Le Rallye des Volants et des Ailes, une belle journée de patrimoine

Pendant que Benjamin militait à la Ronde des Bannies aux Invalides, je me rendait à Montfort l’Amaury afin de prendre le départ du rallye “des Volants et des Ailes” organisé par la sympathique association Le Plaisir de Conduire.

Une quinzaine d’équipages très divers ou se côtoyaient, une DS, quelques anglaises, une Ford Mustang et votre serviteur en japonaise. Tout ce beau monde prenait la route à 9 h 45 pour une balade d’une soixantaine de kilomètres, qui devait les conduire à l’aérodrome de la Ferté Alais. Ce sympathique club fait les choses plutôt bien puisqu’en plus du traditionnel café croissant, il propose à ses participants une vraie plaque rallye des Volants et des Ailes, le road book de la sortie, un stylo et un dépliant sur le Musée Volant Salis.

Sur le parking de la Ferté Alais, nous ne sommes pas seuls. Quelques américaines sont présentes dont une Jeep évidemment, mais aussi une Pontiac Trans am (Kitt la voiture de K2000) ou une rarissime Cobra dédicacée par Caroll Shelby et quelques roadsters européens.

À noter aussi la présence d’une Chenard et Walcker et d’une non moins rare bien que plus récente Voxan Scrambler (vous savez la moto des années 90, produite en Auvergne). On y voit même une Simca Ariane déguisée en Versailles avec sa belle livrée bicolore

Après l’effort le réconfort. Une pause déjeuner s’impose pour les participants au rallye des Volants et des Ailes dans le “mess” de l’aérodrome à la décoration vintage très aéronautique. On se croirait dans un épisode des chevaliers du ciel célèbre série TV française des années 70 sur l’aviation.

Après un repas fort sympathique et convivial au restaurant de l’amicale, nous attaquons le plat de résistance de cette belle journée ensoleillée avec la visite du musée volant Salis. Ce remarquable établissement compte une cinquantaine d’avions qui nous raconte l’histoire de l’aéronautique des “faucheurs de marguerites” tel Blériot jusqu’au avions à hélice de la seconde guerre mondiale. On mesure toute l’inconscience des pionniers de l’aviation, mais aussi l’évolution des techniques des premiers avions toilés, en passant par les différentes configurations de moteurs, à étoiles, refroidis par air, puis en ligne à plat, refroidis par eau.

Au Musée, on peut surtout y admirer une remarquable forteresse volante que côtoie une jeep donnant une idée de l’échelle de l’engin. On mesure aussi la taille impressionnante de l’avion de Papy Boyington, le mythique Corsair On y redécouvre aussi l’un des avions ayant servi au tournage du film l’as des as avec Jean Paul Belmondo

Si vous vous rendez un jour au musée volant Salis (entrée à 12 €), infos ici, sachez que les plus téméraires pourront se risquer à un baptême de piste voire de voltige à bord de biplans Boeing entre autres !

Une bien belle journée que ce rallye des Volants et des Ailes. Il porte bien son nom puisqu’il conjugue amour des objets roulants et volants. Et puis avec 21° l’après-midi, la météo était au rendez-vous !

Paul Guy on Email
Paul Guy
Rédacteur - Photographe à News d'Anciennes
Paul aime passer son temps à courir après les véhicules anciens. Au sens large puisque les autos côtoient les trains et les avions !
Il a rejoint l'équipe à l'été 2018.

2 commentaires sur “Le Rallye des Volants et des Ailes, une belle journée de patrimoine”

  1. Bonjour, joli reportage sur une manifestation mêlant deux mondes finalement assez proches… mais (car il y a toujours un mais): CaRRoll Shelby s’écrit avec deux “R”… et l’Ariane n’est pas déguisée en Versailles mais en… Régence
    Bravo tout de même… ça donne sincèrement envie d’aller se promener du côté de La Ferté Allais !!!

  2. Superbe mais vous étiez peu nombreux .Est ce à cause du prix de l’inscription ou de la date ?
    C’est dommage car à La Ferté ce sont de vrais passionnés et fous de mécanique !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.