Le paradis belge des Lancia : à la visite de l’atelier d’Epoca Ricambi

Avant de se rendre au Retromoteur de Ciney, article à voir ici, on a fait un tout petit détour par le bourg voisin de Achene. C’est là que Jean Pierre Vermer a installé l’atelier de Epoca Ricambi. Un superbe endroit pour les passionnés de Lancia.

Si la page d’accueil du site internet (à voir ici) affiche de nombreux logos de marques italiennes, c’est bien la marque Lancia qui fait la spécialité de cette officine belge. Fondée en 1983, l’établissement ne cesse de grandir. Dès notre entrée dans les lieux, c’est un grand wahou. Une Lancia Lamda nous accueille sur place. Dans l’atelier on remarque tout de suite les nombreuses Flaminia, en attente de restauration ou alors en pleine révision.

Direction les ateliers de restauration. On commence par la carrosserie. Une belle Aurelia attend son heure, à côté, sous une bâche, on devine une Flaminia Cabriolet recouverte d’un hard-top. Pour changer de Lancia, une Maserati Quattroporte, première du nom, est à moitié traitée.

L’atelier d’à côté est celui du tôlier-formeur. Un jeune « qui sent la forme et fait un super boulot » nous dit son patron. Plus loin, on arrive à l’atelier mécanique d’Epoca Ricambi. Les éléments sont démontés sur les tables, et quelques pièces sont en attente de remontage quand des moteurs complets attendent leur tour.

Dans l’atelier les Lancia sont donc nombreuses. Des Flaminia surtout, mais aussi une petite Appia et une Aurelia Spider, en cours de remontage. Elles côtoient d’autres prestigieuses italiennes, une authentique (forcément) Fiat 124 Abarth, et une Maserati Merak. Mais on trouve aussi dans l’atelier d’Epoca Ricambi une anglaise, une Jaguar MkII, à la sensualité latine, c’est vrai !
Le lieu est bien équipé, bien rangé. Un bon endroit pour restaurer son auto.


Ensuite, Jean Pierre Vermer nous emmène découvrir la partie cachée d’Epoca Ricambi. Tout d’abord le magasin de pièce. Des mètres et des mètres de rayonnages, rempli de pièces mécaniques. On y trouve des pièces démontées de certaines autos et des refabrications de qualité, soigneusement stockées.

Mais surtout, on découvre la réserve d’automobiles. Deux Aurelia nous accueillent. Un roadster et un spider ! Le reste est un paradis pour les yeux. Les Flaminia et Aurelia sont en nombre. Certaines sont restaurées et laissées ici par leurs propriétaires, d’autres attendent leur tour.
On trouve quelques Alfa, GTV6 et 2600 par exemple, mais aussi une Fiat 2300.

Mais la pièce maîtresse de cette réserve, c’est la De Tomaso Guara. La dernière De Tomaso produite, avec un V8 BMW ou un Ford selon les années. Une rareté car seuls 50 sont sorties des lignes. Pour en savoir plus, on vous invite à lire l’article de Boitier Rouge ici.

Avant de repartir, devant le bâtiment on ouvre les portes de la remorque pour découvrir une rareté, une Lancia Appia Pick-Up qu’Epoca Ricambi va livrer à Bruxelles.
Une superbe découverte en tout cas. Si vous avez une italienne à restaurer, vous savez où aller !

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire