Préparer sa 4L pour le 4L Trophy

On va ici essayer de vous donner quelques pistes pour préparer votre 4L pour le 4L Trophy. Entre bonnes et mauvaises idées, entre indispensable et gadget, voici de quoi vous éclairer. Ce retour d’expérience vous est fourni par moi-même (après avoir participé à deux 4L Trophy) ainsi que par Laurent ASSIS-ARANTES, qui a participé à un 4L Trophy qui lui a d’ailleurs donné l’idée de créer une société en lien avec les pièces automobiles (nous en parlerons en fin d’article). Laurent nous donne son point de vue sur les différentes pistes qui vous aideront à préparer votre 4L.

Préparer sa 4L

 

1. Les Indispensables :

A : Les plaques de protection :

On parle ici de deux plaques de protection différentes.

plaqueLa première sera installée sous l’ensemble boîte-moteur. La boîte présente déjà un carter de protection d’origine. L’idéal est de prendre une plaque en aluminium de bonne épaisseur. Elle garantira une bonne protection en gardant un poids contenu. Une plaque acier sera moins chère, certes, mais souvent plus lourde.

Au niveau des fixations, un rabat percé qui s’installera au niveau des 4 vis de fixation avant de la boîte de vitesse est une bonne solution car elle englobera tout l’ensemble boîte-moteur et empêchera toute pierre de passer entre la plaque et les organes vitaux de la voiture. Ensuite une fixation à l’arrière débouchant dans l’habitacle est une solution permettant un démontage rapide.

La seconde englobera le réservoir. Elle devrait moins toucher le sol, mais il est très important d’envelopper ceci, un réservoir percé étant un calvaire. Au niveau des fixations, le logement de la roue de secours offre de nombreuses prises que l’on pourra rejoindre avec des pattes métalliques.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

Dans notre cas, une plaque d’aluminium de 3mm a été utilisée. Celle-ci a vraiment souffert pendant le raid et ressemblait à un champ de bosse lors de notre retour. Une plaque en 5mm aurait peut-être mieux encaissé les pierres, mais la nôtre a tenu le coup.Il est tout de même important de la surveiller lors des bivouacs afin d’éviter des surprises.

B : Aménagement intérieur.

Il faut garder une chose en tête : au cours de cette aventure formidable, vous allez passer beaucoup de temps dans l’habitacle de votre 4L.

Le confort et le rangement sont donc très importants.

Au niveau du confort, si vous trouvez vos sièges trop raides n’hésitez pas à en changer. De nombreux sièges, d’origine Renault ou non, peuvent s’adapter et soulager vos lombaires. Pensez aussi, même si ce n’est pas indispensable, à prévoir un autoradio ou autre dispositif permettant de mettre un peu de musique. A la longue le bruit du Cléon à de quoi… lasser.

IMGP1755Ensuite le rangement, qu’il va falloir optimiser. Entre la tente, les duvets, le ravitaillement, les pièces, l’habitacle sera bien rempli. Pensez à libérer l’accès aux roues de secours. Il est en effet assez inconfortable de devoir vider sa voiture en bord de piste à la moindre crevaison. Laissez ensuite un accès simple à l’eau et aux biscuits, vous en aurez souvent besoin.

Enfin dernier conseil : arrimez bien le tout. Des bosses, vous en trouverez beaucoup sur la piste et c’est quand même mieux de ne pas se retrouver avec une pluie d’affaires dans le « poste de conduite » !

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

Facilité d’accès et fixation sont les mots d’ordre à garder a l’esprit. Combien de trophystes avons-nous croisé en train de vider leur coffre pour accéder à quelques outils. La simplicité d’accès est un point essentiel dans l’aménagement de la 4L

Le deuxième point essentiel est une fixation impeccable. La voiture risque fort d’être secoué et son contenu d’autant plus. Pour l’anecdote, nous avons réussi à perdre une roulette de valise suite à un passage un peu trop rapide dans des dunes. Heureusement que le reste était bien fixé.

2. Les bonnes idées :

A : Amélioration du refroidissement.

Vous vous en doutez, le moteur de la 4L va avoir chaud (même si le soir et la nuit, vous aurez froid). Pour ça deux causes : la faible vitesse qui apportera peu d’air et la température extérieure.

ventilateurs 4LUne des meilleures solutions : l’ajout d’un second ventilateur. Attention, il va falloir bien y réfléchir.

