Les résultats de la Vente de Printemps Aguttes sont dans la tendance.

Ce week-end il y avait deux ventes aux enchères en France. On s’intéresse à la première, la Vente de Printemps Aguttes, qui se déroulait à Lyon et qui réussit un score correct sans être exceptionnel.

La vente Vente de Printemps Aguttes

La vente avait lieu ce Samedi 14 Avril à l’anciennes gare de Brotteaux. 327 lots étaient proposés. Côté automobilia, très rares sont les lots à ne pas se vendre. Côté automobiles c’est bien différent… 35 lots étaient inscrits au catalogue et c’est un peu moins de la moitié, 16 lots, qui est vendue. Le catalogue était pourtant de qualité, mais des fois ça ne fait pas tout. Les enchères ralentissent et les “petites” ventes semblent un peu plus impactées que les grosses.

Les photos sont de Thierry, qui est allé voir ces belles dans leur écrin avant la vente.

Les stars de la vente

La grosse estimation se fait voler la vedette.

Tout en haut des estimations de la vente de Printemps Aguttes trônait une Aston Martin 2.0L Tourer 15/98 de 1937, belle et rare, estimée entre 150 et 170.000 €. Mais elle ne se vend pas. Du coup c’est une autre anglaise, une Jaguar Type E cabriolet de 1966 qui lui vole la vedette en se vendant 101.936 €.


 

Les autres gros prix ont du mal à partir

En plus de ces deux lots, trois autres autos pouvaient potentiellement dépasser les 100.000 € sous le marteau.

La première auto, une Amilcar CGSS Biplace de 1929 était estimée entre 80 et 100.000 €. On ne peut pas dire qu’elle déçoive puisqu’elle se vend dans l’estimation, mais ses 91.640 € sont en dessous de la barre des 100.
La Ferrari 308 GTB de 1978 était en très bel état et estimée entre 80 et 120.000 €. Mais son estimation était peut-être trop haute et elle ne se vend pas.
Même chose pour l’Audi Quattro. La 20V de 1991 était estimé entre 80 et 100.000 € mais rate le coche.

Les youngs sportives ne concrétisent pas toutes

Le catalogue de la Vente de Printemps Aguttes présentait une belle série de youngs sportives… et c’est de plus en plus fréquent chez Aguttes. Tant mieux !

La première, de 1980, une Peugeot 104 ZS estimée entre 20 et 30.000 € ne se vend pas. La Golf GTI Oettinger de 1982, bénéficait de son aura pour une estimation entre 35 et 45.000 €. Dans le mille puisqu’elle atteint 40.160 €. La seconde Golf GTI, une série 2 estimée entre 12 et 18.000 € ne rencontre pas le même succès et ne se vend pas.
Suivait une italienne, une Alfa Romeo 75 Turbo de 1988, en excellent état. Estimée entre 10 et 15.000 € elle est vendue contre 10.988 €.

Enfin deux Peugeot. La 205 GTI, une 1.9L 130 ch de 1991, était estimée entre 12 et 18.000 € malgré un kilométrage conséquent. Elle part tout de même à 14.992 €. L’autre est une 309 GTI 16 de la même année, estimée au même prix, elle ne se vend pas.

Une affaire ?

Quand on regarde les résultats complets, c’est en cliquant ici on ne note pas vraiment de belle affaire à faire. Pour une autre fois peut-être ?



Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire