Concepts et Études, épisode 2 : l’Aston-Martin DBSC, l’ultime chance de Touring

Concepts et Études, épisode 2 : l'Aston-Martin DBSC, l'ultime chance de Touring
Concepts et Études, épisode 2 : l'Aston-Martin DBSC, l'ultime chance de Touring
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Les Panhard de la collection Duranteau font un carton sous le marteau

Bien que la maison de vente ne soit pas l'une des plus connues, la collection qui était dispersée le week-end dernier avait...

8ème Rallye de la vallée de Chevreuse : Caritatif et addictif

Pendant que Bertrand est allé vous pêcher des autos de folie à la Normandy Beach Race (reportage à venir), et que se...

Essai d’une Datsun 180B SSS, fruit exotique

Si on vous parle de Datsun, des années 70 et de sport, une lettre vous vient à l'esprit : Z. Mais on...

Renault Dauphine, succès-story d’une star de la régie

Pour diversifier sa gamme Renault avait besoin de voir plus gros que la 4CV. Mais on a pas fait les choses à...

Parce que toutes les autos anciennes ne sont pas arrivées sur nos routes, on va vous proposer d’en découvrir une chaque mois. Rendez-vous pour cela le 3e dimanche de chaque mois. Aujourd’hui on vous parle de l’Aston-Martin DBSC, un des deux designs proposés pour la future DBS en 1967.

L’Aston-Martin DBSC, la suite logique

L’Aston Martin DB6 est sortie en 1965 en se différenciant assez peu de la DB5. Pour la future auto, on veut du neuf. Pour autant le constructeur anglais va consulter en 1966 son designer attitré : Touring. C’est le carrossier milanais qui a créé les lignes des DB4, 5 et 6 et c’est logique qu’on se tourne vers lui pour la prochaine auto.

Sauf que… rien n’est vraiment prêt. Le V8 arrivera bien des années plus tard et le châssis lui-même n’est pas encore “habillable”. De fait ce sont deux châssis de DB6 raccourcis qui sont envoyés en Italie. Seul changement anticipé : la position du moteur dont on sait déjà qu’elle sera plus reculée sur la prochaine auto.
Pour le nom, la logique veut qu’on l’appelle DB7. Sauf que le public et la presse parlent déjà de la DBS. On retient alors le nom.

Touring va réaliser une carrosserie qui n’a plus rien à voir avec la DB6. Le profil est bien un hatchback, la carrosserie suit le principe du Superleggera en étant fixée sur une mince structure tubulaire.

L’ensemble est beau et moderne. On lui trouvera certainement des airs de ressemblance avec la Ferrari 275 qui est une concurrente… du moins quand le V8 arrivera sous le capot.

1965 : la nouvelle auto se dévoile

C’est au salon de Paris que la première des Aston Martin DBS est présentée. Une seconde auto viendra par la suite, avec le volant à droite et sera notamment présentée à Londres et Turin.

L’accueil est bon. L’auto élégante fait tourner les têtes et déjà des acheteurs se présentent. Mais la suite ne sera pas si brillante.

L’héritage de l’Aston-Martin DBSC

Après cette première tournée, il apparaît quelques problèmes. Le plus important concerne le V8. L’auto a été conçue avec le 6 cylindres mais sa carrosserie ne sera pas réutilisable telle quelle avec le V8.
De fait la DBS finale ne sera pas basée sur ce dessin de Touring. On choisira le dessin beaucoup plus moderne de William Towns sur l’auto qui sera proposée à la vente en 1967.

Pour éviter toute confusion, la marque va renommer les deux autos de Touring. Elles deviendront les Aston-Martin DBSC.
Touring était déjà mal en point et la perte de ce potentiel juteux contrat n’aide pas. L’Alfa Romeo GTC a plombée les finances et le carrossier ferme ses portes à la fin de l’année 66.

En 1969 un collectionneur vendra une grosse partie de sa collection pour s’offrir une des deux autos. Les 8900 £ de l’époque représentent une fortune. Elle sera stockée avec le plus grand soin jusqu’à ce que Bonhams ne la vende en 2009 pour 320.500 £, une sacré somme également.

Cette année, l’Aston-Martin DBSC était de sortie. Son propriétaire Koweïtien l’a notamment engagé aux Concours d’Élégance Suisse (Gagnante de la catégorie “Size doesn’t matter”) et au Concorso de la Villa d’Este.

Photos additionnelles : Aston Martin et Bonhams

Concepts et Études, épisode 2 : l'Aston-Martin DBSC, l'ultime chance de Touring

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Essai d’une Datsun 180B SSS, fruit exotique

Si on vous parle de Datsun, des années 70 et de sport, une lettre vous vient à l'esprit : Z. Mais on...

Les Panhard de la collection Duranteau font un carton sous le marteau

Bien que la maison de vente ne soit pas l'une des plus connues, la collection qui était dispersée le week-end dernier avait...

8ème Rallye de la vallée de Chevreuse : Caritatif et addictif

Pendant que Bertrand est allé vous pêcher des autos de folie à la Normandy Beach Race (reportage à venir), et que se...

À la Visite de La Virée d’Antan à Brassac-Les-Mines

C'est au sud du Puy-de-Dôme, entre Clermont-Ferrand et le Puy en Velay qu'on peut découvrir un beau musée dédié à l'automobile :...