Dites-moi comment vous roulez, je vous dirais quelle ancienne est pour vous ! Ep. 1/5, les pilotes

Alexandre Guirao est dans le milieu automobile depuis des années. Il a fondé Classic Auto Invest. Ce nom ne doit pas faire peur, car ce n’est pour investir que ses clients le contactent, mais pour acheter la bonne auto, au bon budget, sans prendre de risque. Dans Acheter Une Ancienne, il nous livre quelques secrets pour bien acheter une ancienne… et ne pas en acheter d’autres !

Au moment de choisir un bon vin à une bonne table, on demande au sommelier. Son expertise et sa connaissance des mets qui vous seront servis lui permettra de sortir les meilleurs vins de sa cave. Mais au moment de choisir une ancienne, à qui se fier ? Surtout quand on a jamais essayé l’auto qui nous fait rêver. Dans cette série dans la série, on passera en revue quelques autos très différentes et attachantes, par leurs qualités et leurs défauts. Bonne dégustation !

Opus #1 – Vous êtes plutôt : conducteur à l’état pur, tendance pilote

On ne vas tourner autour du pot, il vous faut une ancienne à la hauteur de vos ambitions de conduite. Le confort, la qualité du tableau de bord, la taille du coffre, vous le laissez aux autres. Pour vous satisfaire, la fiche technique sera importante, mais l’état des trains roulants, de la direction du freinage et du moteur seront importants.

Pour vous satisfaire, on sort le carré magique Ferrari – Porsche – Alpine – Lotus. C’est simple, ces marques ne se sont pas reniées et ont toujours fait des machines pures et dure, sans compromis. Ces autos sont capables de claquer des chronos en compétition et vous ramener par les départementales le dimanche soir. On peut au passage saluer Alpine et Lotus qui ont gardé, encore de nos jours, la chasse au poids dans leur ADN.

Les poids mouche

Parmi les classiques, une A310 est de plus en plus convoitée mais achetable. Par contre il faudra certaines fois doubler le budget d’achat pour une remise à niveau dans les règles. Ces autos sont souvent fatiguées et pas toujours bien soignées. Pour une auto en très bon état, visez entre 30 et 40.000 €.

Chez Lotus, on notera l’Esprit dont la S3 avec ses lignes encore originelles signées Giugiaro. Le prix est à peu près similaire à celui de l’A310, avec encore plus d’exotisme, jusqu’à la position de conduite.
Même à ces prix ces deux autos restent des aubaines. Il y en a eu relativement peu et elles n’ont pas eu de descendance.

Les Chevaux Cabrés

Abordons ensuite Porsche et Ferrari qu’on ne présente plus. Leurs approches de la sportivité sont bien différentes.

Le pur-sang italien n’est pas si rétif quand on sait murmurer à son oreille. Les berlinette V8, de la Dino 308 jusqu’à la 355 sont des autos au comportement routier fin, agiles et équilibrées. Il faudra que le conducteur soit à la hauteur pour les exploiter, quitte à prendre des leçons de perfectionnement. Sinon on risquera de passer à côté de ce qui fait leur force et ne les côtoyer que pour leurs lignes…
Du côté de Porsche, les Flat 6 de Zuffenhausen sont plus civilisés puisqu’ils sont aussi pensés pour un usage normal au quotidien. Quand on sort une Ferrari avec toute la préparation que cela comporte, on tourne la clé de la Porsche pour parcourir 5 ou 500 km de la même façon. Les 911 refroidies par air ont aussi un parfum mécanique puissant et solide. Direction, pédalier, et boîte respirent le solidité, la fermeté et la tenue dans le temps. Avec quelques modifications légères, elles peuvent aussi devenir un parfait jouet pour quelques tours de piste le week-end, sans passer trop de temps aux stands.

La 964 est une des autos en vue en ce moment. On peut en trouver avec 4 roues motrices, un ABS et la clim, histoire de sortir toute l’année. Après une grosse période spéculative, elle est revenue sur une base de 50.000 € pour un bel exemplaire.

Pour ce qui est des italiennes, vous aurez besoin d’un solide compte en banque pour poursuivre faire quelques tours. Quoique on a connu il y a 15 ans une fameuse Testarossa affichant 140.000 km qui servait de voiture formation pilotage sur un circuit francilien, et ne s’en tirait pas si mal !
L’achat d’une Ferrari doit toujours est plus compliqué car il faut faut composer avec le cycle du marché et la spéculation qui va avec (avec l’exemple de la F40 qui ne doit pas être oublié). Comme pour les Porsche, le pire est passé et les prix reviennent peu à peu à une normale (élevée). On peut donc reconsidérer l’achat d’une 308 ou 328. Attention cependant car les autos sont dans des états très inégaux…

Voilà pour les pilotes. Dans les prochaines semaines on évoquera des autos plus confortables, plus polyvalentes et plus décalées !

Alexandre Guirao on Facebook
Alexandre Guirao
Fondateur à Classic Auto Invest
Alexandre est un passionné d'automobile, et surtout un pro du milieu. Avec Classic Auto Invest il conseille les futurs collectionneurs pour qu'ils évitent les pièges du marché.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.