Très gros catalogue pour les ventes Artcurial à Retromobile 2018

C’est une des animations habituelles de Retromobile. Cette année la vente Artcurial à Retromobile 2018 s’annonce grandiose. Déjà par le nombre de lots inscrits aux catalogues (il y aura trois ventes) mais aussi car quelques records pourraient tomber.

Sommaire :

Les Stars de la vente :
LA star de la vente
Les insolites

Les collections :
La collection Volante
La collection de Jean-Claude Miloé
Un amateur parisien au bon goût
Les Citroën et Maserati de la collection Reinders
La collection J-G Roger
Les autos de Rallye

Les valeurs sures

De magnifiques françaises

Une affaire ?

La vente Artcurial à Retromobile 2018

La plus grosse vente d’Artcurial à Retromobile 2018 sera celle du 9 Février à 14h. Il y aura deux autres ventes le lendemain, dédiées à des collections privées. Celle-ci est une vente plus générales avec un catalogue très fourni en très belles autos. Au total 131 lots seront proposés et des millions d’euros vont s’échanger.

Les stars de la vente

La grosse estimation

Énorme star de cette vente Artcurial à Retromobile 2018, la Ferrari 275 P. Cette auto sort juste de la collection Bardinon où elle était entrée en 1970. Pourquoi y était-elle entrée ? Simplement parce que c’est elle qui a remporté les 24h du Mans 1964 !

Un pedigree qui pourrait amener l’auto à battre le record du monde de la voiture la plus chère aux enchères. Pour en savoir plus, on lui prépare un article dédié.


Les insolites

La première auto de la vente Artcurial à Retromobile 2018 qu’on identifie comme une auto insolite est la Monica 560. Le très grand luxe à la françaises des années 70, avec comme pour son ancêtre la Facel Vega, un moteur Chrysler V8. Une auto rare, il n’y en a eu que 22, et estimée entre 100 et 130.000 €.

Autre insolite, la Deep Sanderson. Un véhicule très particulier, cette auto a pris le départ des 24h du Mans 1963, une création de Chris Lawrence, également père de la Morgan SLR. Cette auto, prête donc pour Le Mans Classic, est estimée entre 50.000 et 80.000 €. C’est peut-être d’ailleurs l’affaire à faire dans cette vente.

Dernière auto insolite, une DeTomaso Vallelunga Compétition. Cette auto reçoit en effet un moteur de Formule Ford 1.6L. C’est l’une des seules 50 autos produites, et elle est estimée entre 200.000 et 300.000 €.

Les collections de la vente Artcurial à Retromobile 2018

Plusieurs collections seront proposées lors de la vente. Du beau assurément.

La Collection Volante

Cette collection est composée uniquement d’auto ayant été carrossées par Vanvooren, assemblée par l’Allemand Martin Waltz, spécialiste du carrossier. Forcément des autos de prestige, et d’avant-guerre donc.

Parmi les neuf autos présentées, on notera la présence d’une Horch 853 Sport Cabriolet de 1937 dans un état d’origine bluffant et estimée entre 600.000 et 800.000 €. Côté anglaise, une Bentley 4 litres 1/4 de 1938 qui a la particularité d’être un modèle unique. L’estimation est située entre 275 et 350.000 €.

Enfin trois françaises. La première est une Bugatti Type 57 Cabriolet, celle-là même qui était sur le stand de Vanvooren au salon de Paris 1938. Superbement restaurée, elle atteint une grosse (et large) estimation : entre 650.000 et 950.000 €.
La seconde est une Avion Voisin C11, la seule voiture du constructeur à avoir été carrossée chez Vanvooren. Elle est estimée entre 120 et 180.000 €.
La dernière est aussi la plus récente. C’est une Delahaye 135 M Coach de 1950. Elles ont été deux à être carrossées ainsi et ce sont les dernières réalisations du carrossier. Elle est estimée entre 250.000 et 350.000 €.

La Collection de Jean Claude Miloé

De très belles Porsche seront proposées dans cette collection assemblée par Jean Claude Miloé.

