Modèles à la Une : la Ligier JS3

Modèles à la Une : la Ligier JS3
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Une jolie première pour le Rétro Rencard de Montauban

Dimanche était lancé le Rétro Rencard de Montauban un nouveau rassemblement de voitures anciennes. Cet événement lancé par l'association Ca Monte En...

La Ligier JS3 est la troisième du nom dans la saga des Ligier d’endurance. La voiture va avoir une carrière courte, mais pas inintéressante.

La première voiture produite par Guy Ligier, la Ligier JS1 a fait ses armes sur la saison 1970, à la fin de la saison la Ligier JS2 est présentée avec un V6 Ford. Son histoire va être cependant retardée à la suite du refus de Ford de fournir le moteur.
Ligier ne va pas en rester là, voulant continuer la course, et avec le soutien de BP, Ligier se lance dans la production d’une barquette pour la catégorie 3L.

Conception rapide et ambitieuse

La barquette est dessinée à la fin de l’année 1970 par Michel Tetu. Elle va reposer sur le principe “Ligier” : un châssis constitué d’un sandwich d’aluminium sur lequel la carrosserie de barquette.
Côté moteur, Ligier fait confiance à un moteur Ford Cosworth DFV de 2993 cm³ qui développe 460 ch. Il est couplé avec une boîte à 5 vitesses.

Les freins sont à disques, les roues indépendantes. La barquette comporte des portes, obligatoires. Néanmoins la chasse aux kilos a opéré. La porte ne pèse qu’un seul kilo, et le tout est à l’image de cette philosophie : la voiture complète ne pèse que 620 kg !

L’aérodynamique a été travaillé pour Le Mans avec une queue longue, suite à de nombreux passages en soufflerie. Une queue courte est envisagée (c’est celle qui équipe désormais la voiture).

Première apparition de la Ligier JS3 au Mans

La voiture est présentée à la presse le 15 Mars 1971, et fait ses débuts sur la piste aux essais préliminaires des 24h du Mans les 17 et 18 Avril. Avec un meilleur temps de 3:36.4 elle dépasse toutes les attentes en se classant à la 7e place et premières de la catégorie des prototypes 3L.
A l’issu de cette première sortie, une course de 3h est organisée sur le circuit. Ligier s’y engage et termine second à un tour de la Porsche 908 de Ballot-Léna.

La sortie suivante de la voiture est aux Coupes de Printemps le 25 Avril sur le circuit de Montlhéry. A l’issu des 15 tours, c’est cette fois Ligier qui devance Ballot-Léna.
Encore une semaine plus tard, la Ligier JS3 est engagée au Criterium du Nivernais. Là Ligier teste une queue courte mais ne termine pas la course.
L’engagement au Grand Prix de Paris à Montlhéry se solde par un nouvel abandon.

C’est enfin l’arrivée aux 24h du Mans. La Ligier JS3 est engagée avec le n°24 et pilotée par Depailler et Ligier. La carrosserie reçoit des phares pour la première fois. Les essais ne sont pas aussi concluants qu’en avril, la voiture ne se classe que 17e à l’issue des qualifications, dans un temps de 3:39.800.
La course commence bien, la barquette suit un bon rythme, et elle est 5e lorsqu’un roulement de boîte lâche. Ne voulant se résoudre à l’abandon, Ligier demande des réparations. C’est l’écurie de John Wyer qui engage des Porsche 917 avec les couleurs Gulf qui offre le secours. Mais la boîte n’est pas adaptée et il faudra 4h de réparations pour reprendre la piste. La voiture passera quand même la ligne d’arrivée, avec 270 tours couverts, 127 de moins que les vainqueurs.
Par conséquent la voiture n’est pas classée, petit regret : c’est la seule de sa classe à avoir passé la ligne.

La Ligier JS2 ayant trouvé un moteur via Citroën et Maserati, c’est elle qui va reprendre le flambeau de la marque. La Ligier JS3 est envoyée au musée du Mas du Clos et elle y restera jusqu’à un passage en Angleterre. De retour en France, on peut la voir en course, comme récemment au Grand Prix de l’Age d’Or.

Modèles à la Une : la Ligier JS3

Sur le même thème

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Certificat d’Immatriculation de Collection (ancienne Carte Grise Collection) : quelques rappels

En France on adore les lois. Et on en a tellement, qui sont amendées tellement souvent qu'on peut s'y perdre facilement. Du...

Une jolie première pour le Rétro Rencard de Montauban

Dimanche était lancé le Rétro Rencard de Montauban un nouveau rassemblement de voitures anciennes. Cet événement lancé par l'association Ca Monte En...

Italian Meeting 2020, Grazie mille !

L’autodrome de Montlhéry accueillait l’Italian Meeting 2020 ce samedi. Malgré un temps gris, la journée consacrée aux Italiennes a été un franc...

Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final

Après une saison bien remplie par l'Historic Tour, Les rouges et noirs de chez HVM ont terminé l'année au circuit Bugatti avec...