Tout d’abord le choix : un ventilateur de 4L est une très bonne idée, même si d’autres feront l’affaire, c’est la forme et l’encombrement qui doivent déterminer votre choix.

L’installation : Il sera très difficile de trouver un ventilateur qui pourra s’insérer à coté du ventilateur d’origine. Prenons l’exemple d’un ventilateur de 4L. Il faudra le fixer au radiateur de la même façon que le premier en réalisant des entretoises faisant que les deux ventilateurs se chevaucheront sur une partie de la surface à couvrir.

Enfin le branchement. Vous avez deux choix pour entraîner ce second radiateur : déclenchement automatique ou manuel. Le branchement automatique se fera en parallèle du premier ventilateur, les deux fonctionneront alors de concert. Le branchement manuel, nécessitera un interrupteur dans l’habitacle et le montage d’une sonde de température et/ou d’un voyant. Dès que vous remarquerez que la température est un peu trop haute, il vous suffira d’allumer ce second ventilateur.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

Un radiateur neuf est un bon investissement, mais attention à ne pas trop refroidir… dans notre cas, un radiateur de r21, deux ventilateurs et le retrait du calorstat empêchaient le moteur de chauffer. A tel point que nous avons été obligé de couvrir une partie du radiateur durant la traversée de l’Espagne.

B : Modification de l’échappement.

L’échappement d’origine est une bonne solution sur route mais a un vrai problème : le silencieux repoussé à l’arrière de la voiture peut se raccrocher au sol. Et remonter du Maroc sur l’autoroute sans silencieux, c’est bruyant !

La solution provient de la 4L, plus précisément de la F4. Le silencieux d’échappement est alors situé dans l’aile gauche, la sortie se fait un peu avant la roue arrière gauche. Fixez le tout de façon minutieuse et aucun souci ne sera à déplorer.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

En effet l’échappement des F4 est l’idéal pour revenir du raid sans faire le bruit d’une voiture de rallye. Notre 4L étant une F4, nous n’avons pas eu de problème à ce sujet.

C : Amélioration de la prise d’air.

Ici, on a deux choix : le bricolage ou les grands travaux.

Niveau bricolage, il faudra penser à ajouter un filtre sur le tuyau de prise d’air afin de ne pas encrasser inutilement le filtre à air. Un simple collant retenu par un élastique fera l’affaire. Attention, cela ne vous dispense pas de souffler tous les soirs le filtre à air.

Schnorckel 4LLes grands travaux, c’est la mise en place d’un schnorkel. Ce dispositif permet d’aller chercher l’air au-dessus de la voiture. Bon, il faut l’avouer, c’est plus spectaculaire que nécessaire. Les véhicules du Dakar l’adoptant pour passer tranquillement les gués, qui sont normalement peu nombreux sur les pistes marocaines empruntées par les 4L. Entre le travail de perçage de la carrosserie et ceux de tuyauterie, il y a du temps à passer.

Enfin, certain mettent en place des systèmes de filtration à l’huile. Certes votre air sera parfaitement propre, mais l’installation est volumineuse, lourde et demande là aussi du temps.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

Un compromis est possible avec une entrée d’air sur le toit. Cela demande quelques modifications de la boite à air ainsi qu’une légère découpe du capot, mais il n’est pas rare de suivre des troupes de véhicules sur les pistes et la poussière fine est au rendez-vous.

D : Le choix des pneumatiques.

Encore une fois, ce n’est pas obligatoire de changer le type de pneumatiques, mais ça reste une bonne idée. Les pneus d’origine peuvent être employés sur les pistes, à condition qu’ils soient neufs !

24380_377793004655_3298692_nPour changer de type de pneus, de nombreux fournisseurs proposent des pneus « Cross ». Même si leur profil peut valoir quelques désagréments (bruit sur route, et faculté à creuser le sol meuble), ils ont au moins l’avantage d’être plus résistants et endurants. Vous ne craindrez plus la crevaison à chaque pierre rencontrée (et vous allez en voir!).

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

Nous avons préféré de gros pneus à crampons, même si ceux-ci creusent dans le sable, cela garanti de résister aux champs de cailloux. La largeur est importante mais il faut un compromis entre puissance et adhérence dans le sable. Des pneus plus larges demandent également des jantes adaptées et de surveiller les largeurs d’aile. Dans notre cas, les 185 de largeur passaient de justesse mais étaient un bon compromis pour les terrains hostiles.

3 Les gadgets & les mauvaises idées :

Dans cette catégorie on retrouvera des idées de préparation, déjà vues et revues qui, si elles partent d’une bonne intention peuvent entraîner de vrais calvaires de fiabilité.

A : Rehaussement, préparation des suspensions.

L’avantage recherché de cette préparation est simple : améliorer la garde au sol de la voiture pour éviter de taper les pierres. C’est une bonne idée mais certains organes de la voiture pourraient ne pas apprécier la modification.

C’est le cas par exemple des cardans. En mauvais état, ou trop tendus, il peuvent purement et simplement casser. Même si beaucoup d’équipages en emportent, leur changement n’est pas la chose la plus simple à faire sur une 4L. Si vous entreprenez cette modification, faites la dans les règles de l’art.

B : Optimisation de l’instrumentation.

L’avantage recherché est ici de mieux surveiller sa voiture. Les plus courants sont l’ajout d’un compte-tour, alors que la 4L n’a pas vraiment besoin d’aller haut dans les tours, et qu’une bonne oreille vous suffira, et l’ajout d’une sonde de température d’eau (voire d’huile). Ce sont des bonnes idées mais attention : les pannes électriques sont souvent les plus difficiles à trouver et à solutionner.

En voulant ajouter de l’instrumentation, on augmente le nombre de fils, de connecteurs, et par conséquent, le nombre de points de défaillance possible.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

La F4 est naturellement plus haute que les berlines, c’est un confort qui évite souvent de s’embourber. De bons amortisseurs renforcés vous garantisse un raid serein. N’hésitez pas à prendre avec vous les vieux amortisseurs, en cas de problème.L’équipement indispensable est sans aucun doute un manomètre de température. Nous avons déjà parlé de refroidissement et il est bien de savoir quand le second ventilateur devient nécessaire.

C : Amélioration de l’éclairage.

Longues PortéesPas besoin de vous faire un dessin, le but est de mieux voir la nuit par l’ajout de feux longue portée. Pour le look, c’est vrai, ça rend bien. Mais attention à l’usage.

D’une part, comme pour le point précédent, vous rajoutez des fils électriques et donc des points de possibles défaillances.

D’autre part : leur utilisation est strictement réglementée ! Et oui ils sont purement et simplement interdits sur route. Nombre d’équipages ont récolté des contraventions en Espagne pour les avoir allumé. Autre chose : le règlement du 4L Trophy impose (normalement) l’arrêt des voitures dès la nuit tombée. Vous n’êtes pas censés être sur la piste à cette heure-là, et si cela vous arrive, attendez que les voitures de l’organisation n’arrivent et vous mènent à l’arrivée.

L’avis & le retour d’expérience de Laurent :

L’éclairage extérieur peut également s’avérer utile lors de bivouac. Si vous avez la chance de pouvoir installer une seconde batterie, vous pourrez bénéficier de soirées conviviales, sous les projecteurs !

4. Oui mais où trouver toutes ces pièces ?

Si Laurent a été interrogé, c’est aussi parce que suite à son 4L Trophy, il a fondé une société vraiment innovante : Opisto. Le concept ? Plutôt que de vous déplacer dans les différentes casses automobiles, à la recherche de pièces qui ne sont peut-être pas en stock, il s’agit là de centraliser tous les différents stocks d’une multitude de casses partenaires.

Il est ainsi possible, sans se déplacer, de consulter le stock de différentes casses et ainsi de rechercher… des pièces de 4L par exemple ! L’idée est venu à Laurent suite à son 4L Trophy car la phase de préparation de la 4L a été parsemée d’embûches, justement du fait qu’aucun stock de casse ne soit centralisé : il fallait démarcher les casses une à une, se déplacer, etc. C’est désormais chose résolue.

24380_377802434655_4181842_n

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


2 commentaires sur “Préparer sa 4L pour le 4L Trophy”

Laisser un commentaire