Vintage Auto Retro Basque 2018

Vintage Auto Retro Basque 2018, grande bourse d’échange à Hasparren

En visite au Pays Basque en ce week-end du 27 et 28 octobre, il m’était impossible de ne pas aller faire un tour à Hasparren, près de Bayonne, pour le Vintage Auto Retro Basque 2018, deuxième du nom. Malgré la grisaille du samedi, où les gouttes et le soleil se battaient en duel, les visiteurs étaient là, bien que moins nombreux qu’en 2017. Pourtant, le Vintage Auto Retro Basque 2018 a été l’occasion de voir de bien jolies choses, mais aussi et surtout, de constater que la passion est bien présente ici aussi !

Le Vintage Auto Retro Basque 2018, manifestation annuelle, est organisée par le Club Soupapes et Pistons Haparren, également à l’origine d’un rassemblement tous les seconds dimanches de chaque mois. Michel et son équipe ont géré la manifestation sur deux espaces, l’un couvert et l’autre à l’extérieur.

Dans la Harana de Hasparren

Habituellement, se jouent dans cet espace les tournois de pelote basque et autres sports de balles locaux. Très utiles ce week-end pour passer à la buvette et chiner entre deux accalmies, les 1000 m² de la cancha, au pied du fronton dans la Harana communale, sont réservés aux exposants de pièces mécaniques, éclairages, revues et jouets, pour l’essentiel. Des étalages pour petits et grands où chacun peut trouver l’objet de ses désirs, ou la revue technique de son choix.

Une expo moto met en avant quatre BMW rutilantes, état concours, des années 50-60. A côté de quelques autres modèles routiers, un vélo de l’armée suisse et des motos tout-terrains, trônait une Gnome et Rhône.

Cette marque ne me disait pas grand-chose mais après quelques recherches elle n’est autre que la société fondée en 1915 qui a donné naissance lors de sa privatisation en 1945 à la Snecma, compagnie aéronautique aujourd’hui connue sous le nom de Safran (Safran Aircraft Engines pour être précis). Né en 1942, le modèle X40 de la marque escortera les présidents français jusqu’en 1952 et une 750X spéciale « Jacqueline 2 » a à son actif nombre de records. Bref, un joli pedigree pour cette marque dont une CM1 de 1934 était présenté au Vintage Auto Retro Basque 2018. Ce modèle est propulsé par un monocylindre culbuté de 350 cm³ qui lui permet d’atteindre les 115 km/h.

Sur le parking du Vintage Auto Retro Basque 2018

L’espace extérieur de 10.000 m² est partagé entre les exposants, les tracteurs, qui ont animé les deux journées et les propriétaires de voitures anciennes qui se sont relayés au fil des heures et au gré de la météo. Comme souvent, la variété fait la qualité de ce type de manifestations, de la Rosengart qui illustrait les premières heures de l’automobile, aux youngtimers, ce sont plusieurs centaines d’auto qui se sont donc succédé sur ces deux jours.

Trois éléments majeurs ont par ailleurs animé ce Vintage Auto Retro Basque 2018. La Traction Universelle, club entièrement dédié aux tractions Citroën en France et dans le Monde, était présent avec quelques jolies pièces. Bien entendu, en cette année, les 2 CV sont également venues en nombre du fait des 70 ans du modèle. Enfin, un espace spécial a été aménagé pour le Club Simca France, invité d’honneur du Vintage Auto Retro Basque 2018 qui était venu avec de beaux modèles, comme une belle Chambord, et des populaires 1301 ou 1100, une Matra Murena, ou des Talbot dont une très belle Samba 72hp cabriolet.

Coups de projecteurs sur quelques modèles

Traction 11 B 1938

Voici une histoire de restauration comme on les aime. Il y a 27 ans, cette 11 B de 1938 a été retrouvée dans une grange. Son état était pitoyable. C’était une véritable épave comme a pu me le montrer son propriétaire sur des photos papier jaunies par le temps. Mais la passion, la persévérance et une dose de chance font souvent des miracles.

Les jantes Pilote, d’origine, sont la marque de fabrique des Citroën de cette époque et leur teinte rouge et noire caractéristique de ce modèle 11B. Tout a été refait dans l’optique de conserver au modèle une présentation conforme à sa sortie d’usine, à l’extérieur, dans l’habitacle et sous le capot. Pour mémoire, 1938 est la seule année de production de ce modèle, puisqu’il remplace la 11A dont la production a été stoppée en 1937 et est remplacé en 1939 par la 11B Performance dont le moteur a gagné 10 chevaux après modifications.

Maserati Biturbo Spyder 2000 4V

Autre petit bijou de ce Vintage Auto Retro Basque 2018, une Maserati. Emblématique des années 1980, la Biturbo (qu’on a essayé, c’est à voir ici : Au Volant d’une Maserati Biturbo, à faire rouler autant qu’elle peut !) est en fin de règne. Maserati produit un modèle pour l’Italie : le Spyder 2000 4V de 1992, vendue en 1994. Seuls 200 exemplaires seront immatriculés et nous avons devant nous le seul exemplaire français de ce cabriolet sorti de le Carrosserie Zagato.

