Roadbook d’Anciennes Episode 10 : La « Schwarzwaldhochstrasse » : La Route des crêtes de la Forêt-Noire

Alexandre Pierquet est l’auteur de plusieurs guides qui permettent aux collectionneurs de voitures anciennes de vivre de beaux voyages en voiture ancienne. On en parle d’ailleurs dans ces articles. Dans Roadbook d’Anciennes il nous fait découvrir des routes remarquables. Par leur tracé, avec les paysages traversés, ces routes sont à faire absolument, que ce soit en faisant un crochet dans notre voyage, ou son but tout simplement. Et évidemment, c’est en anciennes qu’il faudra les apprécier !

Au cœur du Bade-Wurtemberg, la route des Crêtes de la Forêt-Noire relie Baden-Baden à Freudenstadt, à travers cols et massifs boisés. Ponctuée de belvédères sur la corniche, cette route serpentant à 1000 mètres d’altitude dévoile de magnifiques vues, s’étendant de la plaine du Rhin jusqu’à la chaîne des Vosges.

Cette route panoramique est véritablement une des plus belle d’Europe. Une réputation tellement peu usurpée, que nous en avons prolongé son itinéraire pour vous proposer une arrivée dans un des joyaux de la collection automobile.

C’est la ville thermale de Baden Baden, qui vous accueille pour le départ de cet itinéraire. Casino, thermes, rues piétonnes et gastronomie typique de la région, c’est dans cet écrin que vous pouvez prévoir de vous attarder avant de continuer votre voyage.

C’est un itinéraire de 65 kilomètres, qui vous attend, entre espaces majestueux et panoramas, qui prend fin à Freudenstadt, station climatique fondée au XVIe siècle. Le ruban de bitume qui se déroule devant vous, est d’une qualité parfaite et la route est très large. Sur les cartes elle porte de nom de B500.

C’est un massif montagneux que vous allez traverser, avec pour étapes des petits villages traditionnels. Elle dévoile sur ses hauteurs des paysages variés : au nord, les épicéas bordent des routes escarpées, créant une atmosphère parfois mystérieuse ; au centre, les vignes des coteaux cèdent la place aux pâturages et à de riches fermes-auberges ; au sud, les lacs alternent avec les hauts sommets.

On ouvre le roadbook

Pour commencer, on traverse Hundseck et Sand. Sur place, on peut faire une halte pour grimper au sommet de la plus ancienne tour panoramique de la région : la Mehliskopfturm. Un peu plus loin, le circuit longe le Mummelsee (1036 mètres d’altitude), au pied du Hornisgrinde (1164 mètres d’altitude), le point culminant du nord de la Forêt-Noire. Surnommé « les yeux sombres de la Forêt-Noire », le Mummelsee est le plus grand, le plus profond et le plus haut perché des sept lacs glaciaires de la région.

En faisant un crochet par la Kreisstrasse 5370, reliant Oppenau, c’est aux chutes d’Allerheiligen qu’on accède. Ici, à 500 mètres d’altitude, la Lierbach, autrement appelée Grindenbach, dévale 83 mètres, soit l’équivalent d’un immeuble de sept étages.

En chemin, plusieurs fermes auberges d’altitude offrent l’occasion d’expérimenter la célèbre « vesper », une collation revigorante à base de charcuterie locale et de fromages artisanaux.

Le périple s’achève à Freudenstadt, au carrefour de plusieurs routes touristiques : la Route des Vallées de la Forêt-Noire et de la Route des Villes thermales. La Route des crêtes de la Forêt-Noire détient un autre record, celui d’être la doyenne des routes Allemande.

Mais l’on ne va pas s’arrêter en si bon chemin !

Direction le sud, par la petite route : L405, qui passe par Schömberg, puis Schiltach, pour rejoindre 35 km plus bas Schramberg, capitale de l’horlogerie de la Forêt Noire. C’est d’ailleurs le propriétaire de la marque de montres « Junghans », qui expose sa collection automobile : La collection Steim. Un musée très hétéroclite, il qui vaut le détour.

Après ses quelques 100 kms parcourus, allez vous réfugier dans une auberge (Stübe) ou n’importe quelle salon de thé. Moment incontournable de la journée le « Kaffee Kuchen » (Café Gâteau), une tradition indispensable aux équipages, après tant d’émotions panoramiques et automobiles. Le schwarzwälder kirschtorte (gâteau de la Forêt Noire), L’Apfelstrudel (à la pomme) ou le Käsekuchen (gateau au fromage).

Longueur

100 km

Qualité du revêtement

Panorama

Points de vue à couper le souffle, villages magnifiques.

Difficulté

Route parfaite et sécurisante.

Budget
Note totale
Alexandre Pierquet
Alexandre est un passionné de véhicules anciens et des belles routes de notre chère France.
Il est auteur de plusieurs livres qui vous aideront à les découvrir : le Guide de Voyages en Voiture de Collection et les Belles Routes de France.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.