Grand Prix de France Historique 2019

Grand Prix de France Historique 2019, le spectacle était presque parfait

C’était ce week-end à Magny-Cours. Après une belle première en 2017 (mon reportage est ici) le Grand Prix de France Historique 2019 revenait et il était attendu. Au final c’est un événement mitigé qu’on a pu voir, entre belles autos en piste, chaleur beaucoup trop intense et absents remarqués.

Sur la piste du Grand Prix de France Historique 2019

Les monoplaces

Évidemment au Grand Prix de France Historique 2019 on ne peut que se délecter de la présence de belles F1. Le plateau 1, les FIA Masters Historic F1 ont bien été l’attraction n°1 du week-end. Un plateau fort sympathique et intéressant avec des F1 des années 70 et 80. Leurs couleurs flamboyantes étaient complétées par le bon son des Cosworth V8.

Dans la catégorie inférieure, celle des F2, le spectacle était aussi au rendez-vous. Une quarantaine d’autos étaient rassemblées sur la piste avec de très grosses bagarres au programme. Ce n’étaient pas les plus connues des autos présentes mais c’était certainement le plus spectaculaire des plateaux.

On descend encore dans les catégories avec les Formule Ford. En fait une belle “réduction” des F2 : un plateau fourni, des bagarres en piste, bref un beau spectacle sur la piste de Magny-Cours.

Enfin on termine la revue des monoplaces du Grand Prix de France Historique 2019 avec les exhibitions de F1.

Des anciennes étaient de la partie : la Ligier et son V12 n’était pas venue que pour la course et a régalé les spectateurs du son de son noble moteur mais aussi une Surtees.

Mais surtout on retrouvait des F1 plus récentes, venues tâter de la piste et rappeler quelques souvenirs à ceux qui ont vu ces autos sur la piste de Magny-Cours il y a à peine une quinzaine d’années.

Les voitures de Sport

Il n’y avait pas que les monoplaces sur la piste de Magny-Cours pour le Grand Prix de France Historique 2019. Les autos de sport étaient aussi venues tourner.

Le plateau le plus remarqué a été celui du FIA Masters Historic Sports Cars. Peu d’autos en piste, très peu. On s’est quand même émerveillé à chaque passage des Lola T70 et autres Chevron. Une auto française s’était invitée dans ce plateau : la Ligier JS3.

Comme à son habitude le Trophée Lotus a fait le show. Des autos identiques, en nombre (45 en piste) et des pilotes venus faire la différence après des bagarres incessantes en piste.

Les Gentlemen Drivers étaient sur la piste avec de belles autos sportives des années 60. On retrouvait des américaines, Corvette, Shelby Cobra et Daytona, Mustang… Côté européennes, des Porsche 911 et 904, Lotus Elan et Ford Cortina Lotus complétaient le plateau.

Enfin le plateau Touring Car Pré 66. Un super plateau, dommage qu’il ait été si peu rempli. Cependant, quel plaisir de voir les petites Minis, sur trois roues, contre les grosses Mustang et Ford Falcon !

Open paddocks au Grand Prix de France Historique 2019

Pour ceux qui voulaient prendre (un peu) d’ombre, direction le paddock. Le Grand Prix de France Historique 2019 les avaient laissés complètement ouverts. Un bon point pour les amateurs de technique qui pouvaient zieuter tranquillement les moteurs des belles vues en piste.

Quelques expositions complétaient le spectacle avec des Ligier, des Matra ou encore une rétrospective de F1.

Conclusion

On peut avoir vu de très belles autos mais rester sur notre fin… Déjà à cause des quelques absents : la Ferrari F1, les Masters Endurance Legends n’étaient pas venues du tout. Et les plateaux semblaient peu remplis en général… Est-ce la météo qui a fait peur aux concurrents ? Bonne question. En tout cas le Grand Prix de France Historique 2019 était un bel événement… mais on en attendait plus !

bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

2 commentaires sur “Grand Prix de France Historique 2019, le spectacle était presque parfait”

  1. Et les tribunes… désertes ! C’est pas faute d’avoir fait de la publicité un peu partout (Rétromobile, publireportages sur Motorsport, etc.). Le prix des places était trop élevé… Pourquoi faire aussi cher en sachant qu’il n’y aura pas grand monde ? Avec un tarif autour de 10 €, beaucoup plus de gens auraient fait le déplacement…

  2. Effectivement, il n’y avait vraiment pas d’affluence mais au-delà du prix des places, quelle influence à eu la météo ? Samedi après-midi, c’était intenable ! Néanmoins, ç’était un beau spectacle : voir les Ligier de l’époque se battre aux avant-postes était un grand plaisir pour le fan de la marque que j’étais à l’époque. Pensez-donc la n°26 a remporté la course de dimanche ! On peut bien-sûr regretter l’absence des Renault et Ferrari mais ne boudons pas notre plaisir de revoir ces vieilles gloires en piste. Les autres plateaux n’étaient pas moins intéressants, GT Legends, Formule Renault, etc…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.