Des autos de connaisseur au catalogue de la vente Bonhams à Goodwood Revival 2019

Les grands événements ont tous leur vente aux enchères. Du côté des événements de Goodwood, c’est systématiquement la maison anglaise qui s’y colle. On a regardé un peu ce que renferme le catalogue de la vente Bonhams à Goodwood Revival 2019.

La vente Bonhams à Goodwood Revival 2019

150 lots d’automobilia et 108 lots automobiles. Voilà ce qui sera exposé le 13 septembre lors de Goodwood Revival. Uniquement le 13 ? Et bien en fait oui, la vente a lieu le 14 donc il faudra être réactif !

Cette vente sera scrutée après la Monterey Car Week. Certes RM Sotheby’s, et même Bonhams dès ce week-end à Bealieu, ont d’autres vente au programme, mais celle-ci proposera quand même quelques lots de haut vol… et ce sont ceux-ci qui ont pris du plomb dans l’aile en Californie.

Les stars de la vente

La tête d’affiche

Décidément Bonhams aime amener des DB4 GT à Goodwood. En même temps c’est le lieu parfait pour ça ! Celle qui nous intéresse a été la propriété de Donald Campbell, détenteur de nombreux records de vitesse sur terre et sur l’eau dans les années 50 et 60. À sa mort en 1967 elle est revendue mais on ne perdra jamais sa trace. Cette auto est estimée entre 2.4 et 3.1 millions d’euros.

Quelques millionnaires supplémentaires

Une seule auto ancienne visera également le million de d’euros. Il s’agit d’une Bugatti Type 57 Atalante de 1935. La seule des trois authentiques Atalante qui soit arrivé jusque nous. Pour autant son estimation reste “mesurée” : entre 1.1 et 1.7 million de dollars.

Autre millionnaire potentielle : une Ford GT. On ne connaît pas l’estimation exacte de cette auto de 2018 qui sort de la collection d’Alan Mann. Néanmoins c’est la première à passer aux enchères en Europe. On verra…

L’autre véhicule est en fait une oeuvre d’art. Ce camion n’aurait rien d’exceptionnel s’il n’était pas entièrement redécoré par Banksy ! Là aussi on ne connaît pas l’estimation mais le prix de vente pourrait être tout bonnement délirant.

Une avalanche de sportives

Forcément l’ADN de Goodwood c’est la course auto. Et du coup pour celui qui recherche une auto pour aller tourner sur circuit, la vente Bonhams à Goodwood Revival 2019 proposera un beau choix.

Pour faire “classique” et performant, en plus d’être éligible presque partout, une Type E semi-lightweight de 1961 est au catalogue. Là, c’est une auto historique, le 4e roadster Type E jamais produit ! Elle est proposée avec une estimation comprise entre 660 et 830.000 € !
Tant qu’on est dans la Jag’ historique, la Xk120 de Jack Sears pour la saison 1954 est aussi proposée. Estimation : entre 170 et 220.000 €.

Si vous êtes plus rallye, on retrouvera une Porsche Carrera 3 Litres de 1977 avec un riche passé en compétition, estimée entre 440 et 550.000 €.
Vous visez plus petit ? Alors on retrouve aussi une Austin Healey “Bonneville Sebring” Sprite estimée entre 20 et 24.000 €.

Ensuite des autos polyvalentes puisqu’éligibles sur nombre d’événements.

Vous êtes du genre à faire les Mille Miglia ? La Talbot AV105 noire de 1933 aussi. Elle est estimée entre 440 et 660.000 €.
Vous aimez les gros cube, visez les courses de CanAm avec la Wolverine-Chevrolet Groupe 7 estimée entre 89 et 100.000 €.
F1 ou Tasman Series ? Vous pouvez choisir votre course avec une des deux Cooper-Climax Type 55 construites. Elle est estimée entre 110 et 170.000 €.
Vous vissez plus récent encore ? Alors la “Pink Spice” de 1991 est faite pour vous. Une auto relativement performante et fiable estimée entre 220 et 290.000 €.

