Question à un passionné : Vincent, rédacteur de Auto d’Antan Magazine

auto-dantan-vincentBonjour Vincent, tu es le rédacteur du magazine Auto d’Antan Magazine. Présente nous ce projet.

Tout a commencé en classe de 2nd, il y a maintenant 2 ans et demi, nous avions un stage ou un projet personnel à réaliser. Depuis la disparition de ma revue favorite “Citropolis” dont j’étais lecteur très assidu, je n’arrivais pas à retrouver une revue qui m’apprenne autant sur les voitures anciennes et plus particulièrement les Citroën. J’ai donc décidé de partir moi même à la découverte de ces voitures du passé en créant ma propre revue. Citroëniste depuis toujours, je m’étais récemment ouvert à toutes les voitures anciennes que j’aimais et que j’aime toujours beaucoup. Un journal spécialiste m’aurait fait rater de belles occasions, j’ai donc écrit un journal sur toutes les voitures anciennes (dès débuts de l’Automobile à 1980 et plus particulièrement les voitures des années 1950-1960), c’est comme ça qu’est né Auto d’Antan.

Au début je n’avais évidemment pas beaucoup à mettre dedans, quelques articles sur l’historique des modèles, quelques news, des reportages sur les expos et miniatures… Mais Auto d’Antan a réellement pris forme au second numéro, avec le premier véritable essai. Au fil du temps il s’est étoffé avec des articles plus variés, le véritable défi était pour moi de se détacher un peu de Citroën, pas facile quand c’est la seconde marque la plus collectionnée au monde après Ferrari !


alpine-auto-dantaLe magazine traite seulement des voitures ou des événements aussi ?

Auto d’Antan traite de tout ce qui touche de près ou de loin aux voitures anciennes, alors évidemment tous les événements auxquels j’ai pu participer se retrouvent dans Auto d’Antan, c’est d’ailleurs pour moi la première source d’articles car des expositions, salons et bourses d’échanges, il y en a beaucoup un peu partout et régulièrement. Cela a d’ailleurs été pour moi l’occasion de rencontrer des propriétaires puis par la suite de pouvoir faire un tour en ancienne et même un article complet sur leur auto.


traction-auto-dantanComment choisis tu les modèles qui sont mis en avant ?

A vrai dire, je ne choisis pas vraiment, je fais avec ce que je trouve, ce qui me parait le plus intéressant, le plus pertinent : si j’ai un ami qui peut me présenter son ancienne, je suis heureux, cela me fait ma couverture !


Quel est le processus pour un nouveau numéro du magazine ?

Tout d’abord je cherche l’article principal, ce qui fera la couverture, je cherche dans mes amis si ils peuvent sortir une ancienne de leur garage et si ils sont dispo, c’est bien souvent au dernier moment qu’un ami me propose une après-midi avec son ancienne pour réaliser l’article majeur. A côté de ça, je fais quelques sorties le weekend pour faire des reportages sur les expositions ou manifestations d’anciennes. Tous les jours je guette aussi les voitures anciennes dans la rue, quand j’en croise une, j’essaie de faire une photo pour la rubrique appels de phares. Au fil des jours, dès que j’ai une idée de sujet, je la note : sur l’anniversaire d’un modèle, un sujet d’actualité… Voilà comment s’organise de manière globale la préparation d’un numéro. Je fais un numéro tous les quatre mois

Ensuite si on regarde plus en détail, il faut compter une journée par reportage (exposition ou essai auto), le traitement photo, le montage vidéo, la rédaction des articles, à laquelle s’ajoutent de longues recherches dans les archives sur les modèles étudiés, une longue mise en page et enfin l’impression ou la distribution par mail.

Est-ce que tu as parfois besoin de renfort ? C’est le moment de passer un appel !

Eh bien c’est un peu tard en fait, Auto d’Antan entame sa phase de survie, le magazine que j’imprime n’existe plus. Cette année a été très chargée : terminale, épreuves de bac, permis et maintenant travail d’été… Il y a des priorités, le travail passant avant tout, j’ai mis Auto d’Antan entres parenthèses plus de six mois, j’ai même cru que je ne parviendrais pas à reprendre la rédaction… La charge de travail pour un numéro est très importante et seul, c’est souvent difficile.
Au début j’étais seul à la rédaction, puis mon ami Jérôme m’a écrit deux trois articles et Philippe Lasson, le président du club Tractions sans Frontières m’a envoyé ses récits d’aventures en Traction à travers le monde et actuellement je me retrouve de nouveau sans aide extérieure. C’est ce qui fait aussi ma fierté, de dire que c’est moi qui l’ai réalisé mais c’est un sacré poids.

A la rentrée prochaine, j’entame deux années de prépa intégrée en école d’ingénieur, je sais que comparé à cette année, cela sera bien plus dur et que j’aurai encore moins de temps pour ma passion mais en prévisions, j’ai lancé un blog pour pouvoir continuer Auto d’Antan de manière plus régulière et gagner du temps sur la mise en page. Voilà donc deux semaines qu’Auto d’Antan renait de ses cendres et perdure mais en tant que blog.

Un redémarrage particulièrement compliqué car je vais perdre une grande partie de mes lecteurs qui étaient comme moi très attachées au format papier (comme les personnes âgées, pour qui il est souvent plus pratique de lire un journal que d’aller sur internet), de plus en publiant ma revue tous les 4 mois, c’était comme un rendez-vous, certains lecteurs attendait et lisait tout d’une traite. Maintenant, ils devront s’abonner par mail, et pourront lire des articles de temps en temps, cela perd de son charme et beaucoup ont déjà laissé tomber… J’espère que cela marchera quand même un peu car passer de 200 lecteurs aux messages toujours encourageants à quelques visites par jours, sans commentaire, c’est un peu difficile…


auto-dantan-salmsonParlons un peu de toi, je suppose que tu es passionné de voitures anciennes. C’est arrivé comment ?

