Avant-guerre et grosses estimations signent de beaux résultats à la vente Osenat du 17 Juin

Hier on vous parlait de la vente des autos sorties de granges de Bruno Ecklé. C’était la première vente du week-end pour Osenat (résultats à retrouver ici). Une seconde vente suivait le Dimanche, avec là aussi de jolis lots vendus.

Salon Automédon 2018

La vente Osenat du 17 Juin

Sans atteindre le niveau de la vente du Samedi, la vente de ce Dimanche fait un joli score : 40 véhicules vendus sur les 61 inscrits. Et surtout, on ne peut pas dire que seuls les “petits” prix partent.

Les stars de la vente

Les grosses estimations

On connaissait la plus grosse estimation puisque la Bugatti Type 49 était déjà proposée lors de la vente Strasbourgeoise de Mai. Avec sa carrosserie inspirée de la Type 43, cette auto était estimée entre 300 et 380.000 € et se vend 276.000 €, avec les frais.

Il y avait un autre gros prix, une Lancia Aurelia B20 GT 2500 de 1954, dans un magnifique état et estimée entre 170 et 200.000 €. Par contre celle-ci ne s’est pas vendue.


Beau résultats pour les avant-guerre

Dans le catalogue de cette vente Osenat du 17 Juin on comptait plusieurs belles autos d’avant-guerre.

La plus ancienne, la Citroën 5HP de 1923 était estimée entre 7 et 10.000 € et change de main pour 10.200 €. On retrouvait une Delaunay-Belleville P4B Skiff de 1924 pour la suite. Cette belle en partie restaurée est vendue contre 21.000 € pour une estimation comprise entre 15 et 20.000 €. On continue avec une Salmson VAL3 Sport, un torpedo léger et sportif, estimé entre 25 et 30.000 €, mais celle-ci ne se vend pas. L’Amilcar CGSS dépasse son estimation, fixée entre 30 et 40.000 €, puisqu’elle se vend 68.400 €.

La Peugeot 190 S était une auto présentée roulante et dans un bel état. Estimée entre 7 et 10.000 € elle se vend pour 11.400 €. Enfin la belle Singer Nince Sports Le Mans de 1933, identique à celle qui prit le départ du Mans la même année. Elle était estimée entre 35 et 45.000 € et part presque à la fourchette haute 44.400 €.

C’est l’été, les Cabriolets sont de sortie

Cette vente Osenat du 17 Juin présentait une belle sélection de cabriolets. Et globalement les résultats sont là.

  • La plus prestigieuse, une Talbot Lago T26 Cabriolet de 1950 était présentée avec une estimation fixée entre 120 et 150.000 €, mais elle ne se vend pas.
  • La Porsche 356 B 1600 Super Cabriolet de 1961, estimée 100 et 130.000 € ne part pas non plus
  • De son côté la Mercedes Benz 190 SL de 1958, réalise un beau score, 101.400 € pour une estimation entre 70 et 90.000 €
  • La Alfa Romeo Giulia Spider de 1962, part dans l’estimation, fixée entre 55 et 70.000 €, à 58.800 €
  • Toujours chez Alfa, le Spider 2000 estimée entre 20 et 25.000 € est vendu à 24.600 €

Une insolite

L’insolite l’était peut-être trop… Il est vrai que la Maserati Biturbo, même dans cette version Spyder peu courante, est précédée par une réputation… pas terrible. Estimée entre 15 et 25.000 €, cette auto qui était une bonne base ne part pas.

Une affaire ?

On avait vu comme une bonne affaire dans le catalogue d’Osenat du 17 Juin, la TVR 3000 M. Ce modèle cote entre 19 et 20.000 €, le modèle présenté ici était estimée entre 12 et 16.000 €. Elle part pour 17.400 € ce qui lui laisse son statut de bonne affaire.

Les résultats de la vente sont à voir ici.



Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.