La face avant, modifiée par Gandini, évolue vers celle de la Shamal apparue en 1990. Sous le capot, on retrouve le moteur de la 222 4V : un 6 cylindres à 90°, 24 soupapes, de 2,8 litres de cylindrée suralimenté par 2 turbos IHI. Ce V6 AM477 se caractérise, selon le propriétaire de la voiture, par une grande souplesse à bas régimes, qui se transforme en rage démoniaque dès qu’il prend des tours grâce aux turbos. Ce modèle bénéficie également des améliorations châssis de la 222 4V qui rendent cette Spyder plus exploitable que les Biturbo qui l’ont précédée. Un chant du cygne certes, mais aussi l’apogée du règne de la Biturbo où tout ne fut pas rose !

Simca 1100 LE de 1979

Changement de registre. Sur le stand du Club Simca France, trônait une belle 1100, cette familiale compacte au profil caractéristique qui a marqué les années 70, et même best-seller en 1972. Pour ceux qui ont pu la croiser, tous se souviendront du son de son 4 cylindres, mais aussi de sa version TI de 82 chevaux, dans le concept GTI, à une lettre près ! Sur le Vintage Auto Retro Basque 2018, ce sera la version 1100 LE équipée GLS, de février 1979 et refaite il y a 5 ans.

Les puristes trouveront peut-être un manque de respect des caractéristiques de base du modèle d’origine mais les transgressions restent sobres et dans l’esprit d’origine. Mais tout l’intérêt de cette voiture est ailleurs. Achetée en 1997 par le propriétaire actuel avec 95.000 km au compteur, elle en totalise aujourd’hui 176.000. Et oui, cette voiture roule ! Son 4 cylindres, 6CV et 58 ch DIN, a emmené cette voyageuse, et son heureux propriétaire, aux 4 coins de la France de la côte au Mont Saint Michel, mais aussi à travers l’Europe, de République Tchèque en Suisse, en Belgique et bientôt dans d’autres pays de la communauté. Une voiture, c’est fait pour rouler !

Citroën Méhari 4×4

Samedi, fin de journée. Deux Méhari arrivent sur le parking. La première, avec un capot modifié pour y accueillir une roue de secours attire le regard. Comparée à l’autre, elle semble différente. Feux arrière d’Acadiane, protection grillagée des phares avant et donc, ce fameux capot. Quelques mots au chauffeur. C’est bien une des rares Méhari 4×4.

Châssis n°15 sur les 1213 produites, sortie des chaînes en 1979 et immatriculée en 1980. Grilles de phare et capots étaient en fait des options, mais ce qui ne trompe pas, c’est le poids de la voiture mentionné sur la plaque située entre passage de roue et échancrure de porte : 720 kg vs. 525 kg pour la version de base, du fait du différentiel. Autre « détail » caractéristique : les 3 leviers où celui de vitesse est situé entre les 2 commandes de motricité, réducteur R/N et blocage de pont 4×2/4×4.

Autres auto remarquables

Pour continuer dans les tout-terrain, un petit mot sur une curiosité : un Buggy signé De Montcorgé. Les amateurs des Paris-Dakar Africains ne s’y tromperont pas : c’est bien de Thierry de Montcorgé dont il est question, celui-là même qui a rallié Dakar à bord de la Rolls « Jules » en 1981.

Renault également comptait beaucoup de représentants. De la R5 aux Alpines V6 en passant par les frégates et autres Dauphines, R8, R11 et j’en passe, la variété des modèles de l’immédiat après-guerre aux yougtimers, la Régie a de solides représentants.

Parmi les italiennes, outre la Maserati, une rare Lancia Beta Monte-Carlo noire était présente, avec le modèle plus classique de Beta coupé.

Et les anglaises dans tout ça? Rassurez-vous, il y en a toujours quelques unes! Mais il est vrai qu’au Vintage Auto Retro Basque 2018, peu d’entre-elles étaient visibles. A noter deux belles Rover, une P4 et un P6 se sont fait admirer.

Au bilan

Pour finir, même si je ne les détaille pas dans cet article, américaines, anciennes, youngtimers et toutes les autres, moins caractéristiques mais tout aussi passionnantes, ont donné corps au Vintage Auto Retro Basque 2018. Rendez-vous donc en 2019 pour ce très beau rassemblement dans un pays Basque dont il faut aussi découvrir toutes les autres spécialités et goûter aussi à l’authenticité en marge des rencontres automobiles.

Fabien
Un lion et un cheval cabré m'ont fait aimer les voitures de mon enfance... Un livre, «La maîtresse d'acier» de Pierre Coutras, et des légendes, Fangio-Moss-Hawthorn, m'ont conduit à me passionner pour des bolides plus ancien.
A mon tour de partager avec vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.