Concept et Restauration

Un lieu d’art automobile : Concept et Restauration à Orval

Cette fois-ci nous sommes allés à l’encontre de Jean-Luc Bonnefoy gérant de Concept et Restauration. Restaurateur de véhicules atypiques à Orval, basé dans le département du Cher. On retrouve ici un lieu unique dans la région en terme de restauration automobile.

Situé au bord d’un étang, le garage d’apparence extérieure typique nous a réservé de très belles surprises une fois à l’intérieur. En effet, dès l’entrée chez Concept et Restauration on découvre la magie des années folles. Une passion transformée en métier à l’année 1988. Jean-Luc Bonnefoy, qui était à la base tôlier-formeur pour les prototypes, s’est vu devenir restaurateur d’autos anciennes. D’abord passé par la célèbre carrosserie Lecoq , il décide de s’implanter au cœur de sa région natale.

Notre hôte se décrit comme un amoureux des années 1920. En s’appuyant sur l’aspect révolutionnaire qui s’est developpé durant cette décénnie.

Les années 1920 sont pour ma part la définition même du sens de l’automobile. Avec des voitures performantes, légères, pures et dotées du strict minimum utile.

Comme illustration, des voitures d’exception des années 1920 à 1940. Ces véhicules témoignent d’une période où l’on personnalisait une automobile sur mesure. Du moteur à la carrosserie.

Les marques que nous avions eu la chance de croiser étaient pour la plupart françaises. Delahaye, Voisin ainsi que d’autres comme Jaguar et Rolls-Royce. Toutes dans un état d’avancement divers, sans pour autant manquer d’intérêt.

Outils de précision chez Concept et restauration

Il faut savoir que l’équipe de Jean-Luc Bonnefoy utilise certains outils d’époque qui lui permettent de reconstruire une voiture de A à Z. Plus en détail, ici même la machine à olives.

Typique des carrossiers français. Les anglais possédaient eux des lisseuses. Cette dernière sert à reproduire parfaitement les formes des ailes pour des marques comme Delahaye, Voisin, Talbot ou encore Chapron. D’autres presses similaires de provenance anglo-saxonne servent pour la finition de certaines pièces plus complexes.

Au départ, les collectionneurs déposaient un véhicule à remettre en route. Désormais, Concept et Restauration reçoit la plupart du temps un châssis et une photo à partir de laquelle il refont la voiture.

Ce type de restauration demande jusqu’à deux ans de travail. Cela passe également par la fabrication des pièces. Jean-luc Bonnefoy confie certaines fabrications à son réseau de sous-traitants. Les compteurs, poignées de portes, des ressorts, des sièges sont pour la plupart fabriqués par des petites officines parisiennes auxquelles Jean-Luc Bonnefoy accorde sa confiance.

Les collectionneurs sont aujourd’hui très maniaques. La Delahaye est dans un état plus beau que le neuf d’époque. D’autres se contentent d’un véhicule remis en état de marche.

Le garage forme également des jeunes apprentis. Il s’agit de compagnons du devoir. Une formation qui permet aux jeunes de prendre de l’expérience chez les restaurateurs les plus reconnus.

Concept et Restauration, là où tout est possible

Nous l’avions vu avec cette Rolls Royce assez mystérieuse. Le premier propriétaire a exigé l’absence des optiques extérieurs. Une voiture était destinée à sa compagne… qui ne pouvait donc pas se déplacer la nuit ! Une histoire qui fait penser à la Bugatti Royale Esders.

D’autres projets étaient également sous nos yeux comme ces Delahaye.

Les voitures restaurées sont pour la plupart destinées aux rallyes historiques. On peut retrouver des passionnés venus d’autres pays et continents. D’autres participent aux concours d’élégance ou autres bourses d’échanges.

Les véhicules sortant ainsi de Concept et Restauration sont le fruit d’un travail de nombreux sous traitants. Jean-Luc Bonnefoy insiste sur l’ensemble des artisans que la restauration automobile nécessite. Cet engrenage conduit à la renaissance de certains métiers en voie de disparition.

Finalement, ce garage nous a appris bien plus que ce que l’on s’imaginait.

Des personnes très passionnées qui redonnent vie à des voitures d’avant guerre. Un savoir faire remarquable et des exigences de la part de la clientèle toujours respectées.

Nous tenons à remercier Jean-Luc Bonnefoy ainsi que toute son équipe pour cet immersion au cœur des années 1920.

Artiom Galouchko
Passionné de photographie et d'automobile ancien. Parcourant les routes en Bmw série 5 ou 7 pour vous partager tous ces reportages pleins de passion.

3 commentaires sur “Un lieu d’art automobile : Concept et Restauration à Orval”

  1. Exceptionnel ! Magnifique article et magnifiques photos !
    Merci de nous permettre d’entrer ainsi au coeur d’un sujet qui transcende nos quelques divergences.

  2. C’est très important de parler de tous ces ateliers qui ont de réelles compétences pour faire revivre le patrimoine automobile mondial. Très souvent, les gens qui les dirigent sont humbles et discrets, mais heureusement ils sont connus des clients les plus exigeants.

    Merci pour ces reportages..

  3. C’est exactement ça, comme le dit si bien Jean Christophe. Il ne reste que quelques peu, de restaurateurs de belles, sublimes carrosseries, de ces années premières de l’Automobile. : comme les tôliers-formeurs.
    Qui reconstruisent, recréer, de A à Z, ces chef d’oeuvres de grandes marques automobiles anciennes.
    Tout un patrimoine, riche de passion, voué aux collectionneurs avertis…

    J’ai pu passé par chance à Orval, pour me rendre à St Amand Montrond, et voyant cette belle vitrine attirante,
    Je m’étais arrêté contempler, ces belles autos, à l’intérieur.
    Dommage, le Grand Maître des lieux, était absent ce jour-là.
    Je n’avais donc pas pu le rencontrer, et échanger de dialogues de passionnés.

    Alors, Chapeau haut ! je dirais pour Monsieur Jean Luc BONNEFOY, de faire perdurer ces beaux métiers !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.