Anciennes et Youngtimers étaient au rendez-vous pour la Finale de la Coupe de France des Slaloms

Le week-end dernier j’ai donc opté par coup de cœur, pour la coupe de France des Slaloms et plus particulièrement parce que je voulais depuis bien longtemps faire découvrir cette discipline à nos lecteurs. Une compétition où nos anciennes et youngtimers, sont encore au départ.

La coupe de France des Slaloms le mérite d’être abordable financièrement. Pour qui veut se lancer dans le bain de la compétition qui met en avant, le pilotage, l’agilité, les réflexes, la maîtrise de l’auto, c’est le bon endroit. Actuellement les slaloms offrent des pistes magnifiques, homologuées généralement pour le karting, telles que celle du week-end Le circuit Roger Gaillard, où le public peut profiter du spectacle dans des tribunes permettant de visualiser les 2000m de bitume. 500 places assises à Ancenis.

A part les pneus des bolides, personne ne se plaindra des conditions de la finale de la coupe de France des Slaloms. Notamment avec ce nouveau rendez-vous ensoleillé à souhait. Les régions sont représentées par la plupart des accompagnants des sélectionnés et des espaces prennent place afin de mieux connaître celles-ci. Certains vont jusqu’à se différencier en portant le costume, comme cette charmante alsacienne. Ambiance très agréable et familiale, vraiment ressentie à tous niveaux, jusqu’aux horaires superbement respectés.

La particularité de la coupe de France des Slaloms est celle de récompenser tous les meilleurs de chaque groupe représenté. Sept champions, puisque sept catégories, se sont battus à couteaux tirés, afin de décrocher la fameuse timbale de la coupe de France des slaloms. C’est à l’addition des deux meilleurs temps réalisés sur quatre manches de course, que les champions seront élus.

Les résultats de la Finale de la coupe de France des Slaloms

En Groupe D/E, c’est le parisien, Alfred Arpin (Dallara F387) qui domine les 29 monoplaces présentes, en décrochant sa deuxième coupe de France des Slaloms, pour seulement 3/10ème face à l’incisif Normand Stéphane Lamoureux (Reynard 913) vainqueur de 2 des 4 manches. Thibault Lemoine (Dallara F300) complète, pas seulement le podium, mais remporte aussi le titre de meilleur jeune devant un autre espoir, Enzo Santelli.

Dans le Groupe CN/CM (19 partants) le local Arnaud Mornet (ARC citroën BX), se montre le plus rapide face à la Tracking de Régis Boiteux et au BRC de Ludovic Somaré.

En F2000, Le Nantais François Métayer (AX sport) devance une autre pointure régionale Francis Mornet (BX sport1600), père d’Arnaud vainqueur en CN. Le Troisième, Felix Volpierre (AX Citroën) confirme les qualités sportives des Chevrons sur ce parcours.

En FC/FS, le groupe des anciennes, dominé par la GECEM du Savoyard Cédric d’Amico, face aux deux Simca Rallye 2, celles, du local Jean-Marie Guibot et du Normand Thibault Paul, meilleur jeune.

En groupe A, Un nouveau récidiviste, Yannick Lauber (Reanult Clio Cup) renouvelle sa victoire de 2017, et confirme sa supériorité sur les 18 engagés. Christophe Allard (Citroën Saxo cup) et Sylvain Bidaud ( Renault Clio Williams) se contentent des places d’honneur.

En groupe N Les Clio Williams ont cette fois la pêche, car le trio de Renault composera le podium avec en tête le pilote du grand Est, Olivier Sacchi devant la famille du Centre/ Val de Loire le papa Éric Ghesquière et son fils Baptiste qui se console avec la coupe du meilleur jeune du groupe.

Seul dans le groupe GT, le pilote du sud/ouest Christophe Cledat aura eu le mérite de réaliser des temps réguliers au volant de sa Catheram R300 Cup.

130 compétiteurs sélectionnés sur les différentes régions françaises, c’est le grand déplacement de l’année, certes, mais chaque finale de coupe de France des Slaloms se déroule sur un nouveau circuit et une nouvelle région. Et en 2019, c’est le grand Est qui reçoit, à Mulhouse, le 15 septembre.

Pour qui cherche à s’exprimer et faire valoir ses qualités au volant d’une voiture légère et bien motorisée, en engageant un budget raisonnable par rapport aux autres disciplines telles que les rallyes, où déjà en régional, il faut la machine à fabriquer les billets, voilà une bonne discipline. On peut être sélectionné en coupe, même en ancienne, comme vous avez pu le constater, on y court en génération, père/fils. La convivialité est encore présente, voilà de quoi méditer.

Marc
Rédacteur et Photographe à News d'Anciennes
Jeune retraité, Marc, un ancien parmi les anciennes, ça ne dépareille pas trop, d'autant que sa deuxième matière grise, métallisée celle-ci, lui accorde de bonnes virées nostalgiques, une Renault R8 ragaillardie.

Il est sous le régime News d'Anciennes depuis depuis début 2016.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.