Le Coup de Cœur de News d’Anciennes pour la Simca 1000 de François et Emmanuelle

Voilà. Comme annoncé ici, News d’Ancienne a remis, pour la première fois de son histoire en ce 23 septembre 2017, un trophée. Plus exactement, nous avons fait part de notre coup de cœur parmi les véhicules exposés au Classic Meca Show de Plessé.
Bien sûr il y avait des autos magnifiques, mais le but était de laisser parler la passion, de récompenser autant la voiture que ses propriétaires, tout en valorisant le « old timers way of life », cet état d’esprit si attachant qui anime les propriétaires d’anciennes.

François, Emmanuelle et leur Simca 1000 GL de 1967 ont été ce coup de cœur, et nous sommes heureux de vous le faire partager.

Imaginez… Pour participer à un événement sur un simple week-end, ils n’ont parcouru pas moins de 260 km depuis la Vendée à bord de leur 1000 ! Mais ce n’est pas le seul long trajet que parcours cette mamie, qui en plus, presque tous les jours, fait ses 25 km pour emmener François à son travail… Histoire de garder la forme.


Malgré son demi-siècle, la petite voiture populaire porte encore sa livrée d’origine… Enfin, presque, puisque les portières droites portent encore les stigmates d’une antique réparation, beurrage plus ou moins bien réalisé à la résine, suite à la bascule de la précédente propriétaire. Pourtant cette critique semble ne pas faire partie du vocabulaire des propriétaires aujourd’hui. Emmanuelle la trouve plutôt plaisante et amusante à conduire. Quant à Marc, mon complice News d’Anciennes, il évoque même ses exploits :

« La Simca 1000 avait en effet cette réputation de « jalousie », d’instabilité et fut souvent critiquée pour une tenue de route douteuse à cette époque où les radars ne faisaient pas partie du quotidien ! Et pourtant, généreux dans ma conduite, mes 1000 furent très sollicitées. En rentrant du travail où le compteur frisait des vitesses inavouables aujourd’hui, notamment avec la 1000 S, sur la nationale. Et pas un pépin pas une défaillance de tenue de route ! Un vrai plaisir. Je faisais souvent un tour de campagne en soirée, une vingtaine de kilomètres, sur les routes sinueuses du vignoble nantais. J’avoue également avoir pris énormément de plaisir à leurs volants. »

Clin d’œil à la vocation presque première de la voiture, une plaque d’auto-école est présente sur la plage arrière, mise suffisamment en évidence pour les besoins de l’exposition. Et oui ! Qui ne connaît pas quelqu’un qui a passé son permis sur cette voiture dans les années 60 ?

L’intérieur est à la hauteur de l’extérieur, et même mieux ! Quel délice de voir ces skaïs en bel état, et de sentir cette odeur où flotte encore en filigrane le parfum d’une époque où le tabac faisait partie de la vie quotidienne, si bien que l’on n’est pas surpris de trouver au fond du cendrier le filtre suranné d’une cigarette jadis fumée par la précédente propriétaire. Sur ce modèle, des déflecteurs, idéalement conçus pour une bonne ventilation de l’habitacle, équipent les vitres des portières avant.

Au chapitre technique, c’est un petit moteur de 944 cm3 de 41 chevaux qui emmène cette Simca 1000 GL. Lui encore est d’origine, entretenu comme il se doit, et portant fièrement ses 97755 km… A moins que ce ne soit 197755 km ? Pas évident de le savoir du premier coup d’œil, le compteur ne présentant que 5 chiffres, comme sur beaucoup de voitures de cette époque. La boîte 4 vitesses permet à la petite Simca de flirter avec les 130 km/h, bien aidée par un poids modéré de 730 kg, selon le constructeur.


Côté esthétique, malgré ses angles et son profil carré, la Simca était élégante et adorable. Il ne faut pas oublier que cette ligne inspirée sortie des planches du designer turinois Mario Revelli de Beaumont a reçu le Grand Prix de l’Art et de l’Industrie, lors de sa présentation au Salon de Paris en octobre 1961 !

C’est donc avec beaucoup d’émotion dans ce décor champêtre inondé de soleil, que nous avons remis le trophée original du « Coup de Cœur de News d’Anciennes ».

Mais avant de clôturer cet article, lors des échanges avec François et Emmanuelle, j’ai retenu l’histoire de Marc, que je ne peux m’empêcher de partager…

Le regard pétillant, plein d’amour et de passion, il nous a fait part de sa première fois… et des anecdotes d’un « ancien champion de sa rue » :

« La Simca 1000, toute ma jeunesse.

5000 francs en poche, au retour de mes 3 mois de saison sur la côte, me voilà dans l’embarras pour le choix d’un véhicule. La R8 était un peu plus chère, au p’tit garage du village, alors j’ai laissé tous mes deniers sur le bureau du garagiste, cash, pour cette sympathique Simca 1000 beige, et de rentrer, pas sur les chapeaux de roues, non, non…. puisque entre le garage et la maison, j’ai pris le temps de les faire sauter ! J’ai jamais pu supporter les chapeaux de roues…

C’était la première de mes deux Simca 1000, la seconde étant une 1000 Spéciale, achetées d’occasion. Des secondes générations, à partir de 68, donc, avec les gros phares à l’avant et les feux arrière carrés. »

Et rêveur d’ajouter : « Mes neveux ont encore le souvenir de quelques conduites à l’école, accrochés aux arceaux… Alors, oui. Je peux confirmer tout le plaisir que j’ai pu connaître à leurs volants. 200.000 kilomètres au total durant cinq années. »

Et chaque visiteur qui approchait avait ce type d’histoire en mémoire. Et pour ma part, depuis ce 23 septembre 2017, je me pose une question tant les échanges étaient passionnés et empreints d’émotion : le slogan que Simca collait à une époque au bas des lunettes arrières a-t-il été créé pour coller à la personnalité des clients, ou à l’inverse, a-t-il influencé les clients sympa à acquérir une Simca ? Je pense que je n’aurai jamais la réponse, mais le fait est : « Je suis sympa, je suis Simca » était une réalité lors de la remise de ce trophée !

Quelques mots encore, pour finir… Qui dit trophée original, nécessite, avant de clôturer cet article, de remercier pour leur aimable et gracieuse contribution à sa réalisation :

Les stickers slogans Simca sont disponibles ici.


Vous aimez ? Partagez !

Fabien
Un lion et un cheval cabré m'ont fait aimer les voitures de mon enfance... Un livre, «La maîtresse d'acier» de Pierre Coutras, et des légendes, Fangio-Moss-Hawthorn, m'ont conduit à me passionner pour des bolides plus ancien.
A mon tour de partager avec vous.

Laisser un commentaire