Osenat à Epoqu'Auto

De (très) belles autos au catalogue d’Osenat à Epoqu’Auto

Chaque année, c’est une des animations du salon lyonnais (dont on parle plus en détail ici). La vente Osenat à Epoqu’Auto se prépare et de superbes autos font déjà partie de ce catalogue.

On vous reparlera très vite de deux d’entre elles. En attendant on jette un œil à ce catalogue… qui n’est pas figé. Quelques autos devraient s’y ajouter, on vous en tiendra informé. Au total ce sont pas loin de 45 lots qui seront proposés.

Deux Talbot T15 pour se mettre en appétit

Deux Talbot T15 Baby dans le catalogue d’Osenat à Epoqu’Auto. Nulle doute qu’elles seront observées.

La plus chère, en fait une des autos les plus chères de la vente, c’est une version cabriolet sur un rare châssis court. Cette auto de 1938 est donc mue par le 6 cylindres de 2.7L qui transmet à une boîte classique. Un superbe véhicule, habitué des concours d’élégance et estimé entre 200 et 250.000 € !

L’autre auto est moins chère. Cette carrosserie coach était la sportive de la gamme. Egalement de 1938, et restaurée il y a une dizaine d’année, elle embarque elle une boîte Wilson. En parfait état, son estimation est comprise entre 60 et 85.000 €.


Beau contingent d’anglaises

Luxe et sportivité pour les anglaises du catalogue Osenat à Epoqu’Auto.

On commence avec la superbe Jaguar Xk150 coupé estimée entre 85.000 et 100.000 €. Pour avoir plus d’infos sur cette auto, c’est dans cet article qui lui est en partie dédié.

Ensuite deux Rolls. La plus ancienne est une Phantom II de 1930. Carrossée en roadster dans les années 60 aux USA, elle a été bien stockée durant les dix dernières années pendant lesquelles sont propriétaire n’a pas trop eu le loisir de la sortir. Elle est estimée entre 100 et 150.000 € !
L’autre Rolls est une Phantom V ayant appartenu à l’icône de la mode Mona Bismarck. Elle est estimée entre 60.000 et 80.000. Pour la petite histoire cette auto était utilisée avec un chauffeur mais les restrictions de circulation l’ont encouragé à la vendre.

Prix divers pour les italiennes d’Osenat à Epoqu’Auto

On commence par la plus grosse estimation de la vente Osenat à Epoqu’Auto. C’est une Ferrari Dino 246 GT de 1972, d’abord Suisse puis Française. Restaurée en plusieurs fois, elle l’a été complètement en 2011 et n’a parcouru que 2000 km depuis. Elle est estimée entre 200.000 et 250.000 €.
Autre Ferrari, une entrée de gamme. C’est la Mondial 3.2L. Une 2+2 de 1991 dont la cote commence à grimper mais qui encore estimée assez bas : entre 35.000 et 45.000 €.

Ensuite, une Giulia Spider de 1965. C’est la dernière évolution de l’auto, qui est encore affublée des lignes de la Giulietta et qui laissera sa place l’année suivante au Duetto. Ici le moteur est un 2 litres de 150ch. En bel état elle est estimée entre 65.000 et 75.000 €.

On termine avec une Lancia Fulvia Zagato. Ce beau modèle de 1972, équipé d’un 1.3 litres, a été entièrement restauré en 2016. Le prix reste contenu : entre 30 et 35.000 €.


Quelques lots qui sortent de l’ordinaire

La première est une auto assez méconnue et donc rare, en France, une Oldsmobile Tornado de 1967. Avec un gros moteur de 7 litres et 385 ch, c’est une grosse Muscle Car dans un bel état d’origine. Elle est estimée entre 20 et 30.000 €.
La seconde est une Panther J72 de 1972. Une auto équipée d’un 6 cylindre 4.2 litres Jaguar et qui ressemble beaucoup aux SS100 d’avant-guerre. Elle est également équipée d’un hard-top réalisé sur mesure. L’estimation est comprise entre 30 et 40.000 €.

On termine avec l’auto la plus originale du catalogue d’Osenat à Epoqu’Auto, une Oswald Soxle. Une auto cachant des entrailles Mercedes sous une carrosserie qui se veut un hommage aux carrossiers français des années 1930. Son estimation est comprise entre 60.000 et 80.000 €.

Les françaises pas en reste

Des ancêtres pour commencer

La première des ancêtres de la vente Osenat à Epoqu’Auto est un morceau d’histoire. C’est un authentique Taxi de La Marne, un Renault Type AG de 1912. En bon état l’estimation se situe entre 20.000 et 30.000 €.
De la même année on trouve une Charron BA 10HP Torpédo. Une auto qui fut fabriquée à Pantin et qui partit ensuite en Bretagne. Elle fit l’objet d’une restauration et d’une exposition au Musée du Mans. L’auto est présentée avec tout son historique et elle est estimée entre 25.000 et 35.000 €.

De la populaire à la berline de notable

Les françaises sont sont donc nombreuses. On trouve aussi quelques populaires. Après avoir présenté une Alfa Romeo Dauphine à sa vente du 21 Octobre, la maison de Fontainebleau présentera une Renault Dauphine. Seul l’intérieur est d’époque, tout le reste a été restauré. Elle est estimée entre 6.000 et 10.000 €.
Dans le même registre, une Citroën 2CV de 1963. Une auto qui ne compte que 23.400 km et qui n’a reçu qu’un voile de peinture. Elle est estimée entre 10 et 15.000 €.

Du côté des françaises plus haut de gamme, on trouvera une belle Peugeot 404 Cabriolet de 1965. Sa particularité, c’est son Kit Nardi qui renvoie le levier de vitesse au plancher. Elle est estimée entre 40 et 45.000 €.
Du côté de chez Citroën, une Traction 15/6 sera de la partie. Restaurée il y a quelques année, cette auto est estimée entre 35 et 40.000 €.


Et des sportives pour terminer

On termine l’examen du catalogue d’Osenat à Epoqu’Auto avec deux sportives françaises. La petite Renault 5 Alpine présentée est superbe. Cette auto de 1981 a été entièrement restaurée et sera mis en vente avec une estimation comprise entre 19.000 et 23.000 €.

Enfin une Alpine A110 Groupe 4 de 1970. Une auto de compétition client qui, aux mains de Jean Saurel rafla en 1970 les premières places nationales au Rallye de Lozère, au Mont Blanc et au célèbre Critérium des Cévennes ! Vendue à Retromobile 2016, elle le sera de nouveau à Epoqu’Auto avec une estimation comprise entre 110.000 et 150.000 € !

L’intégralité du catalogue est visible ici.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


1 commentaire sur “De (très) belles autos au catalogue d’Osenat à Epoqu’Auto”

Laisser un commentaire