Une manifestation insolite, le Bisbi National Rally 2018

Fin août, toutes les années paires, se déroule l’événement incontournable pour les collectionneurs de microcars : le Bisbi National Rally 2018, rassemblement de Bubblecars et Scooters en Bourgogne.

Salon Automédon 2018

Le commencement

Cela a commencé par un week-end d’Août 2008, le long d’une route solitaire de campagne alors qu’il cherchait un raccourci que jamais il ne trouva.
Cela a commencé dans la commune de Le Breuil en Bourgogne, dans le parc du château des scouts.
Cela a commencé par la vision de voitures étranges. Jean Do sait que les passionnés sont là, il lui reste à convaincre un monde incrédule que l’aventure BiSBi a réellement commencé…

Effectivement Jean Do n’est pas seul à y croire. C’est ainsi que plus d’une cinquantaine d’atypiques microcars ont fait leur apparition dans le département de Saône et Loire entre les 24 et 26 août  pour participer au Bisbi National Rally 2018.

Des petites cylindrées et des formes improbables

Déambuler entre les Bubblecars garées sur la pelouse du château est tout simplement hallucinant.
Le rallye est réservé aux voiturettes dont la cylindrée n’excède pas 450 cm³ et aux scooters rares construits avant 1970. Stationnés face au château, un Scooter David modèle unique de 1953, deux Heinkel, Vespa et un Puch RL Luxe étaient aussi de la partie.

Tous ces objets terrestres sont identifiés, comme les Rovin mises à l’honneur de cette 6ème édition.
La marque Française qui a commercialisé des modèles de 1947 à 1959 était représentée par une superbe D2 de 1948 motorisée par un bi-cylindre de 423 cm³ et une D4 motorisée par un 462 cm³.

J’admire l’ingéniosité des constructeurs qui devaient produire après-guerre des véhicules peu chers, simples, légers et facile à fabriquer. Utiliser des solutions de tricycle ou quadricycle motorisés par des mono ou bi-cylindre de petite cylindrée était pour eux une évidence.
Les biscooters Voisin sont la preuve de cette simplicité et ingéniosité, une carrosserie réduite à sa plus simple expression avec une capote souple et un pare-brise reposant sur un châssis aluminium, le tout motorisé par un deux temps de 125 cm³.  Plus d’infos sur les biscooters ici.

Les Messerschmitt, des tricycles biplaces en tandem, sont bien représentées par les modèles KR175 et KR200. Parmi elles se distingue un rare exemplaire de 1959 du Tiger 500 sport, équipé de 4 roues, un moteur de 494 cm³ et une vitesse de pointe de 130km/h. Le graal de la marque allemande Messerschmitt.

Pour concurrencer les Messerschmitt, un constructeur Français s’était lancé dans la fabrication d’un modèle avec un look similaire. 300 exemplaires de l’auto-scooter Inter sont sortis de chez SNCAN, un cockpit style avion, 3 roues, un moteur 2 temps Ydral à gyrostarter de 175 cm3. Les phares, clignotants, cylindres de roue… ont été empruntés à la 4cv Renault. C’est bien un Intermédiaire entre le scooter et l’automobile 100% Français qui a été produit entre 1953 et 1956. Un peu d’infos sur l’autoscooter INTER par là.

Venues en nombre, les Isetta. Cette année uniquement des BMW dont la majorité est équipée de roues jumelées à l’arrière, évitant ainsi l’utilisation d’un différentiel. Malheureusement la seule Isetta 3 roues présente n’a pas pu participer aux balades à cause d’une direction défaillante. Conçue par la firme italienne ISO Rivolta en 1952, elle n’a pas eu le succès attendu et la licence de fabrication a été cédée en 1955 à plusieurs constructeurs comme BMW en Allemagne et Grande Bretagne, Velam en France, et ISO Romi au Brésil.

