Artcurial réussit sa vente Automobiles sur les Champs 12 sans coup d’éclat

Ce week-end Artcurial tenait sa vente Automobiles sur les Champs 12. Une belle vente avec un catalogue de qualité même si les résultats sont mitigés. On ne dira pas qu’ils sont mauvais, mais certains lots invendus plombent les résultats comptables.

La vente Automobiles sur les Champs 12

Belle vente, c’est ce qu’on pourra en dire. Sans plus car il n’y a que 71% des lots qui se vendent pour un total de 2.523.923 €. En y regardant de plus près, ce sont surtout les hautes estimations qui ne se vendent pas : seuls 4 lots sont vendus à plus de 100.000 €, et globalement les estimations hautes ont été rarement atteintes, mais parfois complètement dépassées. Et du coup, beaucoup d’invendus dans les lots qu’on avait repéré.

Les stars de la vente

La grosse estimation ne se vend pas

Les résultats auraient été meilleurs si cette Ferrari F40 de 1989 avait été vendue, puisqu’elle était estimée entre 750 et 850.000 €. Mais elle reste invendue, et c’est l’Alfa Romeo 6C 2500 SS Spider qui est l’auto la plus chère de la vente. Une auto dont la carrosserie n’est pas d’origine, le moteur non plus mais qui restait une belle opportunité d’avoir une auto raffinée et performante. Elle se vend 274.160 € pour une estimation comprise entre 200 et 300.000 €.

Dans les autres gros prix, la si décriée Bugatti Type 43 ne part pas non plus, elle était estimée entre 500 et 800.000 €, même résultat pour l’Aston Martin DB6 RHD estimée entre 550 et 750.000 €.


Les scooters répondent présents

La vente Automobiles sur les Champs 12 proposait une belle collection de scooters, tous italiens. Sur les 17 deux roues présentés, 95% sont vendus. L’un d’eux crève l’écran, l’ACMA Vespa 125 N, le orange qui part à 11.920 € alors que son estimation, en fait la même que les autres scooters, était comprise entre 3500 et 5500 €.

L’Alpine est célébrée, demi-succès

Artcurial avait choisi de communiquer sur l’Alpine A110 Première Edition, la première à passer aux enchères. Une auto estimée entre 60 et 80.000 € qui part à 73.904 €, un résultat dont s’enthousiasme la maison de vente aux enchères, mais cela n’empêche pas de se poser des questions concernant la démarche.

Dans la même collection, la Megane RS 26R estimée entre 35 et 50.000 € part pour 38.144 € tandis que le Spider, déjà beaucoup plus intéressant, estimé entre 40 et 60.000 €, ne part pas. Le prix était peut-être un peu fort.

 

Des italiennes originales et des PMA qui marchent plutôt bien

Dans le catalogue d’Automobiles sur les Champs 12 on trouvait quelques italiennes un peu méconnues mais fort intéressantes.
– Une Ferrari 400i de 1982, estimée entre 65 et 85.000 € et qui s’envole fort pour atteindre 90.592 € sous le marteau
– Une Dino 308 GT4, estimée entre 70 et 90.000 € qui ne se vend pas
– Une Mondial 3.2 litres Cabriolet, sans réserve, estimée entre 40 et 60.000 € et qui atteint tout de même 45.296 €
– Une Lambo presque 4 places, une Espada S2 de 1970, estimée entre 100 et 140.000 € qui atteint 109.664 €, soit le troisième score de la vente
– Une Lamborare, une Urraco P250S, estimée entre 80 et 100.000 € et partie à 63.800 €, du coup, c’est une plutôt bonne affaire

Le catalogue proposait aussi un trio de Porsche 928 GTS. La grise était une GTS classique, mais différente de celle qu’on a essayé dans cet article, puisqu’à boîte manuelle. Estimée entre 35 et 55.000 €, elle part à 40.528 €.
La seconde était issue d’une collaboration entre le créateur Pascal Morabito et Porsche France. Avec quelques particularités, elle était estimée entre 55 et 70.000 € et part à 57.216 €.
Enfin, la Clubsport un peu malmenée puisque beaucoup de choses n’étaient plus d’origine, part à 24.436 € pour une estimation entre 30 et 50.000 €.

Les françaises : pour tous les goûts

De belles françaises étaient au catalogue de Automobiles sur les Champs 12. La D.B HBR5 ex Tour de France 1958 et 1959 n’était peut-être pas 100% conforme, mais estimée entre 50 et 70.000 € elle monte à 53.640 €
La Renault 5 Turbo Gr IV de 1983, bien que préparée et entretenue avec soin ne se vend pas. Son estimation, entre 130 et 180.000 € y est certainement pour quelque chose.

La Simca 1200 S estimée entre 20 et 30.000 €, réussit elle à grimper à 26.224 €.

Du côté des Citroën, la Mehari 4 places était estimée entre 12 et 18.000 €, et elle s’envole à un hallucinant 23.840 € ! La Traction Fourgonnette de 1953 estimée entre 25 et 35.000 € ne se vend pas, quand à la DS Cabriolet, estimée à un prix plutôt raisonnable, entre 130 et 200.000 €, elle ne part pourtant pas…

Une affaire ?

Du coup, en y regardant, la Lambo Urraco était certainement la meilleure affaire de la vente. Le prix est en dessous des modèles à restaurer qu’on peut trouver, bref il y en a un qui a fait une affaire.

Les résultats complets sont à voir ici.



Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

2 commentaires sur “Artcurial réussit sa vente Automobiles sur les Champs 12 sans coup d’éclat”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.