Résultats de la vente Perinet-Marquet par Osenat

C’était une vente plutôt attendue qui s’est déroulée ce samedi à Fontainebleau. Initialement prévue pendant Retromobile, la vente de la collection Perinet-Marquet regroupait de nombreuses DS et les acheteurs avaient répondu présent.

Bertrand et moi étions à l’exposition à Moret sur Loing pour voir les autos. Effectivement les amateurs de Citroën DS pouvaient trouver tous les modèles qu’ils pouvaient rechercher. En plus, dans tous les états, de la voiture à restaurer à l’auto en état concours !

Les DS de la collection Perinet-Marquet se vendent plutôt bien

Avant de parler des DS, il y avait quelques ID.

On commençait avec une bleu de 1969 estimée entre 8 et 10.000 € qui ne se vend pas. Pour l’année 1967, elles étaient deux, la verte sombre, estimée entre 8 et 12.000 € mais qui ne se vend pas non plus. La verte pâle avec toit ouvrant, estimée entre 12 et 18.000 € se vend elle à 14.040 €. Pour l’année 1968 on trouvait une belle ID19 grise estimée entre 8 et 12.000 € qui est adjugée 9600 €.
Changement de carrosserie avec des breaks. Le 20 F familial à 8 places estimé entre 6 et 8.000 € atteint 7800 € mais la 20 F de 1973 estimée entre 15 et 20.000 € ne se vend pas !

On enchaîne avec les DS 19. On commençait par une Pallas Noire de 1965 estimée entre 6 et 8000 € qui part à 9600 € tout de même, et une autre Pallas, jaune pâle de 1966 estimée entre 16 et 20.000 € et qui finit à 19.200 €.
Les DS 20 étaient plus nombreuses. La Pallas de 1969, blanche, estimée entre 8 et 12.000 € part pour son estimation forte, la verte de 1971 estimée entre 10 et 15.000 € ne se vend pas, tout comme la Pallas dorée de 1972 estimée entre 12 et 15.000 €.

Si vous préfériez les DS 21, la vente Osenat de la collection Perinet-Marquet pensait aussi à vous ! La une rouge-orange de 1971 estimée entre 15 et 20.000 € et atteint 18.000 € sous le marteau. La dorée qui faisait la couverture du catalogue, estimée entre 18 et 20.000 € monte jusque 21.600 €. La blanche de 1971 estimée entre 11 et 15.000 € ne se vend pas mais la 21 IE Pallas de 1971, à remettre en route et estimée entre 5 et 7.000 € atteint 8400 €.

Les deux clous de la vente étaient des DS21 également, mais des cabriolets. Le premier, le blanc était un cabriolet usine de 1971, estimé entre 110.000 et 150.000 € et vendu 100.000 €. Le second, une réplique basé sur une DS21 LHM de 1967 était estimé entre 70.000 et 90.000 € mais ne se vend pas.

On termine les DS avec les 23.
La première, une IE Pallas grise clair, est estimée entre 16 et 20.000 €, part pour 16.800 €. La seconde 23, une grise aussi mais plus foncée, de 1973 et estimée entre 17 et 23.000 €. Peut-être trop, car elle ne se vend pas !
La Pallas noire de 1974, vendue sans papiers, était tout de même estimée entre 10 et 15.000 € et est finalement adjugée 12.600 €. La IE Pallas, de 1972, blanche cassée était estimée entre 12 et 18.000 € mais ne se vend pas.
La bleue de 1973 était estimée entre 14 et 18.000€ et se vend, mais en dessous de son estimation à 13.800 €.  La IE Pallas de 1974 à restaurer, était estimée entre 6 et 8.000 € et part pour 8400 €.
La noire de 1973, à carbu, estimée entre 5 et 7.000€, à redémarrer ne trouve pas preneur.

Enfin, le break de 1973 était estimé eentre 15 et 20.000 €et se vend 14.400 €. Clap de fin pour les DS.

Il n’y a pas que des DS dans la collection Perinet-Marquet

Il y avait des Citroën, issues également de la vente Perinet-Marquet, qui n’étaient pas des DS et qui étaient proposées à la vente Osenat.

On commençait avec une CX 2400 GTI de 1980 estimée entre 3 et 5.000 € “seulement” et partie pour 4200 €. Suivait une belle SM estimée entre 15 et 20.000 € qui éclate son estimation en se vendant 27.600 €. Il est vrai qu’à Moret elle avait des admirateurs !
Plus spéciale Traction 7C bleue métallisée, à la peinture délavée et à refaire (heureusement) de 1935 estimée entre 12.000 et 15.000 € et vendue 13.200 €. Il y avait aussi une magnifique une 15/6 Oleo de 55 estimée entre 30 et 50.000 €, mais qui se “contente” de 33.000 € ! Plus gros prix de la vente !

Le reste du catalogue était plus varié. On y trouvait une Peugeot 304 Cabriolet en bel état, estimée entre 10 et 12.000 €.

Pour l’originalité et le bon goût, une Frégate et Mercedes 280 SL roses (!). la première, dans un sale état part pour 540 €, la seconde pour 11.040 €, au dessus de l’estimation, c’est dire !
La Peugeot 104 Z part à 2760 €, la Porsche 944 Turbo, en bel état pour 20.400 €. Les deux Opel Omega limousine partent pour 1200 et 1800 €.

Pour le reste des résultats, notamment des motos dont on ne vous a pas parlé, c’est en cliquant ici, pour la galerie complète (avec les collections dont on parlera demain), c’est par ici.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


7 commentaires sur “Résultats de la vente Perinet-Marquet par Osenat”

  1. Bonjour, j’étais présent à cette vente et je n’ai pas du tout les mêmes informations que vous présentées dans cet article ! toutes des DS/ID ont été vendues contrairement à ce que vous dites et les prix que vous annoncez ne sont pas ceux auxquels les véhicules ont été vendus (la réplique cabriolet a bien été vendue à 68000 €, la 21 IE dont le moteur était HS a été adjugée 7000 € (et non pas 8400), L’ID de 69 a été adjugée 5500 € alors que vous dites qu’elle n’a pas été vendue… Bref, je ne sais pas d’où sortent vos informations !…. j’ai arrêté de lire avant la fin !

  2. Serait-ce le début de la fin de la spéculation déraisonnables sur les anciennes? Si oui, c’est une bonne nouvelle pour les potentiels futurs collectionneurs aux revenus “normaux” dont je fait partie! 🙂

  3. A l’époque je n’aimais pas les DS/ID étant malade dedans… Mais je respecte ceux qui les restaurent et les admirent aujourd’hui. Ce n’est toujours pas mon cas…

Laisser un commentaire