Musée Automobile de Malaga : l’automobile comme une œuvre d’art

L’originalité du Musée Automobile et de la Mode de Malaga est d’associer harmonieusement automobile, haute couture et œuvres d’art contemporain. Le résultat est splendide et présente une exceptionnelle collection.

Le Musée Automobile de Malaga

Installé dans une ancienne manufacture de tabac, l’ensemble de l’exposition est issu de la collection privée du portugais João Magalhaes qui souhaitait partager sa passion avec les visiteurs du musée. Les véhicules, pour certains des modèles rares ou uniques, ne sont pas juste exposés. Ils sont mis en valeur, mis en scène avec des tenues de grand couturier afin de transposer le visiteur dans chacune de leur époque.

Suivez-nous dans les différents thèmes du Musée Automobile de Malaga. On vous amène parcourir l’histoire de l’automobile de ses débuts à nos jours, à la découverte d’une centaine d’œuvres d’art sur roues…

C’est parti pour la visite

La Belle Époque

On commence la visite par les modèles qui marquent la fin du XIXe siècle jusqu’à la première guerre mondiale. Dans cette salle on retrouve entre autres une Hupmobile de 1909, une Minervette de 1904, une Richmond de 1908 surnommée la voiture pique-nique, une Delage de 1910 avec la belle-mère à l’arrière, une Jackson de 1906 et une Buick de 1916.

Cette partie se termine par un camion de pompiers de 1918 American LaFrance Simplex avec son système de transmission par chaine et un magnifique prototype Anglais de 1912 créé par Barron Ackroyd un pilote de la Royal Air Force.

Les Années 20

On arrive dans ‟les années folles’’, 8 voitures représentent élégamment la prospérité de cette période après-guerre. Parmi elles une Paige de 1927, un coupé de ville Minerve de 1923, une Studebaker President de 1931 ainsi qu’une Ballot décapotable de 1928.

Cette salle comporte également une Unic de 1920 décorée avec des formes et des coloris en hommage à Saunia Delaunay qui fut la première artiste à peindre des voitures.

Les voitures populaires

La visite se poursuit par les voitures populaires, des modèles plus pratiques et économiques tels qu’une Citroën 11HP de 1922, une Morris Minor de 1931, une Austin Seven de 1928, ou encore une Fiat Topolino de 1936.

Les microcars sont toujours bien représentées dans les musées espagnols, ici ce sont une morgan de 1928, une Fuldamobile de 1955 et une Velorex de 1963 qui sont mises à l’honneur parmi les voitures populaires.

Les Années 30

C’est l’époque Art Déco mais également l’âge d’or de l’automobile. L’élégance, l’esthétique, le luxe, la qualité marquent cette décennie.  Le musée Automobile de Malaga symbolise cette période avec un coupé Pierce Arrow de 1930, une BMW cabriolet sport 327/28 de 1938 et une Mercedes 540K cabriolet de 1937 dont chacun des 447 exemplaires produits était unique. Bonhams proposera dans une prochaine vente aux enchères deux modèles identiques de BMW et Mercedes.
On y trouve aussi deux autos utilisées par des chefs d’état, une Lancia de 1934 dont se servait Mussolini dans ses défilés et un cabriolet Packard Twelve de 1939 utilisé par le président Roosevelt. Ce luxueux modèle est équipé d’un mini bar.

Le luxe et le prestige se décline également à la française dans cette collection avec une Bugatti Type 57 Galibier de 1936 et une Talbot cabriolet Figoni de 1937.

Les voitures design

Les véhicules présentés dans ce thème ont été créés dans le but d’impressionner, d’innover et étaient très excentriques ou futuristes pour leur époque.
L’originalité s’affiche dans les formes de la Renault Nervastella de 1930, la FN de 1930, le roadster Allard M de 1949, la Kaiser Darrin de 1954 et la Lancia Astura à Carrosserie Castagna de 1939. La particularité de la Peugeot 402 Eclipse de 1937 réside surtout dans son système manuel de toit escamotable qui se range dans le coffre arrière, d’où son nom Eclipse.

La recherche de l’aérodynamisme a donné des modèles aux lignes futuristes que l’on retrouve sur la De Sotto Airflow de 1934, la Tatra 87 de 1947 ou encore sur le coupé Panhard et Levassor Dynamic de 1938 doté d’un volant au centre.

Une Auburn de 1936 et deux Cord 812 Westchester Sedan de 1937 et 812 Sportman de 1937, toutes 3 équipées de moteur V8 et compresseur ‟supercharged’’, étaient trop avant-gardistes pour la clientèle américaine qui n’était pas prête à les acquérir.

Les voitures de rêves et la tradition anglaise

On reste aux Etats Unis pour découvrir quelques véhicules emblématiques de ce pays dans les années 50. Plusieurs Cadillac, une Ford Thunderbird de 1956 et une Chrysler de 1956 sont exposées. Seulement 11 exemplaires de cette Imperial C70 Crown Limousine ont été construits.
Avant de rejoindre le côté britannique on passe devant une Rolls-Royce ‘’Jet set’’ ornée de cristaux Swarovski.

La tradition anglaise est illustrée par plusieurs Rolls-Royce, Bentley et Jaguar, notamment une Jaguar MK IV de 1948, une Jaguar MK V de 1949 et une Bentley Mark VI de 1948.
Une Rolls-Royce Phantom VI de 1968 est décorée ‟Flower Power’’, peinte à l’identique de la Phantom V de John Lennon.

Les années 50 et la Dolce Vita

C’est l’époque pendant laquelle les voitures de sport avec leurs belles lignes fluides deviennent à la mode. Au bout de la vaste allée on ne peut s’empêcher d’être attiré par les magnifiques Mercedes 300 SL de 1956 et Aston Martin DB4 de 1959.

Une Porsche Speedster de 1955, une Jaguar XK 120 de 1952, une Alfa Romeo Berlinetta de 1946, un coupé Jaguar de 1954, une Aston Martin DB2 de 1952, une Jaguar Type E de 1962, une Maserati Berlinetta de 1950 ainsi qu’un des 4 exemplaires construit de Ferrari 250 GT Spécial, enrichissent avec éclat la collection du Musée Automobile de Malaga.

Les énergies alternatives

5 véhicules composent ce thème des énergies “moins polluantes”, certains ont plus d’un siècle et d’autres sont des prototypes beaucoup plus récents. Ainsi une Stantley Steamer à vapeur de 1910, une Milburn Electric de 1916, une Helicron 2 de 1932, la Solar Word de 2009 et un prototype à hydrogène évoquent les solutions écologiques. Seulement 2 exemplaires de l’Helicron 2 sont connus, le deuxième se trouve dans un musée du Tennessee.

Une Rosengart Supertraction de 1934 dans son jus confirme cette idée de véhicule écologique en démontrant que la nature reprend toujours ses droits sur l’homme.

Le “Tuning”

Pour terminer la visite, le musée Automobile de Malaga fait la part belle au Tuning. En effet, dans un musée où les voitures sont présentées comme des œuvres d’art le Tuning a forcément toute sa place en tant qu’expression artistique.
Le 1er modèle est entièrement créé par l’équipe de Maga collection qui s’est inspirée des véhicules de course des années 50. Les modèles suivants en revanche sont bien des transformations à partir d’une Ford A de 1929, d’une Ford V8 de 1934, d’une Lyncon-Zephyr de 1938 et d’une Ford Matford de 1936 qui à l’heure de manger nous fait penser à un poulet grillé. Regardez bien ses ailes arrière.

Dites M. Magalhaes vous pouvez nous en exposer un peu plus ?

Une galerie de moteurs peints et décorés par des artistes complète la collection.

Une autre particularité très appréciable du Musée automobile de Malaga est l’absence de cordon de sécurité autour d’une grosse partie des véhicules. Le public peut tourner autour des voitures comme il le souhaite, s’en approcher, admirer un détail de plus près. Bizarrement on ne touche pas, notre bonne éducation détermine un cordon de sécurité virtuel. Au mois de janvier le musée n’est pas très plein mais même les enfants présents ont le respect de ne pas toucher.

Afin que la visite dure un peu plus longtemps quelques œuvres nous régalent encore les yeux jusqu’à l’extérieur du bâtiment.

Une exposition d’art automobile

L’entrée coûte 8,5 € pour une visite d’environ 1h. Nous y sommes restés presque 2h car on adore ce lieu unique dans lequel l’automobile est considérée comme une œuvre d’art.  Comme on aime aussi ‘’les vieilles pierres’’, le musée Automobile de Malaga fait partie de notre top 5 des lieux incontournables à visiter de cette ville Andalouse. D’ailleurs on le classe Numero Uno des musées de Malaga, si si on assume, on le classe avant le musée de Picasso !
Assortir les œuvres de grands designers automobiles et haute couture, y combiner de l’art contemporain, le tout dans de très beaux bâtiments historiques, c’est ce qui assure le succès du Musée Automobile et de la Mode de Malaga.

L’album photos du Musée Automobile de Malaga est visible ici


Jean Phi & Nath on Email
Jean Phi & Nath
Rédacteur-photographe à News d'Anciennes
Jean-Philippe et Nathalie ont rejoint l'équipe en 2018, mais nous envoyaient déjà des photos depuis bien longtemps. Nos sudistes ont deux autos de prédilection : la Fiat 500 et la Traction.

3 commentaires sur “Musée Automobile de Malaga : l’automobile comme une œuvre d’art”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.