Peugeot 204

La Peugeot 204, quand le lion se refait une jeunesse

Avril 1965. Une date très importante pour le lion. Après cette date le constructeur de Sochaux ne sera plus le même. L’apparition de la Peugeot 204 va changer beaucoup de choses pour la marque, que ce soit au niveau de la technique ou du volume de la production.


Préparation de la D12 et lancement orchestré de la Peugeot 204

Au début des années 60 tout le monde sait que Peugeot se prépare à descendre en gamme. Depuis la fin de la guerre, les 203, 403 et 404 se sont succédées. Mais à chaque fois elles ont plus ou moins remplacé la précédente tout en restant très conservatrice dans leur approche de l’automobile. Ce sont des 7, 8 et 9cv, à moteur 4 cylindres avant et propulsion. Des autos qui cantonnent Peugeot à une image de voiture pour les bourgeois de province, loin de l’image avant-gardiste de Citroën par exemple. Et puis ces autos ne sont pas vraiment dans le bon créneau. Près des 2/3 des autos vendues en France sont inférieures à 6cv. Les chiffres le prouvent : le lion n’est que le 4e constructeur français !

Dès 1963 la presse publie les premiers dessins de l’auto qui est alors le projet D12. En décembre 1964 ce sont même les premières photos qui paraissent !

La Peugeot 204, quand le lion se refait une jeunesse

Début avril les affiche et publicités concernant la 204 arrivent en concession. La presse peut la prendre en main en respectant un embargo sur la publication du papier. Les autos arrivent le 22 Avril et son rodées dans la nuit. Le Vendredi 23 Avril 1965 on présente la Peugeot 204 à Paris au Palais des Sports et le week-end les premiers essais ont lieu en région.

La Peugeot 204 : avalanche de nouveautés pour le lion

Avec cette nouvelle auto Peugeot n’innove pas, d’autres ont déjà adopté ces solutions techniques. Mais c’est la première fois qu’elles sont mises en oeuvre sur les autos de marque.

Déjà c’est la première automobile à traction (les utilitaires D3 et D4 “récupérés” chez Chenard et Walker restent les premières traction Peugeot). En plus on adopte l’architecture qui va devenir reine dans le monde de l’automobile avec un moteur placé transversalement à l’avant, déjà vu sur les Mini ou les Autobianchi Primula.
Ce moteur est d’ailleurs tout nouveau. En alliage léger, cubant 1130 cm³ permet de sortir 53 ch et propulser l’auto à 138 km/h ! Il classe l’auto parmi les 6cv.
Enfin, dernière innovation, c’est la première Peugeot à être proposée avec des freins à disques à l’avant.

Le style peut paraître classique, mais chez Peugeot, après les 403 et 404, il est réellement novateur.

Le lion est donc prêt à conquérir de nouveaux marchés. La clientèle (trop ?) traditionnelle de Peugeot n’est pas forcément celle qui est visée. En tout cas, la recette va marcher !

Les évolutions de la Peugeot 204

À l’automne, au salon de Paris, est dévoilée la Peugeot 204 break qui complète la berline. Avec une bonne taille il est mieux placé que ses concurrents en terme de performances, de volume et de consommation.

En Mars 1966 la berline originelle (Grand Luxe) est complétée par une version Luxe qui perd l’assistance au freinage et le ventilateur débrayable.

La gamme connaît de grandes nouveautés en Septembre 1966. Les coupés et cabriolets arrivent, avec un empattement réduit de 29 cm. Ils bénéficient aussi d’une suspension abaissée et d’un troisième compteur sur le tableau de bord. Si le moteur reste le même, elles sont plus rapide, sans être réellement sportives.
Le break sera désormais secondé par une version fourgonnette qui supprime les portes, les vitres arrière et la banquette pour offrir encore plus de volume de chargement.
Au passage toute la gamme reçoit un nouvel arrière. Exit les feux en amande, les nouveaux feux inaugurés par les coupés et cabriolets sont adoptés par tous les modèles.

Au salon suivant, en 1967, c’est au tour de la Peugeot 204 Break Diesel d’être présentée. À l’époque c’est assez rare, Mercedes et le lion sont en pointe dans le domaine, mais Peugeot propose là le plus petit diesel de série au monde ! 1255 cm³ et 40ch DIN pour la technique, mais c’est surtout en limitant le préchauffage et en atténuant le bruit et les vibrations que le moteur de la 204 se distingue.

En 1968 les évolutions sont plus timides. Les Coupés et Cabriolet reçoivent de plus gros pneus, déjà vus sur les breaks. Un bandeau caoutchouc apparaît sur tous les pare-chocs, un nouveau volant est présent dans l’habitacle et des barres anti-rouli sont installées.

La 204 reine des ventes

En 1969 la Peugeot 204 sera la voiture la plus vendue en France. En fait elle le sera trois années de suite ! Peugeot a gagné son pari en prenant la place de deuxième constructeur de France. Merci la 6cv !
La voiture continue son évolution. Au salon on dévoile un moteur passant à 55ch grâce à un nouveau carbu et une nouvelle culasse. Cette année là arrive la grande sœur, la 304, avec la même base technique et une caisse agrandie mais très similaire.

En avril 1970 les 204 coupé et cabriolet sont arrêtés pour laisser la place aux mêmes autos, avec des feux différents, les 304 coupé et cabriolet. Au salon on dévoile un alternateur qui remplace la dynamo. Les intérieurs de porte sont repris des 304 et modernisent l’intérieur.

Les autos du millésime 1972 (dévoilées en septembre 1971) le lion héraldique laisse sa place à un lion doré tandis qu’on propose (seulement maintenant) un rétroviseur extérieur !
Pour 1973 les feux arrières sont plus longs. En avril de cette année là le moteur diesel passe à 1357 cm³ et 45ch.

Au salon 1974, pour le millésime 1975 donc, les berlines reçoivent enfin le moteur diesel. Mais la fin de la Peugeot 204 est déjà sur les rails.
Le dernier millésime proposera des ceintures avec enrouleur, un moteur essence de 1127 cm³ et 59ch tandis que la lunette arrière chauffante sera de série !

La production s’arrête en Juin 1976 pour les fourgonnettes avec 37.994 autos produites, les breaks et berline s’arrêteront en Juillet avec respectivement 485.336 et 1.020.029 autos produites ! À noter que 155.886 autos seront sorties avec des moteurs diesels !

La 204 de nos jours

Cette petite auto est toujours bien visible en collection. C’est un bon compromis avec une auto de taille réduite et des motorisations qui la rendent facile à l’usage… Comme à l’époque en fait !

Les prix vont de 3000 € pour les berlines à plus de 10.000 € pour les cabriolets. Les pièces se retrouvent plutôt bien, bien aidées par le travail des clubs !

Alors n’hésitez pas, craquez !

Source : François Allain pour le Club 204 & 304

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “La Peugeot 204, quand le lion se refait une jeunesse”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.