Contrairement à l’ouverture frontale des Isetta avec le basculement de la direction qui suit la porte, la Heinkel a une direction fixe, il faut s’assoir côté passager et glisser devant le volant.
Avec leur petit moteur de 175cm³ les deux Heinkel n‘ont pas démérité lors des balades, juste derrière les Isetta et Vespa mieux motorisées.

Je remercie Thibault qui m’a offert le plaisir d’en piloter une pendant ces 3 jours. Et oui, une Heinkel ça ne se conduit pas, ça se pilote ! Il faut maîtriser l’amortissement souple pour le confort et l’optimisation des trajectoires pour ne pas se laisser distancer. La Heinkel tient la route, toute la route et atteint des vitesses “étonnantes” de plus de 60 km/h, mais en ressenti c’est au moins du 200 km/h. Pour conduire ce type d’auto, il faut avoir le « pied intelligent », anticipation des freinages, des montées, des courbes etc. Les sensations sont décuplées dans ces microcars mais grâce à l’airbag je me suis senti en toute sécurité durant les 300 km parcourus dans la Heinkel.

Les Solyto, petits triporteurs au look de goélette ainsi que de rares spider comme la Berkeley T60 rencontrés au milieu des autres microcars exhibent également leurs formes originales.
Je me suis attardé sur les uniques représentantes des marques Fuldamobil et PTV présentes au rassemblement, comme cette S7 de 1959 et le cabriolet bicolore PTV 250 qui m’ont fait découvrir l’étendue des carrosseries des bubblecars des années 50.

Les nombreuses Vespa 400 qui s’étaient déplacées pour la manifestation m’ont permis de comparer les différences entre les modèles : parechoc enveloppant, apparition des clignotants d’ailes en fonction des années et surtout quelques rares accessoires d’époque. Les Vespa 400 et les Goggomobil construites fin des années 50 avec un moteur de 400 cm³ marquent la transition avant l’essor du marché des petites autos populaires.

Le rallye découverte

Le Bisbi National Rally 2018 n’est pas un simple rassemblement, le programme est surtout préparé pour se faire plaisir sur la route. Chaque jour, avec des boucles d’environ 100 km le Rallye a conduit les participants à la découverte des paysages et de la gastronomie de la Bourgogne sud.
Le circuit était  balisé afin que chaque équipage avance à son rythme sans craindre de se perdre. En effet certaines montées ont mis à l’épreuve les autos qui ralentissaient progressivement jusqu’à finir à 15 km/h pour les moins puissantes. Arrêtée dans une côte assez rude la Heinkel n’a pas pu redémarrer, j’ai dû la laisser reculer afin de reprendre de l’élan. Une Messerschmitt a d’ailleurs cramé son embrayage dans cette même montée.

Tout était organisé de main de maître, une fois arrivé sur place il ne restait qu’à se laisser guider pour les balades, les visites, les pauses café, les repas… tout était prévu jusqu’à l’assistance et le dépannage sur le parcours. L’association organisatrice fêtait ses 10 ans d’existence, la réussite de ce week-end est due en grande partie à son équipe de bénévoles appelés ‘’p’tits big bras’’ qui se sont activés durant les 3 jours.

Les dates de la 7ème édition du Bisbi National Rally sont déjà fixées, du 28 au 30 août 2020. Le rendez-vous est donc pris pour la prochaine apparition de Bubblecars en Bourgogne.

Vous pouvez découvrir l’étendue de la gamme des microcars avec la visite virtuelle de ce musée aujourd’hui disparu, The Bruce Weiner Microcar Museum

Jean Phi & Nath on Email
Jean Phi & Nath
Rédacteur-photographe à News d'Anciennes
Jean-Philippe et Nathalie ont rejoint l'équipe en 2018, mais nous envoyaient déjà des photos depuis bien longtemps. Nos sudistes ont deux autos de prédilection : la Fiat 500 et la Traction.

3 commentaires sur “Une manifestation insolite, le Bisbi National Rally 2018”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.