Le Virage de Mulsanne 2018 accueillait une légende des 24 heures, La Chevrolet Corvette

La septième édition du Virage de Mulsanne 2018, rassemblement de l’Association du même nom, c’était ce Vendredi, juste avant les 24h du Mans. Voilà une journée consacrée cette fois aux Chevrolet Corvette.

La Corvette a notamment participé aux 24 Heures depuis 1960. Nombreuses victoires de catégorie, associées à des places d’honneur au général, la “vette” est devenue une légende de la course automobile. Le programme est fourni aujourd’hui et déjà au niveau du nombre des visiteurs accueillis gratuitement, les chiffres dépassent ceux de l’an dernier, qu’on vous racontait ici. News d’Anciennes était présent.

Le mythique virage, débarrassé pour un instant des débris de gommes laissés aux essais, le lieu est embelli d’un conséquent panel de Chevrolet Corvette. Une soixantaine de modèles du C1 aux actuelles C7, voilà un bel éventail proposé au public déjà arrivé du monde entier, pour les légendaires 24 heures.



L’expo est composée de voitures de particuliers, les présentations sont plutôt flatteuses. La Corvette n’est pas rare dans nos régions, mais le public est toujours aussi preneur d’informations. Passion quand tu nous tiens. Une belle entrée en matière avant de se mêler au flot des autres points attractifs.

Quand au Village du Virage de Mulsanne 2018, c’est le grand pôle infos. Divers stands où l’on passe de la restauration aux activités artistiques en passant par divers innovateurs du secteur automobile. Je vous présente notamment l’illustrateur Ray Troombs et le bijoutier Métal’Yck. Quelques anciens pilotes invités nous racontent leur « Le Mans ». Les autographes fusent et nous voilà en compagnie entre autres de Jacky Ravenel , Jacky Harant , voire Michel Lateste.

Le Virage de Mulsanne 2018 reste riche en événements avec également l’expo en parallèle des visiteurs venus en véhicules anciens. Les youngtimers, ainsi que les autos de prestige, sont acceptées. Du privé aux clubs, les véhicules s’installent dans la partie, relance de Mulsanne, celle qui mène à Indianapolis. On s’installe en épi, côté gauche de la piste où déjà les commissaires officiels surveillent ce balai incessant d’allées et venues.

Je retrouve certains véhicules rencontrés l’an passé, mais je n’ai aucun mal à vous en dénicher bien d’autres, d’autant que cette fois, l’expo se poursuit au-delà du portique Rolex ! Du jamais vu, c’est dire l’ampleur que cette veille des 24 heures prend. Très peu de motos anciennes, par contre, par rapport à 2017, les quatre roues envahissent le lieu.

Des originalités se manifestent également, voire même des excentricités. Une carrosserie Burton, empruntant une base de Citroën, si on s’en tient au son du caractéristique flat twin. Et puis ce proto original sur base cocx. Ce road aux dimensions peu communes, animé d’un gros V8 américain, qui s’est exprimer amplement en soirée. Un engin qui a fait délier bien des langues.

Les sportives et plus précisément françaises se montrent plus nombreuses cette année. Les marques Renault et Alpine, dont cette « berlinette » A110 Tour de France, qui n’a probablement pas choisi son lettrage minéralogique. Quelques étrangères méritent également le coup d’œil.

Des populaires, des américaines et ce pèle-mêle offert en cette journée. Peu importe les moments de bousculade, l’esprit et l’ambiance sont au rendez-vous du Virage de Mulsanne 2018.
La richesse locale ne manque pas d’intérêt, certes, mais les étrangers paradent dans la très grande classe. On vient de loin pour les 24 heures et les monstres prestigieux n’hésitent pas à prendre la route jusqu’ici. Sans aucun complexe, en ce lieu mythique, bien au contraire, on vient montrer son patrimoine et personne ne s’en plaint, la passion à tous les étages.

Même les « Zélectric » s’invitent à Mulsanne et de plus en famille. Une bonne vingtaine de propriétaires de Tesla prennent place en fin d’expo. Il aura fallu marcher et flâner pour arriver jusqu’à ces nouvelles créatures. Un autre monde, très loin de nos chères anciennes, certes, mais qui se fondent désormais dans le milieu des prestigieuses. Luxe et fonctionnalités innovantes, notamment sur le modèle X 90, et ses portes style papillon, mais pliantes en deux parties, puis cette formule accordée aux passagers arrière.

Avouons que cette avant-première à la plus grande course mondiale automobile prend une notoriété exceptionnelle. Une histoire complémentaire que ce groupe associatif prépare avec beaucoup de rigueur. Les 24 heures approchent à grands pas, la fête continue en nocturne, dans le centre ville, mais ce sera pour une autre édition.


A très bientôt au Mans, notamment en juillet, pour le futur Le Mans Classic.

Marc
Rédacteur et Photographe à News d'Anciennes
Jeune retraité, Marc, un ancien parmi les anciennes, ça ne dépareille pas trop, d'autant que sa deuxième matière grise, métallisée celle-ci, lui accorde de bonnes virées nostalgiques, une Renault R8 ragaillardie.

Il est sous le régime News d'Anciennes depuis depuis début 2016.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.