisir de vous croiser sur la route ou dans les rassemblements lorsqu’ils seront de retour !


Morgan on Flickr
Morgan
Rédacteur-Photographe à News d'Anciennes
Passionné par les anciennes, mais surtout par les Simca, Morgan est également bon photographe et sait prendre sa plume à l'occasion. Il a rejoint l'équipe au printemps 2019.

16 commentaires sur “Les Autos de l’Équipe : la 1301 Spécial de Morgan”

  1. J’étais plus amateur de SIMCA 1100S et j’en ai eu trois (oui, j’étais un récidiviste)…Je n’aimais ni la 1301, ni la 1501……jusqu’au jour où j’e a conduit une qui m’a laissé une bonne impression….J’avais 22 ou 23 ans au début et je trouvais le look de le 1100S plus sportif….Les années ont passé….

    1. La 1100 S est une petite bombe d’un tout autre calibre que la 1301 S qui a une vocation beaucoup plus familiale. Mais la face avant des 1301 S a longues portées intégrées dans la calandre lui donne un style plus agressif en copiant un peu la 1200 S. Alors Simca nous offrait le choix : le flacon, ou l’ivresse ?

  2. Très très belle auto et article très sympa. Honnêtement, je préfère les anglaises, j’en ai une, mais là je fais exception. BRAVO

  3. Bravo pour cette magnifique auto et pour les travaux réalisés avec beaucoup de soins et de brio !
    Quelle belle couleur que je découvre!
    Bonnes balades

  4. Quel que soit le véhicule , lire un tel éloge , une quasi-fusion entre un “bagnolard” et son véhicule est extremement touchant .Moi qui ai encore le souvenir de la Grand Large 1955 puis de l’Ariane de mon père , cet amour des Simca fait plaisir à lire . Longue et belle route à ce couple!!

    1. Merci pour votre commentaire ! L’intérêt pour les Simca est bel et bien là mais c’est avant tout une passion pour les anciennes en général, quel que soit leur type ou leur pays d’origine : tout ce qui a 4 roues et une histoire m’intéresse. Après je n’irais quand même pas jusqu’à parler de couple … ^^

      Bonne route à vous !

  5. ma première auto neuve était une simca 1100 5 cv garantie 2 ans ou 60000 kms .elle “bouffait” des cardans , changés sous garantie tous les 10000kms , représentant , je l’ai revendu au bout d’un an avec un peu plus de 60000kms ,(compteur remis à 0 par la concession , autorisé à l’époque) remplacée par une 204 revendue à 110000kms soit 10000kms au compteur au bout d’un an et demie .malgré ses défauts , j’aimerais retrouver une 1100 5cv blanche comme la mienne.nostalgie…….

  6. C’est une voiture dont on ne parle plus beaucoup mais j’en garde un très bon souvenir car c’est à son volant que j’ai roulé pour la première fois… à l’auto-école. C’était en 1970 et il s’agissait d’un modèle 1500 à quatre vitesses au volant, de couleur
    bleu métallisé. J’en garde des sensations très précises 50 ans plus tard et, qui sait, c’est peut-être à ce moment que m’a été inoculé le virus de l’auto…

  7. Bonjour. Simca Aronde fait partie des mes envies. Mais bon, faut d’abord terminer une Visa qui intégrera les 6 autres anciennes. Je possède un petit roadster fabriqué dans les environs de Malvern; Vu l’âge (71) et les difficultés à rentrer et sortir (faut être jeune pour ce type d’exercice), je ne suis pas opposé à un échange éventuel. Cordialement, JMB

    1. Bonjour, malheureusement mon Aronde a encore besoin de nombreux soins, quant à la Morgan je n’ai malheureusement pas le budget pour, mais ça viendra …
      Bonne route !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.