Vallelunga Classic : les résultats

Ce Week-End, alors qu’en France les activité des anciennes sur circuit étaient à chercher du côté de Montlhéry aux Coupes de Printemps, en Italie, à Vallelunga, démarrait les championnats de véhicules historiques chapeautés par Peter Auto.

L’an dernier, la manche italienne s’était déroulée au Mugello, cette année, c’est à Vallelunga, près de Rome que se déroulait la première manche de ce championnat. Quatre plateaux étaient représentés, deux pour le Classic Endurance, un pour l’Héritage Touring Cup, un pour le Trofeo Nastro Rosso et un dernier pour le Sixties Endurance.

Classic Endurance 1 : O’Connell domine

Martin O’Connell n’a laissé que des miettes aux autres concurrents de cette première manche du championnat Classic Endurance. Au volant de sa Chevron B19 FVC et secondé par Andrew Kirkaldy il s’est adjugé la pole position, (1:39.174), le meilleur tour en course (1:42.163) avant de signer la victoire.
Derrière lui on trouve Serge Kriknoff sur Lola T 212 FVC parti deuxième sur la grille (1:42.187) qui finit à 22.840 secondes.
En troisième position, on retrouve Pierre Alain France sur une Lola T70 MK III B. Qualifié 3e en 1:42.820 il finit à 55.319 secondes de O’Connell.

Tous les autres concurrents sont à plus d’un tour. On notera Jurgen Bärth, 5e sur Porsche 917, juste devant le tandem Richard Mille et Carlos Tavares sur Lola T70 MK III B.
La première GT de cette série est celle de Michel Lecourt et Raymond Narac, 9e, au volant d’une Porsche 911 RSR 3L.

Classic Endurance 2 : Guénat domine lui aussi

En catégorie Classic Endurance 2, là aussi un pilote est sorti du lot. Dominique Guénat, sur Lola T286-HU10 DFV, signe d’abord la pole en 1:36.496, puis le meilleur tour en course, 1:37.307 avant d’empocher la victoire.
Il devance Patrice Lafargue, sur Lola T298 BMW, qualifié 2e en 1:36.908 qui finit la course à 32.138 secondes.
Troisième, Philippe Scemama, lui encore sur Lola, une T290 DFV, qualifié 3e en 1:38.050 qui finit à 1:03.333 de Guénat.

Le reste du plateau est mince, 12 voitures à l’arrivée, 9 abandons et 2 non-partants ! En GT, c’est Christian Traber et Patrick Simon qui l’emportent en étant 10é de la course sur leur BMW M1 Procar.

Sixties Endurance : domination des Shelby Cobra 289

On pourrait croire à un challenge monomarque en lisant les résultats de la course de 120 minutes.
Tim Summers avait signé la pole en 1:54.879 et l’emporte avec son coéquipier Nigel Greensall qui signe le meilleur tour en course avec 1:55.862.
Ils devancent à l’arrivée Dominique Guénat et Yvan Mahé, partis 4e, de 34.383 secondes.
Troisièmes de la course, Andrew Berverley, parti pourtant de la 7e position.

Les Shelby ont dominé cette course, les Porsche 904/6 GTS et 904 GTS de Carlo / Yves Vögele et Jean Bussolini sont les premières « autres » aux 6e et 7e position à 1:42.820 et 2:40.104.
Le reste du classement reste occupé par d’autres Shelby Cobra, des Jaguar Type E et des Porsche 911 et 904.
Notons que Martin O’Connell et Andrew Kirkaldy, sur Jaguar Type E, n’ont pas couvert le 1er tour, avec pourtant une 2e place sur la grille.

Il faut noter qu’un second classement, à l’indice de performance est proposé pour cette catégorie. On retrouve en vainqueur Vincent Tourneur sur une rare Porsche 356 Speedster pré-A 1500 S.
Il devance une seconde Porsche 356, une B pilotée par Nicolas Doquin et Guyot Sionnest et une Alfa Romeo 1600 GTA pilotée par Lukas Hüni et Conrad M Ulrich.

Heritage Touring Cup : peu de monde à l’arrivée

Cette catégorie a été particulièrement touchée par les abandons. On compte en effet 8 voitures à l’arrivée, 9 abandons et deux non-partants.
La victoire revient à l’équipage Christophe Van Riet / Raphaël De Borman sur une Ford Escort 1600 RS. Ils étaient partis 4e, qualifiés en 1:55.828.
En seconde place, on trouve une Volvo 240 Turbo, pilotée par Andrew Berverley, qui partait 5e sur la grille, qualifié en 1:56.729 et qui termine à 54.880 secondes des vainqueurs.
Complètent le podium Philipp et Siefried Brunn sur BMW 635 CSI, qualifiés en 6e position avec un temps de 1:56.781 et terminant à à 56.065 secondes des vainqueurs.

Il faut noter que le poleman Tim Summers qui fait équipe avec Nigel Greensall sur une Rover Vitesse a abandonné au bout de 14 tours, et que David Ferrer, auteur du meilleur tour en course sur la Ford Capri RS 1300 Cologne qu’il partage avec MR John of B a abandonné à 12 tours de l’arrivée.

Trofeo Nastro Rosso : Vincent Gaye toujours devant

Ce dernier trophée se joue en une qualification et deux courses de 45 minutes. Le départ de la seconde est donné dans l’ordre d’arrivée de la première.

Vincent Gaye sur sa Ferrari 275 GTB/C a dominé la séance de qualification en 1:58.492 (2.256 secondes plus rapide que le second) et a également dominé la course 1, s’offrant au passage le meilleur tour en course en 1:59.843.
Deuxième de la course 1, on retrouve Raphaël Favarro et Jean Brandenbourg sur Bizzarrini 5300 GT, partis second et finissant à 52.009 seconde du vainqueur.
Troisème, Clive Joy et Michel Lecourt sur Ferrari 250 GT Berlinetta, partis pourtant 9e, et finissant à 1:43.819.

Ils étaient donc les trois premiers sur la grille de départ de la seconde course.
Vincent Gaye continu sur sa lancé en remportant cette nouvelle course, et en signant une nouvelle fois le meilleur tour en course en 1:59.950.
Raphaël Favarro et Jean Brandenbourg réédite leur podium, cette fois à 1:33.950 de la Ferrari.
Ben Gill sur une autre Ferrari 250 GT Berlinetta empoche la 3e place en partant 5e.

Clive Joy et Michel Lecourt doivent se contenter de la 7e place dans cette course. Evidemment, les abandons dans la première course n’étaient pas au départ de la seconde.

Prochaine manche du championnat à Spa Classic du 22 au 24 Mai.
En attendant, toutes les photos sont sur le site de Peter Auto en cliquant ici.

Photos : Peter Auto

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “Vallelunga Classic : les résultats”

  1. Ping : Vallelunga Classic : les résultats - Mascotte Assurances vous propose sa revue de presse retro !

Laisser un commentaire