La plus ancienne est une rarissime (27 exemplaires) Porsche 356 A Carrera 1600 GS Cabriolet. Un moteur très sportif dans un cabriolet, restauré à l’usine et estimé entre 800.000 et 1.2 million d’euros. Suit une autre 356, une B Carrera 2 GT de 1963, Matching Numbers, et estimée entre 800.000 et 1.2 million d’euros elle aussi.
Ensuite une Porsche 904 GTS de 1964, une auto ayant notamment couru au Tour de France 1964 mais aussi aux 1000km du Nürburgring. Vendue avec un second moteur, elle est estimée entre 1.2 et 1.4 millions d’euros.
La plus récente est une 911, une Carrera RS 2.7 de 1973 à l’historique et l’entretien parfait. Elle est estimée entre 550.000 et 650.000 €.


Un amateur parisien au bon goût

Egalement propriétaire de la Vallelunga, un amateur parisien met en vente sa collection. On trouve 8 autos dedans. On en a noté trois en particulier. On commence avec une magnifique Lamborghini Islero noire de 1969 estimée entre 180 et 240.000 €.
On continue avec une Dino 246 GTS, ex Laetitia Casta, des fois qu’il y ait des fans, estimée entre 300.000 et 400.000 €.
Enfin, une Aston Martin DB4 Serie V SS avec une restauration récente et un moteur porté à 4.2 litres. L’auto est estimée entre 550.000 et 750.000 €.

Les Citroën et Maserati de la collection Reinders

Dans la collection Reinders, des Citroën de haut vol. On trouve pas moins de 5 Citroën DS carrossées par Chapron :
– Une DS21 Coupé Le Dandy (50 exemplaires) de 1965 estimée entre 250 et 350.000 €
– l’unique DS21 Cabriolet Palm Beach à injection, en route vers un record avec une estimation entre 400 et 600.000 €
– une DS 19 Cabriolet Palm beach de 1966, la rouge, estimée entre 400 et 600.000 € elle aussi
– une DS 21 Berline Lorraine, la première produite estimée entre 100 et 150.000 €
– une DS 23 ie Berline Lorraine, la seule, estimée entre 180 et 260.000 €

A ces cinq autos, il faut ajouter entre autres beautés, une Citroën Visa Chrono Groupe B de 1983, avec un beau palmarès d’époque estimée entre 30.000 et 50.000 € et une Maserati 3500 GT au petit kilométrage estimée entre 180.000 et 240.000 €.

La collection J-G Roger

Autre collection exceptionnelle, celle de J-G Roger. Une collection petite mais avec des autos vraiment remarquables. On commence avec une VRAIE René Bonnet Aerodjet, celle qui fut au départ, ET à l’arrivée des 24h du Mans 1963. Restaurée entièrement, elle est estimée entre 250.000 et 350.000 €.
Toujours dans les françaises, la collection compte une Alpine A110 1600 S Groupe 4, une compétition client qui fit notamment le championnat de France de la Montagne 1972. Elle est estimée entre 170 et 210.000 €.

La plus chère des autos de cette collection, c’est la Maserati A6 CGS/53 Spyder de 1954. Une auto qui a notamment pris le départ des Mille Miglia 1955 et 1957 entre autres courses. Une beauté estimée entre 2.8 et 3.6 millions d’euros.
Enfin, dernière auto de cette collection, une Alfa Romeo 6C 1750 SS 3e série carrossée par Zagato. Pas forcément superbe puisque très simple et carrée, c’est une auto de 1929 ! Elle est estimée entre 900.000 et 1.3 millions d’euros !

Les autos de Rallye

Dernière collection et non des moindres, elle est composée d’autos de rallye made in France. On retrouve dedans une Renault 5 Turbo “1” de 1982 en très bel état et estimé entre 90 et 120.000 €. On trouve aussi une version Groupe 4 de la R5 Turbo, une auto de 1980 qui a été préparée pour faire de la concurrence aux autos Cévennes préparées par l’usine. Elle est estimée entre 120 et 160.000 €.
Chez Peugeot on retrouve une 205 T16 de la série 200 estimée entre 140 et 180.000 €.

Enfin, pas une auto de rallye, mais LE prototype de l’Alpine GTA, une magnifique sortie de grange estimée entre 20 et 40.000 €.

Les valeurs sures

Du côté des valeurs sures de la vente Artcurial à Retromobile 2018, on retrouve notre préférée : la Mercedes-Benz 300 SL. Le modèle proposé est un coupé de 1955 qui a été restauré par Kienle et qui est estimé entre 800.000 et 1 million d’euros.

Chez Ferrari, les valeurs sures sont une F40 de 1990 qui compte 29.000 km et qui provient d’une autre collection, celle d’un passionné de supercars. L’auto est estimée entre 750.000 et 1 million d’euros.
Plus ancienne, il faut chercher du côté des 250. Aucune GTE ou Cabriolet Serie II. Non, plus rare, une des 40 Série I, qui ressemble à une California Spider LWB mais qui reste un cabriolet Serie I. C’est une des seules 11 à rester matching numbers. Elle est estimée entre 7 et 9 millions d’euros !


De magnifiques françaises

D’habitude on vous liste les françaises… Toutes les françaises. Sauf qu’une maison parisienne à Paris… Donc on se concentre sur quelques modèles. On commence avec du prestige d’avant-guerre et une Bugatti Type 57 Galibier, comme celle qu’on a essayé ici. Dans un bel état, bien préservée, elle est estimée entre 120.000 et 180.000 €.
Ensuite une magnifique Delahaye 135 Coupe des Alpes Cabriolet Mylord carrossé par Chapron de 1936. Une belle auto, magnifiquement restaurée par Lecoq et estimée entre 250.000 et 350.000 €.

On retourne chez Bugatti avec une superbe Type 57C Atalante. Le plus impressionnant n’est pas tant de trouver une 57 Atalante, mais en plus une auto Matching Numbers ! Le compresseur a été monté à l’usine après-guerre et cette auto est désormais estimée entre 3 et 3.5 millions d’euros.
Dernière auto qu’on a noté, une Hispano-Suiza J12 Gurney Nutting. Une auto restaurée en état concours et qui fut construite pour un Maharaja ! L’auto est estimée entre 600.000 et 900.000 €.

Plus sportives, on retrouvera dans ce catalogue une Gordini Type 16 de Formule 1. Une auto qui a couru 47 courses entre 1952 et 1957. l’auto gagnera aux mains de Jean Behra le GP de France 1952 hors championnat. Une légende estimée entre 900.000 et 1.4 millions d’euros.
Un peu plus vieille, une Simca Huit carrossée en Italie par Motto. Une élégante barquette qui participa aux 24h du Mans 1951 et a été restaurée entièrement. Elle est estimée entre 225.000 et 275.000 €.


Une affaire ?

Soyons honnête, le catalogue de cette vente Artcurial à Retromobile 2018 ne présente pas vraiment de “bonne affaire”. Aucune auto ne semble sous-évaluée et les prix sont hauts. Il faudra avoir de grandes poches ! En attendant, c’est une vente à suivre tant les prix risquent de s’envoler sur certains modèles.

On devrait voir des records !

Le reste du catalogue est visible ici.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 commentaires sur “Très gros catalogue pour les ventes Artcurial à Retromobile 2018”

  1. beau catalogue…
    904-104
    Sold to Eddy Meert Belgium. 1964 : 500 Km Spa Meert. 1964 : Tour de France Meert 6 OA.
    1967 : sold to Dutoit “7491 DW 59”.
    1970 : sold to Consten “241 BD 92” with 6 cylinders 2400 cc.
    1995 : STPO France.
    1997 : rumours say that the car was restored by Feustel who replaced the rusty chassis and body. Original chassis/body was sold with another number.

  2. Une DS break passait chez Chapron : le prix doublait
    Une DS Chapron passe aux enchères : le prix décuple…

    Rogntunudjuu ! Pour ces prix, on a ailleurs du V12 au lieu d’un tournebroche culbuté.

Laisser un commentaire