Depuis tout petit j’aime l’Automobile, en grandissant je suis devenu Citroëniste, peut-être parce que à 5 minutes près je naissais dans une ZX ? ou bien parce que mes parents ont toujours roulé en Citroën et que j’ai toujours un garagiste (Citroën) honnête et très gentil. Puis il y a maintenant cinq ans, un confrère de mon père m’a montré ses voitures anciennes. En une après-midi nous avons fait un tour dans chacune de ses auto, c’était vraiment merveilleux ! Fervent Citroëniste que j’étais, il m’a montré toute la beauté des voitures anciennes, leur charme, les petits détails, les différentes façons de les conduire… Grâce à lui j’ai découvert tout un univers !

Tu possède une ou plusieurs anciennes toi même ?

Il y a maintenant un an j’ai craqué sur une Ami 6 break Club de 1968 que me vendait une connaissance. Avoir ma propre voiture et qui plus est, une voiture ancienne était mon rêve depuis déjà pas mal d’années… Je ne me suis pas méfié et je suis allé la voir et j’ai eu un coup de cœur pour cette Ami 6 bleue. Le problème c’est que je n’y connaissais rien en mécanique, je n’avais pas les outauto-dantan-ami6ils pour de gros travaux mais mon ami m’a assuré qu’il m’aiderait et que le moteur tournait sans problème. Ayant déjà deux magnifiques 2CV et une belle Ford Taunus, je lui ai fait confiance et il me l’a rapidement apporté sur plateau. Mais première voiture, première arnaque ! Le moteur ne tournait pas, il fallait tout refaire et évidemment il n’est jamais revenu pour m’aider. Alors certes à ce prix, pour un break club c’était une bonne affaire mais pour un débutant comme moi, c’était une vraie galère…

Heureusement j’ai un autre ami qui m’a donné un coup de main pour la faire redémarrer et qui m’a fait un diagnostic complet, résultat : carrosserie et châssis sain mais une transmission à refaire plus divers achats à faire. Sans matériel et sans argent supplémentaire, il ne me restait qu’à la stocker au sec et à travailler dessus en attendant d’avoir les moyens de me lancer dans de plus gros travaux.
Suite à un projet plus important (études en ingénierie), je me suis résolu à m’en séparer pour avoir plus de temps à consacrer à mes études. Après une annonce (en précisant cette fois-ci ce qu’il y avait réellement comme travaux à faire dessus), quelques coups de fils, de nombreux mails avec des photos détaillées, c’est finalement un anglais qui est venu me l’acheter. Très content, il a retraversé la Manche sur plateau avec et continue de la restaurer pour sa femme. Dernièrement, il lui a installé un kit de suspension pneumatique pour ajuster la garde au sol de la voiture. Même si cela m’a fait mal au coeur, je ne regrette pas de l’avoir laissé à un passionné qui en prend soin.

Cette expérience fut tout de même bénéfique, j’ai appris les bases de la mécanique, pas seulement théorique mais aussi pratique, de plus je connais tous les points important à vérifier sur une voiture ancienne, pour la prochaine, je saurai comment bien m’y prendre et surtout je prendrais plus le temps d’étudier la question. Et puis cette voiture, c’était un peu comme une attraction dans la famille, tout le monde voulait la voir ou m’en parler, pendant un court moment j’ai connu les joies des propriétaires d’anciennes.
Tu fais partie d’un club ?

Non,  je ne fais partie d’aucun club, car ceux que je connais sont payants sans voiture, l’adhésion est parfois plus difficile. Lorsque j’avais mon Ami 6, j’avais pensé en rejoindre un, mais comme je l’ai vendu, je n’y vois plus vraiment d’intérêt.

Quelles sont les 3 voitures de ton garage idéal ?

Alors là, si vous me prenez par les sentiments… Les trois premières voitures qui me viennent à l’esprit sont le fameux trio Citroën : 2CV, DS, Traction. C’est un choix assez ordinaire me direz-vous mais ce sont mes Citroën préférées, après viennent des modèles un peu plus particuliers mais ces trois là restent pour moi la base parfaite.

Alors évidemment le choix est quand même réfléchi : pour la 2CV, j’aimerais une AZLP, bleu glacier, de la fin des années 1950 au début des années 1960. Elle reste pour moi dans l’esprit de base de la 2CV, un peu rustique mais sympathique. J’ai les premiers capots ondulés, les premières calandres des 2CV, c’est une autre époque, les suivantes font bien plus “modernes”.

Ensuite pour la DS, la plus belle est pour moi le cabriolet mais restons dans quelque chose de plus accessible, j’aime beaucoup la DS 21 Pallas de 1967, gris palladium. Elle conserve le premier dessin de la DS avec des antibrouillards, un ensemble indescriptible : magnifique !

Enfin la Traction, celle que je préfère c’est la 7C : les premières Tractions d’avant guerre avec capots à volets et jantes pilotes et une malle plate : la Traction qui a le plus de charme. La plus belle reste la faux cabriolet mais en berline bicolore, elle reste splendide !

Pour retrouver Auto d’Antan Magazine sur Facebook, c’est en cliquant ici.

 

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


2 commentaires sur “Question à un passionné : Vincent, rédacteur de Auto d’Antan Magazine”

  1. Je vais avoir demain soir un Peugeot J9 rallongé boutique réfrigérée.Coté gauche vitrine billot ou banque à droite.
    Année 1982,9cv fiscaux,essence.

Laisser un commentaire