Enfin pour faire couleurs locales, vous trouverez aussi des petites sportives prêtes à courir, à Goodwood. La première est une BMW 1800 Ti régulièrement engagée sur St Mary’s Trophy et estimée entre 66 et 78.000 €. La seconde est éligible au même St Mary’s Trophy mais est encore plus locale puisqu’il s’agit d’une Austin A35. Elle est estimée entre 16 et 20.000 €.

Des françaises

Quelques belles françaises sont aussi au catalogue de la vente Bonhams à Goodwood Revival 2019. On commence avec une Bugatti Type 23 de 1924 livrée neuve en Australie ! Pas mal d’éléments d’origine sont en place et l’auto est estimée entre 240 et 330.000 €.
De la même année mais plus abordable on retrouve une Amilcar CGS Voiturette, une auto estimée entre 61 et 83.000 €.

À peine plus récente, une belle Talbot-Lago T23 est proposée. C’est une recréation d’une 4.0 Litres “Le Mans” de 1936. Elle est estimée entre 110 et 170.000 €.

On retrouvera aussi deux autos d’après-guerre. Pas de Citroën pour une fois, c’est à noter !
On commence avec une Delahaye 135 M Cabriolet carrossée par Antem et exposée au Salon de Paris 1948. Cette belle bleue est estimée entre 240 et 310.000 €.
Elle est complétée par une magnifique Facel II en conduite à droite, estimée entre 220.000 et 330.000 €.

Quelques autres élégantes

On termine avec de belles élégantes. On a pas tout sélectionné, le reste est visible sur le catalogue en cliquant ici.

On commence par des italiennes. Une Ferrari, évidemment, une 365 Daytona, et une des 158 RHD. Elle fut vendue à la British School of Motoring pour l’apprentissage de la maîtrise des sportives ! Estimation : entre 500 et 610.000 €. La cote de la Dayto a pris un sérieux coup dans l’aile…

On complète cette Ferrari avec plusieurs Alfa. La première est une 6C 2300B à châssis court, carrossée “à la Touring” et estimée entre 440 et 500.000 €.
Ensuite on arrive en 1961 avec une Giulietta SS estimée entre 83 et 94.000 €.

Deux cabriolets ensuite. On commence avec un GTC (vous ne connaissez pas ? on en a essayé un, c’est à voir ici), un des 99 RHD, estimé entre 66 et 78.000 €. Et puis on termine ces italiennes avec un plus classique Duetto, ici en version Veloce (là aussi on en a essayé un, c’est là) estimé entre 30 et 39.000 €.

On passe maintenant aux anglaises. Là aussi on retrouve de tout, même en dehors des sportives. La première est remarquable puisque c’est une Aston Martin 1½-Litre Two-Seat Sports Tourer, une des plus anciennes Aston existantes, elle est estimée entre 110 et 160.000 €.

On continue en 1924 avec une Bentley 3 Litres australienne et carrossée par Damyon Brothers sur place. Elle est rare et estimée entre 200 et 270.000 €.
On passe ensuite en 1936 avec l’ancêtre de toutes les Jaguar, la SS One, estimée entre 89 et 110.000 €.

Pour ce qui est des après-guerre, on aura du choix. On a retenu, là encore, deux Aston. La première est une DB4 Serie II de 1960 estimée entre 270 et 310.000 €, la seconde est une DB6 MkII Volante, une des dernières donc, estimée entre 720 et 830.000 €.

On terminera avec une plus originale Jensen Interceptor Serie III de 1973 estimée entre 50 et 61.000 €.

À voir

Hormis le fait que la vente Bonhams à Goodwood Revival 2019 sera une des animations du week-end anglais, ce sera aussi une vente scrutée. Un gros catalogue plein d’européennes sur un gros événements. Il y a quelques temps c’était un gros succès. Il faut voir si cette vente suivra la tendance à la baisse du moment ou si les maisons de vente peuvent garder un peu d’espoir.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.