J’ai lu l’Aventure Automobile, un Magazine du genre Encyclopédique

Cela fait un an qu’on se tourne autour, et puisque Bertrand n’a pas encore choisi l’Aventure Automobile dans ses “Qu’est ce qu’on lit” (à retrouver ici), j’ai sauté le pas sur le conseil éclairé de mon marchand de journaux. C’est le n°4 du trimestriel que je me suis acheté pour les vacances. Heureusement que j’avais du temps pour le lire !

Le Magazine l’Aventure Automobile

L’Aventure Automobile n’est pas exactement une nouveauté. C’est ici le n°4, Août-Septembre-Octobre 2018, une bonne chose puisque j’ai déjà été un peu échaudé par les premières de certaines parutions. Ce magazine est édité par le Groupe Heimdal. Si vous êtes essentiellement lecteurs de publications dédiées aux automobiles, c’est normal que vous ne connaissiez pas. Mais ce groupe s’y connaît pour ce qui est de l’histoire puisqu’il édite également Historica, Normandie 44, Antiquié, Submarine, bref des publications très spécialisées sur l’histoire du monde.

Le magazine en lui-même est d’un format plutôt classique. 98 pages à l’intérieur, peu de pub et un prix de 12€ ! Première surprise. C’est cher, mais on va voir s’il le mérite.


A l’intérieur du magazine l’Aventure Automobile

On commence par une revue de presse éclectique. Des publications sur des sujets divers mais tous dans le thème “L’Histoire Automobile du Vingtième Siècle”, le pitch du magazine. 8 sujets sont à l’intérieur. Le premier sur les débuts d’un rouleau compresseur : l’industrie automobile sur une période courte puisque le sujet se cantonne aux années 1945-1970. Le second traite des Lincoln des années 1949-1951. On passe ensuite à une période oubliée de l’histoire de BMW, celle des 501 et 502 avant d’enchaîner sur l’histoire de la Lancia Appia. On passe ensuite à la fin de l’aventure Delage au travers de l’histoire des D6 3 Litres. Ensuite une partie dédiée aux anglaises, l’histoire des Humber Snipe puis celle du groupe British Leyland. Enfin, on revient sur l’histoire de la Simca Vedette avec des miniatures. Dans 98 pages, cela va pouvoir être développé !

Dès la lecture du premier sujet… on est dans le bain. Oubliez les magazines qui effleurent un sujet. Ici on va dans les profondeurs du sujet. Beaucoup de texte, des images dénichées on ne sait où… Et c’est ainsi sur chacun des sujets. Un travail titanesque est réalisé à chaque fois et le sujet est hyper complet. Il est même des fois tellement complet qu’il s’en retrouve difficile à suivre.

Il y a de la lecture dans l’Aventure Automobile ! Ne comptez pas les heures. En tout cas on apprend des choses puisqu’il est difficile d’être à la fois expert des japonaises de 1950 et des Humber des mêmes années, en tout cas au point de livrer autant de détail chiffrés et d’anecdotes.

Conclusion

L’Aventure Automobile est donc un magazine à part. Certains article d’Autodiva peuvent se montrer aussi complets… Mais pas tous ! Là c’est énorme, c’est un magazine qui une fois la collection complète peut passer pour une encyclopédie. Beaucoup d’informations ! Peut-être même trop. Il ne faut pas être dérangé pour bien suivre ce magazine. Le texte peut paraître lourd, surtout si on est habitué aux magazines abusant du spectaculaire. En tout cas on apprend beaucoup de chose dans l’Aventure Automobile.

Alors les 12 € ? L’Aventure Automobile les vaut sans problème, la dose d’informations que vous recevez est à la hauteur de ce que vous avez investi. Mais pour se divertir, on aura connu mieux.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.