La Gordini sauve “The Chantilly Sale 2019” de Bonhams

Alors que les autos s’exposaient sur les pelouses du domaine de Chantilly, que les clubs passaient au pique-nique et que les visiteurs cuisaient (on en parle ici), sous un chapiteau se tenait The Chantilly Sale 2019. Une vente aux enchères… sans surprises.

Photos additionnelles : Jerome Cadoret.

The Chantilly Sale 2019

Pendant Chantilly Arts et Elegance Bonhams organisait The Chantilly Sale. 41 Lots étaient proposés et 22 ont trouvé preneur. Un score dans la continuité des précédentes ventes de la maison anglaise sur place.

Les stars de la vente

Les millionnaires

Deux autos de The Chantilly Sale 2019 pouvaient dépasser le million d’euros… mais aucune ne le fait.

La BMW 507 de 1959 estimée entre 1.8 et 2.2 millions d’euros ne se vend pas.

Elle laisse du coup la place de Top Lot à la Gordini T15S, l’une des deux barquettes à 4 cylindres existante. Estimée entre 700 et 1 million d’euros, elle se contente de son estimation basse à 690.000 € sous le marteau. On notera qu’elle reste en Europe !

A ne pas rater

Sur les 41 lots de The Chantilly Sale 2019 la plupart sont plus qu’intéressantes ! Difficile de faire un choix.

Côté françaises on notait la présence d’un cabriolet DS de 1962 réalisé par Chapron. Estimé entre 170 et 200.000 €, c’est le quatrième prix de la vente à 189.200 €.
On retrouvait également une Peugeot 402 Eclipse, l’une des trois connues en configuration 2 places. En configuration sortie de grange, elle était estimée entre 100 et 150.000 € mais elle ne se vend pas.

On avait noté deux Carrera RS rouges de générations différentes. Que ce soit la 964 de 1991 (est. 140 – 180.000 €) ou la 993 de 1995 (est. 230-300.000 €) aucune ne se vend.

Une américaine était également à surveiller, une Cobra 427 de 1966 estimée entre 850.000 et 950.000 € mais elle non plus ne se vend pas.

De belles italiennes

Il y avait plus d’italiennes que de françaises proposées lors de The Chantilly Sale 2019.

L’Alfa Romeo 1900C Super Sprint de 1955 (est. 200 et 300.000 €) avait beau être magnifique, elle ne se vend pas. La 6C 2500 Sport Cabriolet Extralusso dessinée par Michelotti pour Pininfarina de 1947 ne se vend pas non plus… (est. 250 et 300.000 €).

Côté Maserati, la Sebring Serie 1 de 1964 part pour 89.700 € (est. 60 et 90.000 €) tandis que la Ghibli 4.7 litres de 1971, estimée entre 160 et 220.000 € ne se vend pas.

Enfin l’Intermeccanica Indra de 1973, 25e. des 27 produites, estimée entre 60 et 90.000 € part en dessous de son estimation pour 43.700 €.

Tous les résultats sont par ici.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

3 commentaires sur “La Gordini sauve “The Chantilly Sale 2019” de Bonhams”

  1. A trop tirer sur la corde, les maisons de ventes aux enchères ont peut être tué la poule aux œufs d’or. Tant mieux l’automobile doit être une affaire de passion, avant d’être une de spéculation.

    1. Les maisons de vente ne sont pas les seules responsables. Elles sont là pour vendre au prix demandé par le client !
      Leur boulot c’est de satisfaire avant tout le vendeur. Les maisons de vente restent le meilleur moyen de vendre certaines autos en les mettant bien en lumière et en utilisant leur carnet d’adresse.
      Et puis la hausse des prix n’est pas qu’une affaire de spéculation. Les spéculateurs ne se sont pas attaqués aux deuches, et pourtant les prix ont flambé !

  2. Je suis surpris de lire que les Porsche 964 et 993 ne se sont pas vendues car Bonhams indiquait que leur vente était annulée et je ne les ai pas vues sur la pelouse. Mais je les ai peut-être ratées.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.