Les Mercedes en DTM, la montée en puissance avec les Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo

On continue notre rétrospective des Mercedes de DTM. Après les Mercedes-Benz 190 E 2.3 16, la firme à l’étoile va introduire la Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo. Une auto taillée pour la course.

Début d’année 1989 avec les anciennes autos.

En 1989, AMG n’est pas encore devenu une entité officielle du groupe Daimler-Benz. Néanmoins elle change de dimension, en arborant le numéro 1 sur une des Mercedes-Benz 190 E 2.3 16.
Elle frappe un grand coup en recrutant le champion en titre Klaus Ludwig qui sera épaulé par Kurt Thiim et Joachim Winkelhock. MS-Jet Racing avec Asch et Reuter et Snobeck avec les français Snobeck et Cudini sont les deux plus grosses “autres” équipes à l’étoile.

Ford roulera avec la Sierra RS500 Cosworth et BMW introduit la BMW M3 Evo.

A Zolder, les BMW s’offrent un quadruplé et un doublé. Aucune Mercedes ne fait mieux que 5e. Klaus Ludwig s’impose dès la troisième course, la première d’Hockenheim, devant l’armada de M3. Dans la seconde course les Mercedes sont repoussées au delà de la 6e place. Cecotto gagne, mais il est passé chez BMW !
Au Nürburgring, Ludwig prend la 3e place, mais c’est Manuel Reuter le mieux classé de la seconde course, il est 4e.

La Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo arrive

A Mayence les Mercedes reprennent des couleurs. Tout d’abord, Mercedes introduit sa nouvelle bombe. Déjà en 1988, la gamme publique de la Mercedes-Benz 190 E a accueilli la nouvelle Mercedes-Benz 190 E 2.5 16. Le moteur plus gros qui sort 195ch, mais surtout, il est pensé pour être préparé !

En 1989, c’est la Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo qui arrive. Au programme : un kit carrosserie agressif, des trains roulants affûtés, et des plus gros freins, permis par des roues de 16 pouces. 502 autos sont proposées au public.

Le week-end se solde par les victoires de Asch, sur la nouvelle auto, puis de Thiim qui a toujours une 2.3. A chaque fois devant trois BMW M3.


La saison continue :

Sur L’AVUS, Ludwig se classe troisième de la première course, devant Reuter, qui prend ensuite la troisième place de la seconde course, ils sont tous deux sur la nouvelle auto. Sur le Nürburgring, Reuter puis Thiim ne peuvent faire mieux que 4e et 5e. Thiim l’emporte dans la première course du Norisring mais aucune auto ne se classe avant la 9e place dans la seconde !
A Hockenheim, Thiim finit 2e derrière Cecotto, mais il ne fait pas mieux que 6e dans la seconde course.

A Diepholz, enfin, Ludwig réalise le week-end parfait en remportant les deux courses. Il réédite sa perf au Nürburgring, Thiim assure le doublé dans la première course et fait 4e de la seconde.
La saison se termine à Hockenheim avec des 5e places comme meilleur résultat.

Le mieux classé du clan Mercedes c’est Thiim, 4e du championnat. Asch est 10e et Ludwig 11e.

La Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo pour commencer l’année 1990

La machine de Mercedes est forcément revue à l’intersaison. Mais pas en profondeur. En effet, le salon de Genève, qui précède de quelques semaines le début de la saison, voit la présentation de la Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo II. Le kit carrosserie est encore plus agressif, le moteur est poussé à 235ch !

En attendant, la nouveauté vient de chez Audi qui engage une V8 Quattro !

C’est malgré tout la  Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo qui débute la saison à Zolder avec la victoire de Thiim dans les deux courses, Ludwig assure le doublé dans la seconde. Thiim gagne ensuite la première course d’Hockenheim et fait troisième de la seconde course.
Au Nürburgring,les BMW M3 Sport Evolution font la loi, Ludwig accroche une troisième et une quatrième place. A l’AVUS, pas de miracle, les deux 6e places de Thiim sont les meilleurs résultats.

Du côté de Mayence, Ludwig se classe second de la première course, devant une autre Mercedes, celle de Frank Biela qui refait 3e de la seconde course.
A Wunstorf, Van Ommen est second de la première course et troisième de la seconde. Au Nürburgring sur la Nordschleife , c’est Biela le mieux classé de la première course avec sa 4e place. Mais il remporte la seconde, devant la Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 Evo de Kreutzpointner.


Norisring : la Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 EvoII en piste

Après des mois d’attente, la nouvelle Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 EvoII arrive. Pour le moment uniquement pour les autos de l’équipe AMG de Ludwig et Thiim. Le champion 1988 accroche deux 4e places.
Thiim l’impose dès la course suivante à Diepholz avant de faire 6e de la seconde manche. Au Nürburgring, toutes les autos à l’étoile sont des Mercedes-Benz 190 E 2.5 16 EvoII. Thiim est encore le mieux classé avec une 4e et une 5e place.

Enfin, à Hockenheim tout le monde subit la loi des Audi V8 Quattro. Thiim fait 4e puis 6e.

Au Championnat il est de nouveau 3e, Ludwig est 5e, mais les Mercedes montent en puissance. La suite au prochain épisode.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire