Edito : Les essais de News d’Anciennes, des autos trop chères ?

Benjamin n’a pas fait d’édito ce mois-ci mais nous m’a servi un sujet potentiel sur un plateau. Lors du sondage récemment publié sur le site (par ici, il est toujours ouvert) vous avez été nombreux à souhaiter lire plus d’essais sur les anciennes. Voilà qui fait plaisir, car cela veut dire que l’on ne se démerde pas trop mal pour ceux qu’on réalise. Cela dit certains ont reproché que bien souvent nous prenons en mains des boites à rêves inaccessibles. Même si c’est aussi vrai que faux, je vais essayer de détailler le pourquoi du comment dans les lignes qui vont suivre.

Trop : chères oui et non

Avant d’annoncer que la valeur de tel ou tel véhicule est excessive il serait bon de de préciser le palier à partir du quel c’est le cas. C’est là que ça se gâte car, il est défini par la situation de chacun. À titre personnel en tant que salarié lambda, je ne souhaite pas dépenser beaucoup plus de 10.000€ pour l’achat d’une auto plaisir. On peut avoir envie de se faire plaisir mais si cela implique de manger des patates et laisser la belle au garage… Et puis il y a moyen que madame vienne me coller une droite si je rentrais au volant d’une belle Aston DB7 en lui annonçant qu’il faudrait désormais se serrer la ceinture. Cela dit, tout le monde n’est pas dans mon cas. Certains gagnent plus, d’autres moins, certains s’installent, d’autres planchent sur leurs projets de retraite. Forcement cela impacte directement la notion du « trop cher ».

Admettons que la voiture ancienne soit le cadeau que l’on s’offre après tout une vie de labeur. Un budget oscillant entre 25.000 et 45.000€ est élevé, mais demeure tout à fait concrétisable pour les bourses moyennes. Il est évident que pour les plus petits revenus cela fait une belle sonnette, dans ce cas, effectivement une voiture à 30.000€ peut être considérée comme trop chère. En revanche, cela n’en fait pas un rêve impossible. Personnellement, je définis une voiture trop chère, dès lors qu’une personne passionnée aux revenus moyens en fin de carrière ne peut espérer la posséder que sous la forme d’un tableau photo. Dans ce cas, la barrière des 50-60.000€ est une bonne limite entre le possible et le rêve. Cette réflexion exclut évidement les plus petites bourses, comme les plus grosses. Mais à un moment donné le cas par cas n’apporte rien à part de bonnes prises de tête.

Pour en revenir à nos essais, oui il nous arrive d’éclater cette barre symbolique des 50.000€. Mais ce n’est pas si souvent que ça. La moyenne se situant plus entre 10.000€ et 30.000€. Il faut aussi prendre en compte l’évolution des cotes. Et malheureusement aujourd’hui, beaucoup d’autos un peu sympa se monnaient à des tarifs qui peuvent sembler élevés pour un objet aussi futile. Prenons exemple sur la BMW 850i que j’ai pu essayer il y a quelques années (si vous l’avez ratée c’est par là). À l’époque, il était possible d’en trouver pour moins de 9.000€, or aujourd’hui il en faudrait 15 à 30. Celle qui faisait la parfaite GT petit budget il y a deux ans est en train de devenir une auto onéreuse. Voir intouchable pour les plus petits budgets. Et ça on n’y peut rien.

Après cette courte explication revenons à nos moutons : pourquoi essaie-t-on régulièrement des caisses hors d’atteinte ?

Parce que c’est un plaisir

Je ne vais pas le cacher, prendre en main une Porsche, une Ferrari, une Bugatti ou autres monstres sacrés, bah c’est juste un gros kiff. Pour la grande majorité des contributeurs, News d’Anciennes reste un hobby. Soit une activité plaisir non rémunérée. Et quitte à perdre quelques heures pour produire un essai, bah autant qu’on se fasse carrément plaisir à l’occasion non ?

Vu sous cet angle j’assume parfaitement ce souhait de prendre en main du lourd le plus souvent possible. Cela dit, plaisir ne rime pas forcément avec très cher. Il suffit de voir le pied que j’avais pris au volant de la Triumph TR6 et la déception de la Pagode.

Parce que c’est nous qui payons

Essayer des voitures, bah cela implique souvent de bouger avec toutes les dépenses qui vont avec. Et là encore, je ne vais pas le cacher, mais s’il faut taper 300 kilomètres à mes frais pour essayer 4L bah c’est hors de question. Même si cela reste une caisse très sympa, et bourrée d’intérêt.

À un moment, il faut savoir se fixer une limite, et si j’accepte de faire une nuit blanche et payer de ma poche 1000 kilomètres, c’est uniquement pour un très gros poisson, ou une personne. C’est ce qui s’est passé lorsqu’il a fallu aller faire le tour du Vercors en Dodge Viper.

Parce que c’est un moyen de vivre et partager ses rêves

Essayer ces autos inaccessibles, c’est un moyen de pouvoir concrétiser certains de mes fantasmes. Malheureusement je n’ai pas 100.000€ à mettre dans une Ferrari 355, alors pour réaliser ce rêve… autant faire un article dessus (il est là). Sans News d’Anciennes, je n’aurais probablement jamais eu les occasions de tâter le 427 de la Corvette C2, ni le Colombo de la 365, et encore moins de me faire le Semnoz en Viper. Je sais ça m’a marqué car j’en parle très souvent. Et par le biais de la plume, ainsi que l’image, je peux faire des articles plus personnels, et vous emmener avec moi vivre ces rêves. Ne lit-on pas un article avant tout parce que le sujet nous plait en dehors de toute considération financière ?

Parce que c’est comme un CV ou une vitrine

Pour essayer des autos, il faut beaucoup de confiance de la part du propriétaire. Et l’un des moyens d’être suffisamment crédible pour obtenir cette confiance, bah c’est d’avoir un beau CV. Si certains ont accepté de nous prêter régulièrement telle ou telle auto prestigieuse, très chère, etc, c’est qu’on est peut-être un peu sérieux ? Mine de rien ces autos font une belle vitrine, et renforcent notre crédibilité lorsqu’il faut négocier un sujet délicat… Parce que même l’essai d’une magnifique Aronde peut nécessiter qu’on mette en avant qu’on a déjà tâté de la Bugatti Type 57 !

Parce que c’est une récompense et une « compétition » interne

Ouais, aussi con que cela puisse paraître obtenir le volant d’une caisse d’exception est une récompense qui bien souvent est le fruit d’une conviction ou d’un travail personnel. Je me souviens encore de la joie que j’ai eu à conduire ma première voiture très prestigieuse qui était une Type E. Puis je dois aussi avouer que les autos de cette trempe font l’objet d’une petite compétition interne. Qui sera le premier à dégainer un V12, une Ferrari, une Lamborghini etc. Cela permet en quelque sorte de nous motiver entre nous et tirer la machine vers le haut.

Parce que les voitures abordables ne sont pas si simples à débusquer

Avant de dire que l’on en fait pas assez, il faut bien se mettre la réalité en face. Comme vous j’aimerais pouvoir réaliser plus souvent des articles sur des jouets à moins de 3000€. C’est un sujet que je trouve extrêmement intéressant de par sa complexité. Mais c’est un peu comme mon rêve de BX diesel…

Trouver des autos dans ces valeurs-là, qui soient présentables, n’est tout simplement pas si facile que ça ! Pourquoi ? Parce que déjà il en reste assez peu, parce qu’elles ne doivent pas être trop loin, et parce que ce sont les grandes absentes de nos moyens de prospection habituels. Parfois il m’arrive de jeter des bouteilles à la mer via les réseaux sociaux, sans grands résultats.

Pour conclure : on est sur le dossier mais ne confondez pas populaires avec pas cher

Ne voyez pas à travers ces voitures inaccessibles une forme de snobisme de notre part. Car mine de rien, lorsque nous les testons, nous essayons de conserver notre point de vu de personne lambda, et s’il faut casser des mythes nous n’hésitons pas.

C’est à mon sens plus rafraîchissant que de lire l’énième article Ferrari d’un journaliste sponsorisé qui aura perdu ce côté « conducteur normal ».  Et dans l’absolu, lorsqu’il faut essayer une dame plus modeste nous répondons toujours présent. À condition que cela soit réaliste d’un point de vue logistique. Cela dit, ne confondez pas non plus ces automobiles populaires qui nous touchent, et nous unissent, avec des voitures accessibles. Car aujourd’hui, bon nombre d’entre elles ne sont plus si abordables que ça. Pour ce qui est des voitures raisonnables, nos recherches continuent…

Mark on Facebook
Mark
Rédac-Chef Essais à News d'Anciennes
Passionné de photo et de sa BMW E30, Mark a rejoint News d'Anciennes courant 2016.
Essais, road-trip, reportages, tout l'intéresse du moment qu'il peut sortir son appareil photo.

3 commentaires sur “Edito : Les essais de News d’Anciennes, des autos trop chères ?”

  1. Entièrement d’accord avec tous les arguments exposés. Personnellement, j’apprécie autant les articles sur des mécaniques de rêve que ceux sur des voitures bien plus abordables. Quels qu’ils soient, essais et reportages méritent le respect.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.